En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La présidence de la COP veut accélérer les négociations

02 décembre 2015
Spécial COP - Retrouvez les moments forts de la conférence Retrouvez les moments forts de
 la conférence climat de Paris le Bourget

Après deux premiers jours principalement consacrés aux annonces des chefs d'Etat en séance plénière, la négociation est entrée dans le vif du sujet ce mardi, notamment pour le groupe ADP (groupe de travail spécial pour une action renforcée) chargé de travailler sur le texte de l'accord de Paris. Ce texte, qui sert de base à la négociation planétaire en cours, comporte aujourd'hui quelque 50 points en discussion avec 250 options entre crochets actuellement, sur les 51 pages du "draft". Le groupe ADP doit converger dès vendredi sur un texte resserré, contenant plus de formulations convergentes et de consensus.

Compte à rebours d'ici vendredi

Laurent Fabius, président de la COP 21 et ministre des Affaires étrangères, a présenté un premier état des lieux en début d'après-midi : "Je fais le point tous les jours avec les co-présidents. Le message est clair : il faut accélérer le processus". Les jours sont comptés car le texte élagué doit être remis au Président de la COP samedi 5 à midi. Ce texte sera la base de travail pour le segment politique de la négociation, piloté par les ministres à partir de la semaine prochaine. Ceux-ci doivent pouvoir concentrer leurs efforts sur un nombre réduit de points stratégiques.

Ce mardi, pas moins de 23 réunions se succèdent en parallèle : réunions du groupe de contact (qui avance sur tout le texte et assure la cohérence d'ensemble), séances des groupes "spin-off" (chargés des points de blocage). S'ajoutent également d'autres réunions informelles et celles des groupes de Pays permettant aux uns et aux autres d'harmoniser leurs positions. Le Président Obama a ainsi rencontré hier les Etats insulaires et s'est dit être un "homme des îles", en solidarité avec la vulnérabilité de ces pays aux avant-poste du réchauffement.

185 contributions nationales

La reconnaissance de la justice climatique revient dans nombre de discours et de conférences parallèles. L'adoption d'un mécanisme d'indemnisation des plus vulnérables est désormais un point névralgique de l'Accord en cours de préparation. Enjeu majeur de la négociation, le principe d'une révision tous les cinq ans des engagements des Etats semble "acquis", selon la secrétaire générale de la Ccnucc Christiana Figueres. Reste à savoir si celui-ci entrera en vigueur dès après la conférence de Paris, ou seulement en 2020. "L'important, c'est la démarche. Ce matin, la Ccnucc a enregistré 185 contributions nationales, qui couvrent 97% des émissions", s'est félicité Laurent Fabius. Le président de la COP doit rencontrer ce soir les co-présidents des groupes de contacts, afin de faire le point sur l'état des lieux.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager