En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chronique d'une sécheresse annoncée

Face une sécheresse déjà bien installée dans 4 départements, le gouvernement tente d'en limiter l'ampleur en appelant d'ores et déjà les préfets à la vigilance et en les invitant à prendre des mesures de restriction adaptées à l'état des ressources.

Biodiversité  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Après la tenue mardi d'un comité de suivi de la sécheresse à Paris, le gouvernement a appelé dans une circulaire les préfets à la vigilance, les invitant à prendre des mesures de restriction (arrosage, remplissage des piscines etc.) en fonction de l'état des ressources en eau pour préparer l'étiage 2005.

Cette circulaire souligne la nécessité d'informer rapidement les usagers de l'eau de la situation actuelle, de réactiver les plans d'action sécheresse définis dans la circulaire du 30 mars 2004 et de préparer les mesures nécessaires à une gestion économe des ressources en eau et à un strict contrôle des rejets polluants.

Elle est accompagnée d'un guide méthodologique pour la prise de mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension des usages de l'eau en période de sécheresse afin de fournir à tous les préfets une base de travail commune permettant de prendre des mesures efficaces.

Les mesures de limitation pouvant être retenues sont notamment :
• pour les usages des particuliers non prioritaires : le lavage des véhicules en dehors d'une station professionnelle, l'arrosage des jardins, le remplissage des piscines…
• pour les industries : limitation des volumes prélevés mais devant être étudiés au cas par cas selon les filières industrielles,
• pour l'agriculture : interdiction d'irriguer certains jours, organisation de tours d'eau entre les agriculteurs, définition de volumes attribués par agriculteur et par décade (par période de 10 jours).

Lors d'un déplacement en Poitou-Charentes, le ministre a indiqué que « la situation actuelle est préoccupante mais n'est pas irrémédiable dans la mesure où des précipitations importantes au printemps pourraient limiter les conséquences de ce déficit. Dans le cas contraire, la généralisation notamment sur l'ouest de la France de mesures de limitation des prélèvements pourra intervenir rapidement. Il faut anticiper sur ce risque et engager, dès à présent, une gestion économe de la ressource en eau ».

Devant la situation exceptionnelle des nappes et rivières, les préfets des quatre départements (la Vienne, les Deux-Sèvres, la Charente et la Charente-Maritime) ont appelé toutes les catégories de la population à la retenue, à la vigilance et au civisme dans l'usage économique et domestique, collectif et individuel d'une ressource dont la rareté risque d'être rapidement tangible si les comportements de tous ne sont pas dès à présent modifiés.

Le 14 mars, la préfecture de la Vienne a interdit les prélèvements agricoles sur l'ensemble des cours d'eau jusqu'au 4 avril, en raison d'un fort déficit pluviométrique constaté sur les quatre derniers mois.
La préfecture du département voisin des Deux-Sèvres a de son côté restreint l'usage de l'eau dans 152 communes depuis début mars.
Selon Météo France, la Haute-Vienne n'a pas connu d'automne et d'hiver aussi secs depuis 30 ans, avec une pluviométrie d'à peine 360 mm depuis septembre (soit un déficit de 200 mm). Et cette période a été l'une des plus sèches depuis 50 ans en Corrèze, où les déficits pluviométriques de janvier et février ont atteint 40% et 55%.

Réactions1 réaction à cet article

 
Mr

Peut on m'expliquer pourquoi laisse t'on les vannages ouverts sur les cours des rivières qui empêchent d'obtenir une plus grande réserve d'eau.
Ces vannages étaient il y a plusieurs années, contrôlés et manoeuvrés selont la sécheresse ou les avalaisons.
Il n'y a plus de retenue d'eau a l'heure actuelle mais il n'y a plus personne non plus pour prendre la décision de refaire un pas en arrière afin de résoudre une partie du problème.
Il faudrait à mon avis remettre ces vannages en état ainsi que des responsables pour la maintenance.

BOBOSSE | 24 mars 2005 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager