En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Entretien avec Dominique Reynié, candidat pour le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Les Républicains - UDI

Eolien : plein cap vers la COP 21 Actu-Environnement.com - Publié le 16/11/2015

Dans le contexte de la transition énergétique, trois candidats aux élections régionales ont accepté de répondre aux questions de FEE sur les enjeux énergétiques et le développement de l'énergie éolienne, moteur de la dynamisation des territoires.

Eolien : plein cap vers la COP 21  |    |  Chapitre 5 / 13
Entretien avec Dominique Reynié, candidat pour le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Les Républicains - UDI
Environnement & Technique HS Eolien Téléchargez le Hors Série E&T spécial éolien, édition 2015
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]
Quel regard portez-vous sur le développement de l'énergie éolienne ?

L'énergie éolienne m'intéresse mais elle n'est selon moi qu'une étape que nous devons dépasser en raison de ses limites énergétiques et des effets secondaires négatifs qui y sont rattachés. Ça n'est qu'un des multiples chemins que nous devons prendre pour sortir de l'air des hydrocarbures – je pense par exemple à l'hydrogène -. Quoiqu'il en soit, le développement de l'éolien et plus généralement des énergies propres doit se faire en concertation avec les populations locales et en bonne intelligence quant au choix des lieux mis à contribution. Les éoliennes que l'on trouve au bord de l'autoroute A61 reliant Toulouse à Narbonne sont, selon moi, un très bon exemple. Par ailleurs, je trouve intéressant que les collectivités locales et même des particuliers n'aient pas attendu l'intervention de l'Etat pour se lancer dans ce type de projets.

Quel est l'intérêt de développer cette forme d'énergie en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées ?

Les énergies renouvelables ont selon moi trois atouts : assurer l'indépendance énergétique, contribuer au développement économique et aider nos collectivités à trouver les ressources nécessaires à la production et à la distribution des services publics attendus par nos concitoyens. Nous devons développer et maintenir une production d'énergie élevée capable de répondre aux besoins de la population, mais cela ne doit pas se faire au détriment des ressources naturelles de la région. Le développement en local de ces énergies est une nouvelle source de revenus pour les collectivités locales dont les dotations baissent d'années en années. Au niveau d'une commune par exemple, la présence d'une éolienne c'est autant d'impôts locaux en moins.

Si vous êtes élu, comment comptez-vous agir en faveur de la transition énergétique dans votre région ?

Tout d'abord, la France s'est engagée sur des objectifs clairs au niveau de l'Union Européenne : passer sa production d'électricité liée aux éoliennes de 10.000 MW actuellement à 25.000 MW en 2020. Sachant qu'en 2014, seulement 1.000 MW ont été ajoutés, il y a encore du travail. Nous souhaitons nous inscrire dans ce programme tout en prenant en compte les problématiques locales et les craintes des populations. Tout doit être étudié : faune, flore, nuisances sonores et visuelles. Des réponses devront être apportées par les développeurs afin que cette énergie nouvelle puisse profiter au plus grand nombre sans causer de préjudice à qui que ce soit. Mais je le redis, si l'avenir heureux passe par une énergie décarbonée, l'éolien, en l'état actuel des technologies disponibles est une étape utile mais imparfaite. Nous devrons la franchir et savoir la dépasser. Si nous sommes très dépendants de l'énergie, elle est l'architecture du progrès de nos conditions matérielles d'existence, nous devons aller vers des sources d'énergie sans cesse améliorées : non seulement plus respectueuses de notre environnement, faune comprise, mais aussi de nos sites et de leur beauté. Nous serons dignes des mandats qui nous seront confiés par nos concitoyens lorsque nous pourrons transmettre aux générations futures une Nature réparée et des paysages restaurés dans leur beauté initiale, afin de pouvoir les offrir à nouveau à la contemplation de nos enfants et petits-enfants.

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…