En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Entretien avec Hervé Morin, député UDI de l'Eure, candidat aux régionales pour la Normandie

Eolien : plein cap vers la COP 21 Actu-Environnement.com - Publié le 16/11/2015

Dans le contexte de la transition énergétique, trois candidats aux élections régionales ont accepté de répondre aux questions de FEE sur les enjeux énergétiques et le développement de l'énergie éolienne, moteur de la dynamisation des territoires.

Eolien : plein cap vers la COP 21  |    |  Chapitre 4 / 13
Entretien avec Hervé Morin, député UDI de l'Eure, candidat aux régionales pour la Normandie
Environnement & Technique HS Eolien Téléchargez le Hors Série E&T spécial éolien, édition 2015
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

Quel regard portez-vous sur le développement de l'énergie éolienne ?

Les défis à relever en matière d'environnement et de gestion durable de nos ressources sont immenses, et la Région doit jouer pleinement son rôle. La part relative de l'éolien dans la consommation nationale d'électricité devrait augmenter dans les années à venir, son développement est évidemment une très belle opportunité pour notre région, en pointe notamment sur le secteur de l'éolien offshore. La Normandie est la première région française productrice d'énergie et dispose de nombreux atouts naturels (600 km de côtes) et industriels (des ports et un savoir-faire reconnu). Je vois donc dans le développement de l'éolien un formidable potentiel économique pour notre région et une source d'emplois.

Quel est l'intérêt de développer cette forme d'énergie en Normandie ?

Outre le respect de nos engagements en matière d'énergies renouvelables, j'y vois un double intérêt pour la Normandie : le développement d'une véritable filière de la construction, avec des formations qualifiantes et l'émergence de tout un réseau de sous-traitance. Le Havre et Cherbourg ont un rôle majeur à jouer.

Dans le secteur de la maintenance, notre région dispose également de tous les atouts, notamment dans l'éolien offshore, depuis la construction navale jusqu'à l'armement de navires en passant par des techniciens de haut niveau. La Normandie a tout pour être compétitive sur ce plan, avec des sites comme Fécamp, Dieppe ou Ouistreham, et nous devons soutenir l'émergence de formations en maintenance éolienne dans nos lycées comme il en existe à Charleville-Mézières, Le Mans ou Nîmes.

La situation géographique de notre région a permis de développer des sites de production à Fécamp, au Tréport ou Courseulles-sur-Mer. Au Tréport, les pêcheurs s'opposent encore au projet et nous devrons trouver avec eux un terrain d'entente afin que leur secteur d'activité n'en souffre pas.

Nous devons privilégier les regroupements d'éoliennes ou d'hydroliennes et éviter la dispersion provoquée par l'implantation en mitage, afin de limiter l'impact visuel et l'occupation d'espaces fonciers, notamment agricoles.

Je rappelle que l'appel à projet du parc de Fécamp a été une initiative du gouvernement auquel j'ai appartenu, qui avait d'ailleurs lancé un vaste plan d'investissement de 10 milliards d'euros pour l'éolien offshore.

La Normandie est une grande région énergétique. Nous avons une réelle vision industrielle de l'éolien qui est l'un des vecteurs de l'économie de demain, mais comme tous les autres modes de production, il ne doit s'envisager que dans le cadre d'un bouquet énergétique global qui comprend l'énergie nucléaire.

Si vous êtes élu, comment comptez-vous agir en faveur de la transition énergétique dans votre région ?

La transition énergétique doit être considérée bien évidemment comme une responsabilité écologique, mais aussi comme un levier pour créer de l'emploi et de la croissance. Je pense à la relance du secteur du bâtiment, pour lequel les instruments et dispositifs d'efficacité énergétique constituent une opportunité majeure. Il faut lever les verrous et mettre en place des solutions nouvelles.

Je souhaite tout d'abord que la Région finance des bilans carbone pour les collectivités afin d'engager un grand programme de rénovation énergétique, à la fois sur le dur (bâtiment) et le soft (smart grids).

Pour cela, je souhaite créer une société de tiers financement, par lequel un organisme avance les frais d'expertise, de diagnostic et les travaux de rénovation énergétique. Le principe est incitatif puisque les bénéficiaires remboursent avec les économies réalisées. Je veux favoriser le développement des plateformes locales de rénovation énergétique (PLRE) qui rassemblent les acteurs de le la filière sous la forme de guichets uniques et centralisent les démarches.

La Région soutiendra les entreprises et les artisans pour l'obtention des certifications en matière de rénovation énergétique, indispensables pour rentrer dans les dispositifs de subventionnement public. Tout cela passe par un gros effort en matière de formation que nous devrons porter.

Avec les Départements et les organismes de logement social, nous agirons en faveur de la réduction de la consommation d'énergie de ces derniers afin de booster le secteur et de redonner du pouvoir d'achat aux personnes qui y habitent.

Nous financerons des programmes de recherche universitaire en lien avec les entreprises du bâtiment. Je pense par exemple à l'ESITC (Caen) et aux laboratoires universitaires qui doivent être en mesure de travailler au développement d'une filière en Normandie.

Nous favoriserons enfin les expérimentations, notamment en ce qui concerne les boucles locales d'énergie.

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…