En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vers une réforme des MDP

Quelles suites au protocole de Kyoto ? Actu-Environnement.com - Publié le 03/12/2012

En 10 ans le MDP a été largement plébiscité mais des abus industriels ont entaché sa crédibilité. Une réforme en profondeur s'impose.

Quelles suites au protocole de Kyoto ?  |    |  Chapitre 3 / 9
Vers une réforme des MDP
Environnement & Technique N°320 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°320
[ Acheter le numéro | S’abonner ]

Lors de la Conférence internationale sur les changements climatiques de Durban (Afrique du Sud), les gouvernements ont convenu en décembre 2011 d'une deuxième période d'engagement pour le Protocole de Kyoto et on confirmé "le rôle clé" du MDP, selon la secrétaire exécutive de la CCNUCC.Cela implique que la délivrance d'URCE se poursuivra pour les réductions d'émission qui auront lieu après 2012. Mais le destin du mécanisme va dépendre de "sa crédibilité et de l'existence de la demande", relève CDC alors que l'UE, principal marché, limitera dès 2013 les crédits émis du mécanisme dans le SCEQE.

Tandis que les prix des URCE pourraient chuter à 2,3 euros par tonne en décembre 2012 (contre 7 à 11 € initialement attendus), Christiana Figueres confirme qu'il s'agit d'un problème de "sous-demande" et non de "suroffre" et insiste sur la nécessité pour les pays à accroître leur niveau d'ambition pour réduire leur émissions de GES. La chute prix des URCE soulève des doutes quant aux réductions d'émissions attendues.

Dans un rapport publié en septembre 2012, un groupe d'experts de haut niveau des Nations unies a énoncé plusieurs mesures visant ainsi à réformer les MDP post-2012. Il recommande la création d'un nouveau fonds pour acheter et supprimer une partie des crédits carbone excédentaires ayant entraîné la chute des prix. Il préconise également de rendre les activités comprises dans le programme REDD (Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts) éligibles pour les crédits MDP dans les secteurs de la foresterie et du carbone terrestre. Il propose en outre l'arrêt progressif de l'émission d'URCE pour des projets polémiques gaziers industriels.

Le manque de participation des pays les moins avancés (PMA) au MDP, dont l'Afrique, fait actuellement l'objet d'une discussion, et plusieurs solutions possibles ont déjà été proposées : traitement préférentiel, quotas d'importation, contrôle de l'éligibilité du pays et baisse des URCE, rappelle de son côté CDC Climat Recherche dans son rapport. En avril 2012, la CCNUCC, le Centre Risoe du Pnue et le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) ont également lancé un Programme de prêts sans intérêts à destination des PMA afin d'y favoriser les projets MDP. Un prêt de 3 millions de dollars US a ainsi été approuvé par l'ONU en septembre 2012 pour développer 23 projets dont 17 en Afrique. "Il est très encourageant de remarquer que la majorité des projets sélectionnés proviennent d'Afrique. C'est une indication que l'infrastructure du projet de compensation transforme l'accès au marché," avait alors déclaré John Christensen, directeur du Centre Risoe du PNUE. En outre, il y a aussi trois projets en Asie, deux au Moyen-Orient et un en Amérique latine.

Rachida Boughriet

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Environnement et technique

Dossier Quelles suites au protocole de Kyoto ?

Retrouvez le dossier "Quelles suites au protocole de Kyoto ?"
à la une du n° 320
Acheter ce numéro S'abonner