En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une plate-forme d'Environnements Virtuels Enrichis pour évaluer les projets de construction

Inaugurée au Cstb de Sophia-Antipolis en mars dernier, la Salle immersive Le Corbusier associe la modélisation numérique, la réalité virtuelle et l'interaction en temps réel.

Aménagement  |    |  Françoise Ascher  |  Actu-Environnement.com
Inaugurée au Cstb de Sophia-Antipolis en mars dernier, la Salle immersive Le Corbusier associe la modélisation numérique, la réalité virtuelle et l'interaction en temps réel, pour naviguer au sein d'un projet architectural, d'aménagement du territoire ou urbain, mesurer son impact sur l'environnement et optimiser ses performances.

Née du projet de recherche EVE (Environnement virtuel enrichi) initié en 2002 par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) en partenariat avec l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), la Salle immersive Le Corbusier réunit les technologies les plus avancées pour placer un projet de construction en immersion multi-sensorielle dans son environnement futur. Le couplage de la représentation visuelle avec la simulation des phénomènes physiques est réalisé via un centre de calculs dédié et des logiciels de simulations scientifiquement validés. La restitution visuelle et sonore en 2D et 3D s'effectue sur un écran panoramique conique de 4,60 m x 2,80 m, via un supercalculateur graphique multi-pipes, un système de sonorisation global et trois vidéo-projecteurs à tubes cathodiques à phosphore rapide pour la stéréoscopie. Quant à la salle proprement dite, elle est équipée de 15 sièges amovibles.

Les données numériques de l'ouvrage et de son environnement sont récupérées sous forme de plans informatisés issus des logiciels de CAO et des systèmes d'information géographique (photos aériennes ou satellite, plans IGN ou cadastraux). Elles permettent de réaliser la maquette numérique du projet et d'y insérer les caractéristiques modélisées des matériaux, types de sources sonores, conditions climatiques, orientation, exposition au vent, pollution, apports solaires, etc. Le croisement de ces données avec les outils de simulation acoustique, éclairage, thermique, aéraulique, etc, s'exerce dans une même interface de référence, afin de garantir la cohérence des résultats entre eux.

Tous ces paramètres étant modifiables en temps réel à la demande des intervenants, ils offrent une pluralité d'échelles et de disciplines pour tester l'impact de l'ouvrage et son insertion dans le site, affiner les choix architecturaux et les performances techniques, étudier les variantes et leurs incidences, optimiser l'exploitation et la maintenance, anticiper et maîtriser les ambiances. Pour exemple, la navigation sur le site de Millau a favorisé une vue globale du problème à résoudre pour insérer le Viaduc et anticiper le phasage de réalisation. Dans un autre registre, la visualisation du confort thermo-aéraulique d'une salle de réunion en fonction des sources de chauffage et de rafraîchissement, des apports solaires et de l'apport thermique des occupants, permet de calculer les consommations énergétiques correspondantes, de comparer des variantes et de dimensionner le système de climatisation ad hoc, voire de préconiser des protections solaires pour minimiser les apports solaires.

Utilisée en phase de conception, de présentation ou de réalisation des ouvrages, la Salle Le Corbusier contribue ainsi à renforcer la coopération entre maîtres d'ouvrage et professionnels. Et donc sans rupture, de partager une vision claire et objective du projet final, y compris avec les futurs utilisateurs. Pour les industriels, cet outil virtuel constitue une aide à la conception de leurs produits ou systèmes, mettant l'accent sur l'insertion dans l'ouvrage et les performances à la fois techniques et sensorielles. Enfin, en favorisant sa visualisation, ces techniques contribuent à comprendre l'intérêt d'un projet d'urbanisme ou d'aménagement du territoire, à apprécier ses qualités, et donc à faciliter le débat entre les collectivités territoriales, les citoyens et les associations. À cet effet, il est prévu d'utiliser un système de visioconférence pour visualiser les images à distance via une liaison haut débit !

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager