En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'incinérateur de Gien plombe le bilan annuel des incinérateurs de tout le territoire

L'incinérateur d'ordures ménagères de Gien a émis environ 50 grammes de dioxines entre août 2004 et janvier 2005 avec un pic de rejet 6.800 fois supérieur à la normale alors que les 130 autres UIOM n'ont émit ''que'' 120g sur toute l'année 2004.

Déchets  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Pendant au moins cinq mois, d'août 2004 à janvier 2005, l'incinérateur qui traite les ordures ménagères de la communauté de communes de Gien (45) a rejeté des quantités de dioxines de 2.000 à 6.800 fois supérieures à la norme fixée par la législation.

Le 30 mai dernier, le ministère de l'Ecologie et du Développement durable a publié comme chaque année les résultats des mesures de dioxines et de furannes à la sortie des cheminées des usines d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) en France. Alors que le bilan des incinérateurs s'était amélioré entre 2002 et 2003 (flux total de 210g en 2002 et 100g en 2003), il s'est dégradé en 2004 avec un flux total de 170g dont environ 50g émis par le seul incinérateur défectueux de Gien.

En août 2004, un prélèvement indiquait que l'incinérateur émettait 221 nanogrammes de dioxine par Normaux Mètre Cube (NM3) d'air rejeté (Résultat en ng I-TEQ/m3 à 11% O2) soit un taux 2.210 fois supérieur à la norme. Pire, en janvier 2005, un autre prélèvement* indiquait que l'incinérateur émettait 680 ng/Nm3 alors que la valeur limite d'émission fixée dans l'arrêté du 20/09/2002 qui deviendra obligatoire le 28/12/2005 est de 0,1 ng/Nm3. Le dépassement des valeurs limites d'émissions de plusieurs polluants atmosphériques (CO, HCl et dioxines) a conduit à l'arrêt de la ligne 2 de l'unité depuis le 24 janvier 2005 et à différents arrêts techniques de la ligne 1, notamment en avril 2005.
Fianlement, c'est un délai désespérément long qui aura été nécessaire arrêter la ligne d'incinération défectueuse. Pourtant les responsables se défendent d'avoir laissé traîné et évoquent les délais importants pour obtenir, voire contre expertiser les résultats des analyses des prélèvements…

Au total, sur l'année 2004, l'usine de Gien a rejeté près de 50 grammes de dioxine dans l'atmosphère, soit un tiers des rejets produits par les 130 usines d'incinération françaises.

L'Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) qui a fait le point sur ces résultats le 2 juin dernier, a constaté un très grand écart entre les concentrations très élevées en dioxines mesurées à la cheminée lors du pic d'émissions observé sur l'usine de Gien et les valeurs qui restent relativement proches du « bruit de fond » dans l'environnement immédiat de l'unité. Cet écart est vraisemblablement le fait que les dioxines, qui sont majoritairement émises sous forme gazeuse et non particulaire à la cheminée, ne vont pas retomber dans l'environnement immédiat de l'unité mais au contraire se disperser dans l'atmosphère et participer à la pollution atmosphérique globale, explique l'ADEME.

La principale source de contamination pour l'homme étant d'origine alimentaire, du lait issu de vaches des alentours a été analysé en Avril et les résultats ont montré qu'ils contenaient jusqu'à 1,5 picogramme de dioxine par gramme de matière grasse (pg/g), la norme européenne se situant à 3 pg/g. En 2001, après des fuites encore plus considérables à l'incinérateur de Gilly-sur-Isère (Savoie), 6.875 animaux avaient été abattus et la vente de lait interdite.

Pour l'ADEME, le problème rencontré par l'unité de Gien relève d'un incident lié à une application technologique nouvelle mais ne remet pas en cause les technologies éprouvées de combustion utilisées pour l'incinération des déchets ménagers tant pour les installations existantes qu'en projet.

L'ADEME précise toutefois que ce problème met cependant en évidence pour tous les incinérateurs aujourd'hui en fonctionnement, quelle que soit leur technologie de combustion, la nécessité de suivre non seulement les émissions de polluants à la cheminée de l'installation mais aussi leur impact réel sur l'environnement.

L'incinérateur de déchets ménagers à lit fluidisé de Gien a été mis en service fin 1999. Cette unité fait l'objet depuis début 2004 (arrêté préfectoral du 6 février 2004) d'un programme particulier de surveillance de l'impact de l'installation sur son voisinage, en termes de polluants atmosphériques à l'émission, d'analyses des retombées de dioxines et métaux lourds sur 8 points de contrôle et enfin d'analyses de dioxines dans le lait des élevages situés à proximité.

La combustion en lit fluidisé est une technique éprouvée sur le charbon ou sur certains déchets homogènes (boues de station d'épuration, farines). Son application au traitement des ordures ménagères est encore récente et sujette à polémique. En France, on compte 4 unités utilisant la technologie en lit fluidisé dont la construction a débuté entre 1995 et 1997, selon deux variantes : four à lit fluidisé rotatif ABT/Lurgi (Gien-45 et Mulhouse-68) et four à lit fluidisé dense TMC (Guerville-78 et Monthyon-77). Aucun n'a encore posé de problème d'une telle importance que celui de Gien.

*Les résultats du programme de surveillance des émissions atmosphériques ont fait apparaître en janvier 2005 un pic de pollution significative sur certains polluants avec les valeurs suivantes :
- Sur la ligne d'incinération n°2, le 19 janvier 2005 :
* CO : 1874,9 mg/Nm3, la valeur limite étant de 50 mg/Nm3 fixée dans l'arrêté du
15/12/1995
* Dioxines : 680 ng/Nm3 de fumées, la valeur limite d'émission étant de 0,1 ng/Nm3 fixée dans l'arrêté du 20/09/2002 qui deviendra obligatoire le 28/12/2005. Le rapport d'analyses montre que les dioxines sont majoritairement émises sous forme gazeuse et minoritairement sous forme particulaire.
- Sur la ligne d'incinération n°1, le 18 janvier 2005 :
* CO : 178,8 mg/Nm3, la valeur limite étant de 50 mg/Nm3 fixée dans l'arrêté du 15/12/1995
* HCl : 112,4 mg/Nm3, la valeur limite étant de 10 mg/Nm3 fixée dans l'arrêté du 15/12/1995
* Dioxines : 30,8 ng/Nm3 de fumées, la valeur limite d'émission étant de 0,1 ng/Nm3 fixée dans l'arrêté du 20/09/2002 qui deviendra obligatoire le 28/12/2005.

Le flux est calculé, à partir de la concentration mesurée, sur la base d'un débit de fumées de 5800 m3 par tonne d'ordures ménagères incinérée et d'un fonctionnement de 7500 h par an.

Réactions8 réactions à cet article

 
Affligeant !

Et un nouveau scandale sanitaire et environnemental à imputer à cette technique obsolète et oh combien dangereuse !

Qu'attend le gouvernement (et l'Europe) pour se pencher sérieusement sur ces pollutions à répétition, pour enfin respecter la réglementation, la santé publique et proscrire ce procédé !?

Que chacun de manifeste et s'oppose à cette technique pourtant susbtituable, et contradictoire avec le principe de précaution, la sauvegarde de nos matières premières...!

Il est urgent d'agir, 130 UIOM encore en activité, d'autres projets à venir, notamment d'une inquiétante capacité à Marseille....
FAISONS VITE !

Anonyme | 16 juin 2005 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Affligeant !

Aux environs de Marseille il existe plusieurs collectifs anti incinération pour s'opposer au projet menaçant décidé arbitrairement par Mr Gaudin .
Si vous ne les connaisez pas et si vous souhaitez nous aidez dans notre lutte , tapez sur Google :

golfedefos.free.fr

gazdefos.com

En vue d'une action nous lançons un appel à tous le corps médical de la Crau ,Camargue ,Alpilles et Etang de Berre .Si vous souhaitez apporter votre pierre à l'édifice ,envoyer votre adresse email à DD . Elle me sera tansmise et je vous enverrai des précisions. Cordialement .

