En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dominique Voynet

Elections présidentielles : détails des propositions des candidats Actu-Environnement.com - Publié le 21/03/2007
Elections présidentielles : détails des...  |    |  Chapitre 14 / 15
   
Dominique Voynet
   
Désignée par les Verts comme candidate à l’élection présidentielle de 2007, Dominique Voynet propose une révolution écologique à travers 15 orientations et 50 propositions. Il faudra agir vite : le changement climatique est désormais entamé, la crise de l’énergie évidente, le gaspillage des ressources toujours plus insoutenable. Les coups que nous portons à l’environnement sont tels qu’ils menacent la possibilité même de la vie, de nos vies , souligne-t-elle dans l’introduction de son contrat écologique.

- Baisse de 30 % en 10 ans de la part du nucléaire dans la production d’électricité . Outre l’objectif de sortie totale du nucléaire d’ici 2030, la candidate prône l’abandon du projet EPR, la fermeture des centrales nucléaires les moins sûres durant les 5 prochaines années (Fessenheim et Civaux en priorité), l’arrêt du retraitement et reconversion de l’activité du site de La Hague vers le seul stockage des déchets nucléaires en sub – surface et enfin, l’arrêt de tout projet d’enfouissement en couche géologique profonde.

- Réforme des institutions internationales avec l’intégration de l’OMC au système des Nations unies, et la création d’une Organisation des Nations unies pour l’Environnement dotée d’un pouvoir de sanctions.

- Renforcement du commerce équitable (organisations de producteurs et des réseaux de distribution).

- Priorité absolue aux transports collectifs en ville et soutien aux transports partagés en milieu rural conjugué à la création d’un fonds national d’aide à l’innovation en matière de mobilité (co-voiturage, auto partage, locations de vélos…). La candidate propose le financement de la rénovation et du développement du transport par rail (trains régionaux, fret, TGV…) et par voie d’eau, par le produit du péage sur les camions (« taxe carbone ») mais aussi l’abandon des projets autoroutiers et réaffectation de leurs budgets, la reconversion des travailleurs de la route, le bridage des moteurs des voitures fixant aux constructeurs une valeur maximale d’émission (120 g de CO2 par km en 2010 pour les voitures) ainsi que l’instauration d’une vignette auto sur le modèle bonus-malus (éco-malus jusqu’à 20 % du prix sur les modèles les plus consommateurs du marché. Eco — bonus équivalent pour les moins polluants).

- Anticipation d’une réforme de la PAC avec une répartition équitable des subventions sur des critères de protection de la santé des consommateurs, de l’environnement et de l’emploi. La candidate soutient l’interdiction totale d’ici 10 ans de l’usage des pesticides et des engrais chimiques et propose l’arrêt des subventions européennes aux exportations vers les pays qui n’ont pas les moyens de subventionner les leurs. Dominique Voynet réclame également la reconnaissance du droit à la souveraineté alimentaire, l’interdiction des essais et cultures d’OGM en plein champ, l’arrêt effectif de toutes les importations d’OGM, la relocalisation de l’agriculture, un soutien aux circuits courts, et enfin une part de 15 % d’agriculture biologique d’ici 2012 en France.

- Refonte du système fiscal dans un sens plus égalitaire et plus écologique avec l’instauration d’une taxe carbone progressive en fonction des critères sociaux et des niveaux de responsabilité environnementale. La taxe foncière et la taxe professionnelle seraient calculées sur la base de l’empreinte écologique, et une TVA majorée à 33 % serait appliquée aux produits les plus polluants, tels que les 4x4 et les grosses berlines .

- Adoption d’une loi programme de l’enseignement supérieur et de la recherche avec 3 % du PIB consacré à la recherche, redéploiement des priorités vers les secteurs du développement durable et la création en 5 ans de 500.000 emplois nouveaux dans les écotechnologies (rail, solaire, éolien, métiers du recyclage et des déchets, et plan écolo pour le BTP et la construction).
La candidate souhaite une transformation des pôles de compétitivité en pôles de coopération et de solidarités, une prime d’aménagement du territoire à la relocalisation écologique, un soutien aux entreprises de l’économie sociale et solidaire notamment par la définition d’un label, la création d’un livret A solidaire bonifié, et des aides aux transmissions et reprises d’entreprises en coopératives.

- Construction de 1 million de logements sociaux haute qualité environnementale (HQE) en 5 ans.

- Organisation de la filière des énergies renouvelables associée à une diminution par 4 des émissions de gaz à effet de serre en 30 ans, incluant une réduction de 20 % dès les 5 prochaines années. Pur la candidate il s’agirait de la mise en place d’une filière industrielle des énergies renouvelables (200 000 emplois dans les 5 ans), d’un dispositif national de capital risque et de formation, d’un soutien au bois-combustible, et d’une fusion d’EDF et de GDF dans un service public décentralisé de l’énergie.
Un Plan logement serait également prévu avec un plan d’isolation des logements (obligation de respect de normes de dépenses énergétiques maximales de chauffage à 50 kWh/m2/an pour les constructions neuves ; crédits d’impôts et aides pour la mise aux normes thermiques de 500 000 logements anciens) et l’équipement d’un million de bâtiments en panneaux solaires en 5 ans.
Lors du 9e colloque du Syndicat des énergies renouvelables (SER) qui a eu lieu le 13 mars, Dominique Voynet a déclaré qu’il est nécessaire de développer une filière industrielle de l’éolien en France, qui implique notamment des groupes comme Alstom et Airbus. On a la possibilité d’aller jusqu’à 60 milliards de kilowattheures en 2020 , a-t-elle précisé.

- Adoption d’un plan « déchets » et sols pollués avec l’arrêt de construction de tout nouvel incinérateur, une réduction des déchets à la source, la responsabilisation des industriels, une redevance incitative. Doùinique Voynet soutient la valorisation et le recyclage (tri, compost, méthanisation, recycleries) associé à une pénalisation des matériaux non recyclables. Elle souhaite également relancer la cartographie des sols pollués et l’application plus sévère du principe pollueur-payeur.

- Annulation de tous les assouplissements règlementaires apportés aux lois « littoral » et « montagne » avec l’adoption d’une loi « Fleuves et rivières », l’amélioration des programmes de protection et de réintroduction des espèces menacées et enfin l’amélioration des modes de gestion forestière.

- Retour à un service public local de l’eau avec une gratuité des 40 premiers litres d’eau consommés par personne et par jour.

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager