En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nathalie Kosciusko-Morizet reste la ministre du Grenelle de l'environnement

Alors que le superministère semblait ne pas avoir survécu au remaniement ministériel, c'est une vraie lutte qui s’est engagée au sein même du Gouvernement pour définir ce qu'il adviendrait de la politique énergétique, climatique, maritime voire éco-technologique de la France. Récit d’une bataille.

Chronique  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
   
Nathalie Kosciusko-Morizet reste la ministre du Grenelle de l'environnement
Arnaud Gossement
Avocat, docteur en droit et Maître de conférences en droit de l’environnement
   

Au lendemain du remaniement ministériel du 14 novembre, le superministère de l'écologie piloté jusqu'alors par Jean-Louis Borloo semblait avoir été amputé des compétences indispensables pour la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement. Une bataille s'est alors engagée au sein même du Gouvernement pour savoir notamment qui de Nathalie Kosciusko-Morizet ou d'Eric Besson hériterait de la politique énergétique de la France. Où en sommes-nous ?

Du Ministère du Grenelle

Lors de l'annonce du remaniement, l'intitulé du ministère dévolu à Nathalie Kosciusko-Morizet pouvait laisser craindre que le superministère de l'écologie ne soit morcelé comme un puzzle que l'on défait. En effet, alors qu'Eric Besson est devenu ministre de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, rien n'indiquait que « NKM » conserve une quelconque compétence en matière d'énergie. Cette politique quittait donc Roquelaure pour Bercy pour redevenir une politique industrielle si possible conforme aux intérêts hégémoniques du nucléaire. De même, l'effacement de la référence à la « Mer » dans l'intitulé de la nouvelle ministre de l'écologie et la conservation de celle à la « pêche » dans le titre du ministre de l'agriculture étaient de mauvais augure. Mauvais augure car en signant le Pacte écologique de Nicolas Hulot, Nicolas Sarkozy s'était engagé à créer un « Vice premier ministre en charge du développement durable », sorte de tour de contrôle du Gouvernement chargé de s'assurer que toutes les décisions prises par les différents ministres soient bien conformes à l'objectif de préservation des ressources naturelles. Au lendemain de l'élection présidentielle, cette promesse s'est traduite par la création du « superministère » confié à un poids lourd politique, Alain Juppé puis Jean-Louis Borloo avec le titre de Ministre d'Etat numéro deux du Gouvernement.

L'existence de ce superministère et la réunion en son sein d'administrations habituées à se concurrencer plutôt qu'à collaborer a été l'une des clés de la réussite du Grenelle de l'environnement. Clé car les négociations du Grenelle ont démontré, si besoin était, que la protection de l'environnement ne peut se faire sans réflexion sur les transports, le bâtiment ou l'avenir des énergies renouvelables.

L'hypothèse d'un départ de la Direction générale de l'énergie et du climat du Ministère de l'écologie était donc une bien mauvaise nouvelle pour la poursuite de la mise en œuvre des nombreux textes issus des engagements du Grenelle, à commencer par les lois Grenelle 1 du 3 août 2009 et Grenelle 2 du 12 juillet 2010. Le risque était donc que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit donc plus la ministre du Grenelle mais une ministre de l'environnement, matière de nouveau considérée comme une simple petite variable d'ajustement des politiques publiques.

La montée au filet de « NKM »

Force est de constater que la nouvelle ministre de l'écologie ne s'est pas contentée d'affirmer que rien n'avait changé, contre l'évidence même. Elle s'est manifestement battue pour conserver le label de Ministre du Grenelle, label également convoité par Eric Besson peu désireux de n'être que le ministre de twitter et facebook. Cette bataille pour le contrôle de l'énergie s'est notamment traduite dans les propos tenus par le Chef de l'Etat lors de son interview télévisée du 16 novembre au cours de laquelle il a affirmé que Nathalie Kosciusko-Morizet serait bien présente au sommet mondial du climat de Cancun, conserverait toutes les attributions requises pour la mise en œuvre du Grenelle et notamment… les énergies renouvelables. La même semaine NKM a immédiatement enfoncé le clou à l'Assemblée nationale, lors d'une séance de questions au Gouvernement en soulignant les propos de Nicolas Sarkozy.

Parallèlement, la mobilisation des ONG - que l'ancienne conceptrice du Grenelle connaît parfaitement - a été déterminante et est parvenue aux oreilles du Président de la République qui aurait déclaré que Nathalie Kosciusko-Morizet n'était "pas la ministre des écologistes mais la ministre de l'écologie". Manière aussi d'admettre que les revendications des écologistes étaient bien parvenues jusqu'à lui… Sans marquer de pause, une conférence de presse était rapidement organisée à l'hôtel de Roquelaure ou la nouvelle ministre de l'écologie a pu présenter le plan national d'adaptation au changement climatique en présence des acteurs du Grenelle. Nouvelle preuve que le dossier du climat restait « à la maison ». Du bel art indéniablement et une communication politique parfaitement maîtrisée.

Avantage « NKM »

Après cette montée au filet, NKM a sans aucun doute emporté l'avantage à la sortie du Conseil des ministres du 24 novembre. Le compte rendu diffusé par le Gouvernement précise notamment que la nouvelle ministre de l'écologie détaille les attributions qui lui sont dévolues et qui seront gravées dans le marbre du décret publié au Journal officiel. Le compte rendu précise tout d'abord que la ministre de l'écologie "élabore et met en oeuvre, conjointement avec le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, la politique en matière de sûreté nucléaire". Ainsi, NKM continuera d'avoir un œil sur le nucléaire alors que l'on aurait pu penser qu'Eric Besson qui s'était empressé de faire les louanges de l'atome dés sa prise de fonctions conserve pour lui seul cette prérogative au grand bonheur du lobby nucléaire.

Le compte rendu du conseil des ministres précise également que la ministre verte "est responsable, en lien avec le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, de la préparation et de la mise en oeuvre de la politique du Gouvernement en matière d'énergies renouvelables, du développement et de la promotion des technologies vertes et de la diminution de la consommation énergétique". Ainsi, par ces quelques mots, NKM retrouve sa compétence, non pas simplement en matière de fixation des tarifs d'achat des énergies renouvelables comme l'avait entendre Nicolas Sarkozy, mais plus globalement en matière de politique énergétique… non seulement en matière de production mais aussi d'économies d'énergie, ces dernières étant la priorité des priorités aux termes des engagements du Grenelle. Du coup, l'attribution d'un secrétariat d'Etat au logement à Benoit Apparu dans le giron du ministère de l'écologie retrouve son intérêt s'agissant du dossier essentiel de la performance énergétique des bâtiments. On notera aussi la référence aux « technologies vertes » qui faisait partie de l'intitulé du ministère de Jean-Louis Borloo. Référence importante car elle démontre que l'écologie a une vocation industrielle, de recherche et de création d'emplois verts. NKM pourra donc désormais se défendre de n'être qu'une ministre en charge des petites fleurs.

Surtout, surtout, surtout, il faut relever que la ministre est en charge de « préparation » et de la « mise en œuvre du Grenelle de l'environnement ». Etant donné le caractère global du Grenelle, cette référence a son importance politique. Enfin, le compte rendu du conseil des ministres précise que la ministre "élabore et met en œuvre la politique de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique. Il promeut une gestion durable des ressources rares. Il est en charge des négociations européennes et internationales sur le climat, en concertation avec le ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes". NKM ira donc bien à Cancun et cet adoubement lui permet de ne pas trop dépendre des velléités de Bercy ou du Quai d'Orsay pour reprendre le pilotage de ces négociations. En l'état des informations disponibles au moment où ces lignes sont rédigées le décret d'attribution de NKM renverrait sans le modifier à celui du 9 juillet 2008, c'est-à-dire le texte qui a précisément élargi le périmètre du superministère de l'écologie à la demande de Jean-Louis Borloo et à la veille du sommet de Copenhague. Si le décret du 9 juillet 2008 reste véritablement inchangé, NKM aura à l'évidence remporté le match. Ainsi, les fonctionnaires de la direction générale de l'énergie et du climat resteraient à Roquelaure, ce qui est important, notamment pour l'avenir des énergies renouvelables ou la seconde période des certificats d'économie d'énergie.

L'indispensable articulation de l'écologie et de l'énergie

Cette bataille de titres ministériels correspond à un enjeu considérable dont dépend l'avenir de l'écologie. L'écologie ne peut plus se résumer – même si cela demeure fondamental – à la préservation de la nature. Elle suppose une vision globale du monde. L'énergie a indéniablement partie liée avec le climat et la biodiversité. A son tour, l'écologie a indéniablement partie liée avec l'économie et la recherche. Le retour annoncé de l'énergie à Bercy, souhaitée par les partisans du nucléaire aurait, comme l'a très justement souligné Nicolas Hulot, permis de ne conserver qu'une vision strictement industrielle et non plus environnementale de l'énergie, ce qu'elle ne peut plus être. L'intérêt du Grenelle tient aussi à ce qu'il a permis de comprendre qu'aucune décision gouvernementale n'est jamais totalement étrangère à l'enjeu écologique. Le droit de l'environnement ne peut être un droit à part mais un droit au fondement ou au cœur de tous les autres. Il n'est plus possible de penser logement, fiscalité, transports ou bien encore industrie sans penser écologie.

Alors…tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Non malheureusement et la vigilance reste de mise face aux coups de boutoir des anti grenelle. L'écologie n'est semble-t-il plus perçue comme un avantage électoral par bien des membres de la majorité présidentielle et la disparition du titre de « Ministre d'Etat » pour celle qui est en charge du développement durable est un bien mauvais signal politique. Surtout, la présence du mot « énergie » dans le titre du ministère d'Eric Besson ne peut rester lettre morte et pourra créer soit des concurrences négatives, soit une usine à gaz pour la prise de décision dans ce domaine. De même on ne peut que regretter que l'aménagement du territoire et la pêche ne relèvent pas au moins d'un co-pilotage par la ministre. L'étalement urbain est en effet grandement responsable de la crise écologique et la prise en compte de l'impératif écologique dans les négociations sur la pêche du thon rouge n'aurait pas été superflue. Enfin, s'agissant des énergies renouvelables, les derniers mois ont démontré que l'existence du superministère ne suffit pas à garantir les objectifs ambitieux du Grenelle en la matière. La politique de Stop&Go pour les tarifs d'achat d'énergie solaire, l'amoncellement des contraintes administratives sur les éoliennes ont démontré que le droit de l'énergie est devenu complètement fou. L'urgence est à la création d'un cadre juridique clair, stable et pérenne pour que tous les acteurs des énergies renouvelables puissent investir et recruter avec une vision sur le long terme. Il faut espérer que NKM s'attelle à ce grand chantier.

En définitive, si l'existence d'un superministère de l'écologie ne constitue pas à elle seule une garantie d'une politique verte, sa disparition aurait été la garantie de son abandon. Sur ce point, Nathalie Kosciusko-Morizet vient de démontrer un vrai savoir faire politique pour éviter que le périmètre de son ministère ne sorte trop rétréci de la grande lessiveuse du remaniement et de l'écolo scepticisme ambiant. Elle a sans doute évité un faux départ. Elle a désormais 18 mois et « que » 18 mois pour démontrer que cela est utile.

Arnaud Gossement, avocat en droit de l'environnement, Maître de conférences à Sciences Po Paris

Réactions10 réactions à cet article

 

N.K.M a la conviction et la compétence en matière écologique au sens le plus large de ce terme. Effectivement l'ump est aux antipodes de ses positions et elle aura beaucoup de mal à faire prévaloir ses idées face à cette bande de haineux de l'environnement .
En tout cas il est bon que Eric Besson ne soit que le '"ministre de twitter et facebook". Trahir la cause environnementale aurait été son nouveau délice !!!

galaxie | 25 novembre 2010 à 09h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Selon Arnaud Gossement ci-dessus:
''L'urgence est la création (ASAP) d'un cadre juridique clair ,stable et pérenne pour que tous les acteurs des EnR puissent investir et recruter avec une vision sur le long terme. Il faut espérer que NKM s'attelle à ce grand chantier.''....et tout particulièrement pour les énergies des Mers càd l'Eolien Offshore et l'Hydrolien...trop longtemps parents pauvres d'une France pourtant bien lotie...Merci à vous.
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 25 novembre 2010 à 09h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Des mots, des mots, des mots...
On attend les ACTES !

(je n'y crois pas trop)

Jerem | 25 novembre 2010 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quoi qu'on puisse en dire, et interpréter les propos de NKM , ce n'est pas un hasard si l'énergie a "glissé" ds le ministère de l'industrie et n'est plus dans celui de l'environnement -> je crains en effet que cette réalité donne un grand coup d'arrêt dans le mouvement amorcé vers l'efficacité énergétique et le recours aux EnR ... pour remettre la barre vers le tout nucléaire (les lobbies énergétiques ont manifestement gagné et ils n'en resteront pas là ... même si le gouvernement tente de peindre la façade en vert ...)

fab42 | 25 novembre 2010 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

que de bavardages ...à quand une analyse sur les textes de lois qui sont sortis qui peut nous faire une analyse des nouveaux textes sur lequel les associations pourront s'appuyer pour protéger l'environnement
militons pour que les décrets d'application sortent rapidement

vous moi | 25 novembre 2010 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore heureux! Après la volte face de M. Sarkozy par rapport à son discours de Chambéry en Juin dernier "pro ENR", l'abandon de la taxe carbone, la brutalité des baisses de tarif d'achat pour le PV, la coupe dans le crédit d'impôt pour les particuliers, enlever les ENR du ministère de l'Ecologie, çà faisait quand même un peu trop... Et ce même si, comme il se dit à l'Elysée, "L'écologie, çà ne rapporte pas de voix à la droite"... En tout cas, on peut penser que, mieux fait, çà pourrait aisément en rapporter plus...

DFERR | 25 novembre 2010 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Deplorer la sortie des ENR du Ministére de l'Ecologie qui n'a été celui de l'Energie (sous tutelle du logement!!) que pour casser les ENR en un l'hydraulique: casse des barrages, arret de l'achat de la production, destruction de ce qui existe et du potentiel. Aprés avoir encouragé le solaire avec des tarifs plus ou moins insensés... coup d'arret. Les éoliennes ? ou l'arlésienne ? Il vaudrait mieux que l'energie soit confiée à des techniciens plutot qu' à des technocrates... l'avenir du Climat est trop sérieux... alors une polytechnicienne, pourquoi pas... si elle est capable de remettre les pieds sur terre à son entourage!

cag | 25 novembre 2010 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Le decret d'attribution prévoit en effet que NKM conserve autorité sur l'ensemble des directions et services mentionnés dans le décret de 2008. Mais il est indiqué juste après que cette autorité s'exerce conjointement avec le MINEFI sur la direction de l'energie et du climat. Etait-ce la cas pour Borloo ? Si c'est une nouveauté, je crains que le pilotage d'un avion avec 2 pilotes, cela soit pour le moins aléatoire !

Question additionnelle de détail : le fameux Appel d'Offre pour les 3GW eolien offshore qui devait sortir "dans quelques jours".... a-t-il coulé avec le remaniement ??? Quelqu'un sait-il ou il est en ?

A vous lire,

Cordialement,

Christophe

Christophe | 26 novembre 2010 à 00h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout cela prouve qu'il est urgent de reprendre une approche pédagogique et éducative des politiques (droite ou gauche), des hauts fonctionnaires et des électeurs; de comprendre le non-choix qui s'impose en faveur de l'écologie et de toutes les actions qui permettront de changer de braquet pour triater les pbroblèmes complexes devant nous. L' écologie est mentale avant tout afin de percevoir, par exemple, l'intérêt incitatif fiscal qui permettra de produire des leviers de développement économique favorable aux emplois locaux dont nous avons cruellement besoin ! Reste à trouver le système qui pénalisera électoralement ceux qui ne respectent pas leurs engagements...et tournent leur veste au moindre effort à faire sur soi quand il s'agit d'avoir le courage de réallouer les moyens financiers de l'Etat (nos impôts) sur les vrais sujets de fonds, sans se soumettre au compromis avec les lobbies (pas du nucléaire seulement, mais plutôt Ingénieurs des Ponts contre Mines etc...) qui refusent tout changement dans leurs "droits acquis" et se moquent complétemenT des problèmes qu'ils crééent par une insécurité juridique, indigne d'un Etat de droit mature.

serendipity | 26 novembre 2010 à 23h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On a beau le redire ,l'idée ne passe pas que l'écologie c'est avant tout ,chronogiquement dans l'essor des sciences,et aussi dans notre propre interêt,la protection de la nature sous ses diverses formes :variété des espèces(en jargon actuel :biodiversité),qualité des eaux ,de l'air etc.
Mais également richesse de nos paysages ,urbains ou ruraux.
Cet aspect n'est jamais abordé,car l'écologie passe aux mains d'ingénieurs pour qui l'énergie est un thème habituel. Les groupes de pression se cachent sous le masque de l'écologie pour mieux assurer la domination de leur univers mental qui ne laisse aucune place au sensible.
Quand aurons-nous des poètes et des peintres au ministère de l'écologie? Leur vision du monde vaut bien celle de tous les polytechniciens et autres juristes au service de quelque industrie,même habillée en vert.

sirius | 02 décembre 2010 à 18h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…