En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Energies renouvelables : une tendance à la hausse depuis 2006

Energies renouvelables : une place grandissante dans l'économie française Actu-Environnement.com - Publié le 18/09/2017

Depuis 2008, l'Ademe dresse régulièrement un état des lieux des marchés et des emplois liés à l'amélioration de l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables en France. Cette nouvelle édition met en évidence un repli des ENR en 2015 mais une tendance générale à la hausse depuis 2006.

Energies renouvelables : une place...  |    |  Chapitre 1 / 15
Environnement & Technique HS EnR 2017 Téléchargez le Hors Série E&T spécial EnR, édition 2017
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

La nouvelle édition de l'étude "Marchés et emplois liés à l'efficacité énergique et aux énergies renouvelables" de l'Ademe démontre une nouvelle fois la vitalité de ces marchés en France. Après avoir plus que doublé entre 2006 et 2010, le marché des EnR a connu une forte baisse en 2011, puis s'est stabilisé. En 2015, les investissements liés aux EnR diminuent de 10,3% par rapport à 2014. Mais les ventes d'énergies renouvelables et le marché de la maintenance des équipements de production d'énergie sont en hausse de 1,3% en 2015, affichant un gain de 190 millions d'euros. Le chiffre d'affaires du secteur se stabilise à près de 23,7 Md€ en 2015. Après une relative stabilité depuis 2012, les emplois dans les EnR diminuent de 2,1% entre 2014 et 2015. Aujourd'hui, les filières énergies renouvelables emploient près de 81.500 ETP.

En 2015, près de 45% des emplois associés aux énergies renouvelables sont associés à la vente domestique d'énergie et à l'exploitation et la maintenance des équipements (35.450 ETP). Ces emplois se placent devant ceux associés à la construction des infrastructures et l'installation des équipements (21.810 ETP). S'ensuivent les emplois dans la fabrication des équipements pour le marché domestique et les exportations (respectivement 7.440 ETP et 6.910 ETP), les emplois dans la vente et la distribution des équipements (8.780 ETP), et les emplois associés au montage de projets (1.110 ETP).

Les trois filières de production d'électricité renouvelable restent prédominantes

En 2015, le secteur des EnR est dominé par les trois grandes filières de production d'électricité renouvelable : photovoltaïque, éolien et hydraulique. Elles totalisent 48% de l'ensemble des marchés des ENR. Mais pour la première fois, les parts de marché du photovoltaïque (17,5% du total) et de l'éolien (16,4%) sont supérieures à celles de l'énergie hydraulique (14,6 %).

Le dynamisme du marché éolien s'explique tout d'abord par la reprise des installations et des investissements en 2014 suite à l'assouplissement des contraintes réglementaires par la loi Brottes, ainsi que par la hausse de ses ventes d'électricité. L'éolien emploie 10.500 ETP, contre 12.300 ETP dans l'hydraulique et 6.830 ETP dans le photovoltaïque.

ENR thermiques : la chaleur collective en développement

En raison de la baisse des prix du fioul et du gaz, le marché de la chaleur renouvelable pour les particuliers (chauffage au bois, PAC et CET, solaire thermique) ne parvient pas à retrouver son niveau de 2013. On constate entre 2014 et 2015 une nouvelle baisse (de 1,9 %), le marché global passant de 5,54 à 5,44 Md€.

Depuis 2009, le marché de la chaleur collective a plus que doublé avec la mise en place du Fonds Chaleur et la hausse s'est poursuivi pour un marché de 3,3 Mds€ en 2015. En terme d'emplois, la filière affiche une baisse de 0,9% globalement entre 2014 et 2015 pour atteindre 13.760 ETP.

Biocarburants en repli

Le marché des biocarburants diminue de 9,8% entre 2014 et 2015, s'établissant à près de 3,1 Mds€. Cette baisse est due à la diminution du marché du biodiesel (-13,5%) : alors que la production continue d'augmenter, la consommation stagne. En revanche, le marché du bioéthanol est resté stable entre 2014 et 2015 à 927 M€, après la baisse enregistrée entre 2013 et 2014.

Les emplois dans la filière bioéthanol diminuent de 1,9% entre 2014 et 2015. Malgré une baisse du marché en valeur, les effectifs de la filière du biodiesel progressent de 10,5% entre 2014 et 2015 suite à une hausse de la production dans les usines d'estérification. Au total, la filière des biocarburants emploie 2.590 ETP en 2015.

Biogaz en croissance

Le marché du biogaz poursuit son développement en 2015 avec une hausse de 7,4% par rapport à 2014, atteignant 391 M€. Cette hausse provient essentiellement de la progression des ventes d'énergie (50,1% du total en 2015) issues des unités construites les années précédentes, ce qui masque le manque de dynamisme des investissements entre 2014 et 2015. Le niveau des investissements est quasi stable entre 2014 et 2015 à 196 M€. Les emplois progressent de façon quasi continue depuis 2006, avec une hausse de 3% entre 2014 et 2015. Ils représentent 1.550 ETP en 2015.

L'éolien, première ENR française en 2016

Le marché des énergies renouvelables enregistrerait une hausse de 2% en 2016 pour atteindre près de 24,2 Md€. L'éolien deviendrait la première énergie renouvelable française avec 4,5 Md€ de chiffre d'affaires (+16,2% par rapport à 2015), devant le photovoltaïque (3,9 Md€ ; 7%) et l'hydraulique (3,6 Md€ ; -5,3%).

Le marché des filières de production de chaleur pour les particuliers serait globalement stable en 2016, la baisse du marché du chauffage au bois (-2%) et du solaire thermique (-7%) étant compensée par la hausse des PAC (+5,4%). La première EnR non électrique resterait toutefois le bois pour le chauffage des particuliers, avec 2,9 Md€, selon les données provisoires de l'Ademe. En revanche, le marché des EnR thermiques collectives se replie de 3,4% en raison de la diminution du marché des chaufferies bois collectives, de la géothermie et des réseaux de chaleur. Le marché des biocarburants serait stable en 2016. La plus forte hausse reviendrait au biogaz qui atteindrait 410 M€, soit +4,9 %.

Les emplois seraient quasiment stables, enregistrant une très légère baisse (-0,7%) pour s'établir à près de 80.940 ETP en 2016. Les hausses d'effectifs se situeraient dans les filières de l'éolien, de l'hydraulique, des PAC, de la valorisation de la chaleur des UIOM, et du biogaz.

Florence ROUSSEL

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager