En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le tube de cuivre : le mieux placé pour lutter contre la prolifération des légionelles.

Associant une compatibilité avec les différents traitements de désinfection, le tube de cuivre s'affirme comme le matériau de canalisation le mieux placé pour lutter contre la prolifération des légionelles.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Le laboratoire Kiwa, organisme officiel de certification néerlandais, a publié ces dernières années deux rapports mettant en évidence l'influence de la nature des matériaux de canalisations sur le développement du biofilm et la prolifération des légionelles.

Le premier, daté d'octobre 2001, montrait que la formation du biofilm sur le cuivre était équivalente à la plupart des autres matériaux.
Ce rapport* faisait état des résultats obtenus par des tests statiques de courte durée sur différents matériaux de canalisation.

En février 2003, suite à une nouvelle expérimentation, ce même laboratoire revenait sur ses précédentes conclusions , et faisait état d'un vice de protocole ayant faussé les mesures.

Ces toutes dernières conclusions ont fait apparaître l'action bactériostatique du cuivre : associant une compatibilité avec les différents traitements de désinfection et une capacité à réduire la formation de biofilm, le tube de cuivre s'affirme
comme le matériau de canalisation le mieux placé pour lutter contre la prolifération des légionelles.

Le Centre d'Information du Cuivre a lancé une campagne contre la légionellose s'appuyant sur les conclusions de ce rapport. Un kit d'aide à la décision pour les prescripteurs du bâtiment est disponible en téléchargement libre sur leur site Internet.

La légionellose est une infection respiratoire aiguë due à Legionella, bactérie du milieu hydrique, dont la croissance est favorisée par une température variant de 25 à 45°C. C'est une maladie soumise à déclaration obligatoire aux autorités sanitaires depuis 19 87.

L'infection présente deux formes :
- une infection aiguë bénigne appelée fièvre de Pontiac, guérissant spontanément sans traitement en 2 à 5 jours ;
- une infection aiguë pulmonaire grave, pouvant entraîner le décès dans un peu plus de 15 % des cas, appelée maladie du légionnaire.
Dans ces deux formes, la transmission se fait par Inhalation de fines gouttelettes d'eau ou aérosols (taille < 5 micromètres) contenant des légionelles.


*Rapport réf. KOA 99.079
**Rapport réf. KWR 02.090 : disponible sur : www.kiwa.nl

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager