En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recyclage du plastique : une filière en quête de maturité

Quel avenir pour les matières recyclées ? Actu-Environnement.com - Publié le 10/09/2012

Si pour l'instant 5,3% seulement de plastique recyclé est incorporé dans les produits neufs, l'arrivée récente de ces résines dans les emballages alimentaires témoigne des améliorations qualitatives opérées par la filière.

Quel avenir pour les matières recyclées...  |    |  Chapitre 8 / 12
Recyclage du plastique : une filière en quête de maturité
Environnement & Technique N°317 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°317
[ Acheter le numéro | S’abonner ]

En 50 ans la consommation de plastique a été multipliée par 20. En 2010, 265 millions de tonnes de plastique ont été fabriquées à partir de pétrole et ces tonnages augmentent de 5 % par an depuis 20 ans. L'Europe est l'un des grands producteurs (21,5%), même si elle s'est fait détrôner par la Chine en 2010 (23,5%).

Le recyclage du plastique s'est petit à petit imposé, encouragé par la réglementation et l'intérêt qu'il peut représenter (cf tableau page 26). Selon le Bureau of International Recycling(BIR), l'industrie du recyclage du plastique représente environ 15 milliards de dollars pour un marché mondial estimé à 14 Mt par an.

Les grands secteurs consommateurs de plastique sont également les principales sources de déchets : le conditionnement (38,1 %), les ménages (22,3 %) et la construction (17,6 %). Même si tous les plastiques sont techniquement recyclables il n'est pas toujours rentable d'un point de vue environnemental ou économique de les recycler. Résultat, sur les 24,7 Mt de déchets plastiques produits en Europe en 2010, seules 6 Mt ont été envoyées vers une filière de recyclage.

Un marché en expansion

En Europe, le commerce de déchets plastiques a atteint 7,8 Mt en 2011 selon Eurostat contre 2 Mt en 2000. Les déchets de plastiques se sont négociés aux alentours de 320 euros la tonne tandis que les prix des différentes matières plastiques vierges ont varié entre 1.100 (polychlorure de vinyle ou PVC) et 2.100 euros la tonne (polyéthylènetéréphtalate ou PET). Le développement du recyclage des déchets d'équipement électriques et électroniques a dynamisé le marché en augmentant les tonnages et les quantités de matières recyclées disponibles. D'autre part, de nombreux secteurs sont de plus en plus demandeurs de matières recyclées notamment l'automobile et l'emballage.

Toutefois, alors même que les sources de déchets se multiplient, le BIR constate que leur disponibilité se raréfie à l'échelle mondiale, car leur recyclage devient une activité de plus en plus localisée. "Le commerce international des déchets plastiques continue d'être entravé par l'absence d'harmonisation entre les législations : l'Inde, par exemple, n'encourage pas les importations de déchets plastiques alors qu'en Europe, certains lobbies souhaitent en limiter les exportations alors que la capacité de valorisation de ce continent est largement inférieure à celle qui est nécessaire pour recycler l'ensemble des tonnages générés à l'intérieur de ses frontières", remarque le BIR. L'UE-27 est en effet exportatrice de déchets de plastique. Les exportations ont grimpé en flèche entre 2002 et 2006, pour atteindre 2,1 millions de tonnes selon le Conseil Economique et Social Européen (CESE). Ces exportations sont principalement dirigées vers l'Asie. Le syndicat mise donc sur la prochaine sortie du statut de déchet des plastiques attendue pour 2013 pour supprimer les "entraves administratives".

Augmenter la collecte et la qualité : points clefs pour l'avenir

 
Le recyclage et les bioplastiques Certains plastiques fabriqués en partie ou en totalité à partir de ressources végétales (bioplastiques) pourraient perturber les filières de recyclage. Les associations de matériaux contenant des polymères à base d'amidon de maïs, pomme de terre ou blé comme par exemple les polyacidelactique (PLA) et les polyhydroxyalkanoates (PHA) peuvent perturber le flux de recyclage du polyéthylènetéréphtalate (PET) car ils sont mal identifiés dans les phases de tri (manuel et automatique). Par contre, le polyéthylène et le PET biosourcés ne posent pas de problème.
 
Contrairement aux métaux, le recyclage affecte les propriétés physiques des matières plastiques. Il est donc difficile de réutiliser les matières recyclées pour les mêmes applications. En France, en 2010, on a incorporé 5,3% de plastique recyclée dans la production selon l'Ademe. Le choix d'utiliser ou non de la matière recyclée se fait sur plusieurs considérations : son prix, sa qualité et sa disponibilité. Pour qu'à l'avenir le taux d'utilisation augmente, il va falloir augmenter les volumes disponibles et donc collecter plus de déchets. "Les pays qui ont interdit l'enfouissement des plastiques dans les décharges presentent un taux de recyclage élevé", rappelle Marc Madec, responsable du département HSE, Fédération de la plasturgie. "Si demain on veut augmenter la part de matière recyclée utilisée et en faire une matière première comme une autre il faut éviter qu'il y ait la facilité de mettre en décharge", ajoute-t-il. Pour l'instant la France n'envisage pas d'interdire le plastique en décharge mais souhaite ouvrir la filière de recyclage à d'autres emballages plastiques que les contenants. Des tests sont en cours dans plusieurs collectivités.

La qualité des résines recyclées est également un point clef. "Le marché des matières recyclées n'est pas aussi mature que celui de la matière vierge, la qualité s'améliore mais elle n'est pas forcément constante dans le temps. D'un lot à un autre il peut y avoir des fluctuations", explique Marc Madec. Si la résine recyclée présente une qualité similaire aux résines vierges, son utilisation sera renforcée. La recherche s'est également emparée de ce sujet. Les chimistes notamment commencent à réfléchir à des additifs capables d'améliorer les propriétés des matières recyclées et les mettre à des niveaux techniques équivalent à la matière vierge. D'autre part les technologies de tri s'améliorent pour augmenter la pureté des matières. "Comparativement au metal ou au verre, le recyclage du plastique est plus complexe car il existe une quinzaine de familles différentes. Les résines sont additionnées de colorants et d'additifs qui leur confèrent des propriétés particulières et le plastique est souvent melangé dans les produits. L'étape du tri est donc essentiel pour le développement du recyclage", explique Marc Madec.

Florence Roussel

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Environnement et technique

Dossier Matières recyclées

Retrouvez le dossier "Matières recyclées"
à la une du n° 317
Acheter ce numéro S'abonner