Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Retour sur Actu-Environnement.com

flèche ver la droite

Environnement : pourquoi dans un monde où tout change, rien ne change ? (2/2)

Depuis les années 1960 jusqu’à ces dernières années, la fuite en avant de l’action politique au nom de la croissance est devenue d’autant plus criante face à des revendications environnementales toujours plus fortes de la part des citoyens.

Publié le 02/04/2021

Le propos cette fois est d’essayer d’expliquer, outre le fait qu’effectivement rien ne change, pourquoi rien ne change[1]. Et ce, malgré des multiples cris d’alarmes qui se sont multipliés au fil des siècles face aux urgences et aux enjeux écologiques qui n’ont cessé de s’accroître. Le constat était déjà bien posé et même dénoncé, par des voix de plus en plus nombreuses et sérieuses, il y a plus d’un siècle. De multiples études, conférences, déclarations, conventions, et autres engagements s’en sont suivis. Mais très peu d’actions efficaces dans la durée. Si les prises de conscience ont peu à peu pris corps au sein de la société entière depuis les années 1960, et sont revendiquées de nos jours par la quasi-unanimité des citoyens, des collectivités, des entreprises et du monde politique, si de nombreuses actions ont été réalisées… non seulement l’état de l’environnement n’a pas changé mais il s’est globalement dégradé. Pourquoi ?

Les années 1960 : années fondatrices de l’écologie contemporaine

Les années 1960 furent des années fondatrices, tant les ouvrages traitant de l’écologie commencèrent à toucher un large public. Au premier rang de ceux-ci, on trouve « Le printemps silencieux » de la biologiste américaine Rachel Carson qui mit en évidence les effets délétères des pesticides sur les oiseaux, ou bien, en France, « Avant que nature ne meure » de Jean Dorst et « L’Homme et la nature » de Michel-Hervé Julien[2].

Le Conseil de l’Europe a joué un rôle moteur dans la prise de conscience de chaque Nation de l’état de dégradation des milieux et des pollutions. La fin des années 1960 fut déterminante. Ainsi, en 1968 furent adoptées une « Déclaration de principes sur la pollution de l’air », comportant des recommandations volontaires, ainsi que la Charte européenne de l’eau déclinée en principes forts qui servirent de base à maintes législations d’Etats-membres. Au cours de l’année européenne de la nature, la conférence internationale de février 1970 se conclut par une nouvelle « Déclaration », comportant une trentaine de recommandations, parmi lesquelles la constitution d’un ministère en propre chargé des questions environnementales. Dès la fin de l’année 1970, le Royaume-Uni créa ainsi le premier ministère de l’environnement en Europe, suivi aussitôt par la France en janvier 1971, cependant dans un cadre difficile et aux moyens fort chiches[3].

Les révoltes sociales, et notamment étudiantes, de la fin des années 1960, sonnèrent le glas (provisoire) d’une société conservatrice et furent le terreau propice à l’expansion considérable de l’écologie dans toute la société. France Nature Environnement (FNE), la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement, a été créée à la fin 1968 sous le nom de Fédération française des sociétés de protection de la nature (FFSPN). L’année 1969 a été à cet égard une année charnière : « 1969, Année fatidique » comme l’expose avec force détails Brice Couturier dans son ouvrage, avec comme sous-titre « Tout est parti de là »[4].  L’affaire du parc national de la Vanoise (1969-1971) contre des projets d’aménagements suscita un formidable élan populaire qui mobilisa près d’un million de personnes et joua un rôle à la fois fondateur et fédérateur incontournable pour nombre d’associations.

La fin des « Trente Glorieuses » : le début de l’écologie transversale

L’ère du pétrole et des ressources « faciles » et infinies fut fortement ébranlée à la fin des « Trente glorieuses »[5] (1946-1975), avec notamment le premier choc pétrolier de 1973. Le « Rapport Meadows », publié en 1972 sous le titre français « Halte à la croissance ? », mettait déjà clairement en évidence les liens entre la limitation des ressources et les conséquences écologiques de la croissance économique et démographique[6]. Dix millions d’exemplaires furent vendus à travers le monde.

Au cours de ces années, une profusion d’ouvrages scientifiques portant sur ces questions se destine à un large public. Le rapport « Nous n’avons qu’une terre », rédigé avec le concours de 70 spécialistes de l’environnement, en préparation de la première Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain de 1972, soulignait l’épuisement de la Terre[7]. En 1972 également parurent des best-sellers, tels que « L’encerclement » de Barry Commoner, « Population, ressources et environnement » de P. et A. Ehrlich, ou bien l’année suivante « Les huit péchés capitaux de notre civilisation », de Konrad Lorenz. Rappelons à cette occasion que parmi ces péchés capitaux étaient déjà ciblés la surpopulation par rapport aux ressources, la dévastation de l'environnement, la course contre soi-même (le stress du flux tendu économique) et le formatage de la pensée.

Le 28 février 1970, le président Georges Pompidou prononce à Chicago un discours mémorable, mais resté sans suite, qui appelait notamment à « une morale de l’environnement » : « L’emprise de l’Homme sur la nature est devenue telle qu’elle comporte le risque de destruction de la nature elle-même […] La nature nous apparaît de moins en moins comme la puissance redoutable que l’Homme du début de ce siècle s’acharnait encore à maîtriser, mais comme un cadre précieux et fragile qu’il importe de protéger pour que la Terre demeure habitable à l’Homme. (…) Il faut créer et répandre une sorte de « morale de l’environnement » imposant à l’État, aux collectivités, aux individus, le respect de quelques règles élémentaires fautes desquelles le monde deviendrait irrespirable.

(…) La protection de l’espace naturel doit être désormais une de nos préoccupations premières » (sic).

Les années 1970, ce dossier connaît ainsi une amplification considérable. Le public s’en empare. Se multiplient alertes, critiques et dénonciations de cet état de fait, de la part de nombreux ouvrages et publications, comme de la part d’institutions et des médias. Avec son « Socialisation de la nature », paru en 1971 et qui connut un grand succès, Philippe Saint-Marc énonce clairement que le destin de l'Homme est désormais profondément associé à celui de son environnement : « Il faut que nous nous disions que depuis que l’Homme est apparu sur la terre, jusqu’à maintenant, nous avons vécu sur une certaine conception : la conception que la nature était un bien gratuit, illimité, éternel. Il faut que nous nous disions au contraire maintenant et pendant tout le temps où l’humanité durera sur la terre, que la nature devient un bien rare, que c’est un bien qu’il faudra payer, payer de plus en plus cher si nous voulons le conserver, c’est un bien qui risque d’être temporaire et temporaire comme nous, c’est à dire que nous disparaîtrons avec lui. C’est donc un bien essentiel et par conséquent, il doit être le bien de tous. C’est ce que j’ai voulu dire quand j’ai parlé de “socialisation de la nature »[8].

C’est également au cours de cette période que les ouvrages fondateurs du droit de l’environnement sont publiés, tel le « Droit à la nature » de Jean de Malafosse, en 1973[9]. Les premières thèses sont soutenues dans le cadre du tout jeune droit universitaire de l’environnement, comme celle de Jean Untermaier sur « La conservation de la nature et le droit »[10]. La Société française pour le droit de l’environnement (SFDE) a ainsi été fondée dès 1974 et publie depuis 1976 la Revue juridique de l’environnement. De grandes lois, encore fondatrices d’une bonne partie de notre droit de l’environnement, prirent naissance à cette époque (1975 à 1978) : lois sur la protection de la nature (et des études d’impact), sur les déchets, sur les installations classées, sur la création du Conservatoire du littoral, sur l’accès aux documents administratifs, etc. Dans le même temps on assista à la création d’un grand nombre d’associations régionales et nationales de protection de la nature.

« La bataille de l’environnement est engagée. Qu’on ne s’y trompe point, c’est bien de la “grande bataille” qu’il s’agit aujourd’hui. Le temps n’est plus aux petites escarmouches qui défrayaient la chronique sans effrayer personne. Le temps n’est plus où quelques poètes un peu fous s’acharnaient seuls à défendre une cause qui faisait sourire. Car la semence jetée par les poètes a fait son chemin, et l’armée de ceux qui les soutiennent grossit de jour en jour ». Ainsi s’exprimait Jacques Vernier en 1971, dès les premières lignes de son ouvrage, pour traduire la montée en puissance et l’action déterminante des acteurs sociaux et associatifs[11].

Bien avant ce qu’on appelle actuellement les Zones à défendre (ZAD), ce phénomène, loin d’être nouveau, prit racine en France dans les années 1974-1975, après l’occupation de terrains contre l'installation d'une usine chimique à Marckolsheim (Bas-Rhin).  La première candidature d’un écologiste en France, aux élections législatives à Mulhouse, marque l’année 1973, suivie en 1974 de celle de René Dumont lors de la présidentielle de 1974. Les écologistes engrangèrent 4,39 % aux européennes de 1979, ce qui était un score fort honorable pour un début. A peine dix ans plus tard ce furent 10,59 % aux européennes de 1989…mais 13,48 % en 2019. Soit trois points de plus… en 30 ans.

Des victoires locales, une défaite globale

Au fil des décennies suivantes, l’écologie est devenue le leitmotiv de bon ton. Chacun rivalise d’affichages en ce domaine : les chasseurs se posent en « premiers écologistes de France », quand ce n’est pas le syndicat agricole FNSEA ou bien certains industriels. Ces derniers n’ont-ils pas créé d’ailleurs la notion « d’écologie industrielle » ? Quant aux politiques, ils sont partisans du slogan : « plus écologiste que moi, tu meurs ! ».

Il est vrai également que les collectivités, les citoyens, les entreprises ont développé des actions en faveur de l’environnement. De nombreux textes légaux ont vu le jour dans le même sens. On ne compte plus les études, les témoignages, les publications, les ouvrages, les articles, les buzz sur le sujet. Année après année les rapports ne cessent d’alerter sur la dégradation non plus continue, mais accélérée, de la santé, du climat, de la biodiversité, des mers et océans, des forêts, etc. Les scientifiques, les naturalistes, les juristes partagent maintenant les cris d’alarme avec de nombreux économistes, philosophes, artistes, etc. Jamais l’écologie n’a autant pénétré la société et accompagné son changement incessant. « Penser globalement, agir localement » : oui, mais cela se traduit, bien souvent… par des victoires locales et une défaite globale. Malgré toutes les actions entreprises, qui vont croissant, les résultats obtenus restent toujours très en-deçà de l’ampleur croissante des défis.

La force des résistances, des lobbies et la défense des intérêts économiques court-termistes vont aussi croissant, mais avec une efficacité d’autant plus décuplée que l’on va dans le mur. En 1976, on ne parlait pas d’écologie « punitive » ou de « Khmers verts ». Non on votait à l’unanimité la loi du 16 juillet 1976 relative à la protection de la nature. Laquelle instituait le statut d’espèces et d’espaces protégés et créait l’obligation de réaliser des études d’impact préalables pour maints projets. Près de 50 ans plus tard, alors que chacun se revendique de l’écologie et affiche sa conviction sur les urgences des défis, le plus grand nombre d’amendements déposés vise… à affadir le projet de loi Climat et résilience, pourtant déjà bien falot.

Dennis Meadows n’est-il pas arrivé à cette conclusion, cinquante ans après son fameux rapport « Halte à la croissance ? » : « J’ai passé cinquante ans à tenter d’expliquer aux dirigeants d’une cinquantaine de pays les enjeux des Limites à la croissance. Il est trop tard. Cognez-vous la tête contre un mur de pierre, ça fait mal au crâne mais ça n’a aucun effet sur le mur. Donc j’arrête (…) Si vous faites dépendre votre bonheur de votre capacité à changer le monde, vous ne serez jamais heureux, car vous avez trop peu de chances de gagner »[12].

Comment peut-il en être autrement ?

Comment peut-il en être autrement avec 1 milliard d’habitants en 1810, 3 milliards en 1960, 4 milliards en 1975, puis 6 milliards en 1999 et 8 milliards cette année ? Quand les Hommes sont non seulement de plus en plus nombreux mais quand ils aspirent, globalement, à toujours plus de consommations ? Bertrand de Jouvenel avait eu cette formidable formule : « Nous n'habitons plus la même planète que nos aïeux : la leur était immense, la nôtre est petite ». C’était alors en 1959… qui comptait 3 milliards d’habitants. Si le monde change vite et si de plus en plus de personnes se convertissent aux idées écologiques[13], rien ne change fondamentalement.

Comment peut-il en être autrement, pour ne considérer que notre pays (qui n’est pas le plus mal loti), quand des textes renforcent la protection de l’environnement, cependant que d’autres, bien plus nombreux, mais moins visibles car procédant par touches continues, démantèlent le droit de l’environnement ? Comment peut-il en être autrement quand le bien-fondé sociétal des projets ne fait l’objet ni d’une analyse socio-économique ni d’une réelle participation du public aux choix retenus ?

Comment peut-il en être autrement quand des pans entiers d’activités ne sont pas évalués pour leurs impacts ? Quand, quelques années seulement après leur création, les autorités environnementales indépendantes sont dessaisies d’un grand nombre de dossiers ? Comment peut-il en être autrement quand les mesures compensatoires ne compensent pas vraiment les impacts générés et quand le respect des mesures prescrites n’est jamais contrôlé ?

Comment peut-il en être autrement quand les mesures compensatoires, loin de se traduire par une obligation de résultats et loin de l’obligation d’être effectives pendant toute la durée des atteintes[14], les mesures compensatoires sont mises en œuvre pour une durée de 30 ans dans le meilleur des cas, alors que les impacts des opérations concernées vont perdurer beaucoup plus longtemps ? Comment peut-il en être autrement quand les autorités environnementales, loin de jouer leur rôle en ce domaine par crainte de subir les foudres des autorités décisionnaires, valident de telles mesures compensatoires, sans se soucier du fait qu’après 30 ans le milieu aura été définitivement dégradé ?

Comment peut-on comprendre et respecter les lois de la nature, quand, après des millénaires de civilisation, on viole allégrement les droits humains, quand ce ne sont pas les êtres eux-mêmes, sur tous les continents, y compris au cœur de l’Europe ? Comment peut-il en être autrement quand on essaie de remédier aux conséquences des impacts, très tardivement et imparfaitement, sans jamais s’attaquer aux causes ? Comment peut-il en être autrement, quand le principe du pollueur-payeur se concrétise en pollué-payeur ?

En résumé : comment peut-il en être autrement quand on privatise les profits mais qu’on socialise les impacts ?

Comment, dès lors, ne pas évoquer les propos prémonitoires de Robert Hainard en 1946 sur l’emprise de l’Homme sur la planète : « L’Homme est devenu si grand qu’il ne peut rien détruire sans tailler dans sa propre substance »[15] ?

Il nous faut une morale, une culture à la mesure de notre puissance.

On en est loin.

Très loin.

--

[1] On se reportera notamment avec intérêt au livre de C. Berger et JL. Roques « Le paradoxe environnemental : dans un contexte de changement incessant, pourquoi rien ne change ? », L’harmattan, 2015, auquel le titre a été en partie emprunté.

[2] R. Carson, « Silent Spring », Houghton Mifflin Ed., 1962, morte d’un cancer le 14 avril 1964. Elle avait publié auparavant des ouvrages sur les mers et océans, dont The Sea Around Us, 1951, qui connut déjà un très gros succès et parut en français dès 1952, « Cette mer qui nous entoure », Stock; J. Dorst, « Avant que nature ne meure », Delachaux et Niestlé, Neuchatel, 1965 ; M-H. Julien, « L’Homme et la nature », Hachette, 1965.

[3] Voir R. Poujade, « Le ministère de l’impossible », Calman-Levy, 1975.

[4] B. Couturier, « 1969, Année fatidique », L’observatoire, 2019.

[5]  J. Fourastié, « Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975 », Fayard, 1979.

[6] « Halte à la croissance ? Les Limites à la croissance (dans un monde fini) (The Limits to Growth) », Fayard, 1972.

[7] Respectivement, B. Ward et R. Dubos, «  Nous n’avons qu’une terre », Denoël,1972 ; B. Commoner « L’encerclement », Le seuil, 1972 ; P. et A. Ehrlich, « Population, ressources et environnement », Fayard, 1972 ; K. Lorenz, «Les huit péchés capitaux de notre civilisation »,  Flammarion, 1973.

[8] Ph. Saint-Marc, « Socialisation de la nature », Stock, 1971. Parmi ses autres ouvrages, citons-en un au titre explicite « L’économie barbare », éd. Frison-Roche, 1994.

[9] J. de Malafosse, « Le droit de la nature, aménagement et protection », éd Montchrestien, 1973.

[10] J. Untermaier, « La conservation de la nature et le droit », thèse, Droit, Lyon 3, 1972.

[11] J. Vernier « La bataille de l’environnement », Robert Lafont, 1971, p. 9.

[12] « Ils étaient quatre mousquetaires », Télérama, n° 3711, février 2021, pp.16-21.

[13] De façon absolue, mais pas en proportion de l’accroissement mondial de la population et de la consommation.

[14] Art. L. 163-1 du code de l’environnement.

[15] R. Hainard, « Nature et Mécanisme », Editions du Griffon, Neuchatel, 1946, p. 134.

Les Blogs sont un espace de libre expression des abonnés d'Actu-Environnement.

Leurs contenus n'engagent pas la rédaction d'Actu-Environnement.

2 Commentaires

Matthieu F.

Le 06/04/2021 à 12h25

En tant que jeune "responsable environnement" d'une grande entreprise, votre citation de Meadows sur le bonheur résonne en moi comme un avertissement, une bouée de sauvetage pour des maux que je commence déjà à ressentir.

Finalement ce précis et désolant article me laisse avec une certitude : ce n'est pas le "système" ou nos technologies qu'il faudrait changer, mais la nature humaine. Y-aura-t-il réellement une solution ?

Signaler un contenu inapproprié

Gabriel Ullmann

Le 06/04/2021 à 12h42

Bonjour,
Votre message est très intéressant. Merci. J'ai longtemps connu cela moi-même dans le monde l'entreprise ou en tant que consultant, sachant que j'arrivais à de bien meilleurs résultats en tant que prestataire (exigeant) qu'à l'intérieur de l'entreprise. Je ne sais pas si c'est la nature humaine, peut-être pas, qu'il faut changer mais la culture humaine dominante certainement. Une solution ? Je n'en vois pas. Sincèrement je ne vois pas. Déjà chez nous en France, c'est la régression. On ne s'accorde sur rien. En Europe, c'est guère mieux. Et vous voulez mettre 10 milliards d'humains d'accord dans 30 ans ? Certains disent qu'on va y arriver. Tant mieux, comment en pas l'espérer ? Mais j'attends déjà la démonstration dans notre petit pays. Et voyez déjà la loi Climat et résilience (sic)...

Signaler un contenu inapproprié

Commentez ou posez une question à Gabriel Ullmann

Les commentaires aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Mot de passe oublié