DD | 16 juin 2005 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Affligeant !

OK pour ne pas incinérer mais que faire des déchets produits, tous ne peuvent pas être recylés,.. les mettre dans un ¨trou¨ autorisé !!!!

mag | 16 juin 2005 à 16h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
toujours en retard

Conservatismes de tout poil, refus du changement, conformisme intellectuel... nous mène à la catastrophe environnementale annoncée et inflige à notre pays un retard croissant dans l'émergence des éco-technologies, du traitement à la source des problèmes environnementaux... Demain encore nous plomberons un peu plus la sécurité sociale fort d'un taux de cancer exponentiel grâce à la pollution, nous regretterons de dépendre d'une mono -activité productrice d'énergie et nous ne comprendrons toujours pas pourquoi il y a tant de chômage dans un pays en manque d'imagination et d'innovation...
INVENTONS DEMAIN!!! est le cri du DD

H

H.Naillon | 16 juin 2005 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Affligeant !

Je ne crois pas vous apprendre grand chose, en vous disant que de nombreuses agglomérations en Europe et en France arrivent à traiter leurs déchets, sans incinération.

A l'heure actuelle, ce choix reste souvent politique, mais techniquement, il "suffit" de développer les collectes sélectives, aller au-delà des seuls gisements "visés" par Eco-emballages, développer la traitement de la fraction fermentescible et REDUIRE LE GISEMENT DE DECHETS...

Or sur ce point, l'implication des citoyens, bien qu'indispensable, ne sera pas suffisante. Il faut se donner les moyens concrets et avoir le courage d'inverser une tendance inquiétante en coopération entre producteurs, industriels, pouvoirs publics et société civile.

Non?

Par contre, pensez-vous que l'incinération permet de se priver de "trou" (voir quand même les évolutions actuelles, toujours combattre les idées reçues et éviter les raccourcis !) ? Alors que sans incinération il reste près de 30% à enfouir, l'incinération ne peut non plus s'en passer, à hauteur de 25% (minimum) des tonnes entrantes ? 25 % qui en outre sont extrèmement pollués et dangereux, conrtairement à des déchets supposés ultimes (cf. définition ?).

Mais tout cela vous devez le savoir...n'est-ce pas ? Il est très grave à notre époque de continuer à opposer décharges, nommées dorénavant centre d'enfouissement ou de stockage et contrôlés, à l'incinération...Il faut arréter la désinformation!

Anonyme | 16 juin 2005 à 17h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Affligeant !

il faut travailler sur l'amont de la filière déchets , stabiliser le gisement global de déchets collecté qui continue à augmenter parallèlement au développement des collectes sélectives,communiquer sur le compostage individuel, mettre en place uen politique concrète de prévention qualitative et quantitative de la production des déchets associant les consommateurs, sinon les capapctités actuelles de traitement seront à moyen terme complètement inadaptées.

mag | 16 juin 2005 à 18h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et on voudrait en construire toujours et ailleurs

voici le message résumant notre lutte anti-incin dans le marais poitevin: L’Air du MARAIS POITEVIN bientôt pollué ?

Vous qui connaissez et aimez le MARAIS POITEVIN, nous vous informons que la Communauté d’Agglomération de NIORT (CAN), en Deux-Sèvres, a voté la décision d’installer un INCINERATEUR à ordures ménagères (O.M.) à Coulon, une petite commune du Marais .

L’atmosphère y deviendrait alors chargée, tous les jours de l’année et de façon continue, des nombreux polluants issus de la combustion des O.M., dont un certain nombre sont déjà classés cancérigènes par l’IARC (dioxines, benzène,…). Ces éléments se déposeront dans l’environnement et intoxiqueront les écosystèmes du Marais à l’ouest de Niort, ainsi que les habitants et les consommateurs de produits locaux.
Quoique les vendeurs d’incinérateurs ou leurs promoteurs osent nous affirmer, il n’existe pas de système de filtration suffisamment efficace pour supprimer ces polluants au regard du volume d’air très important sortant de ce type d’usine. Les récents scandales de Maincy, Gilly sur Isère, Cluny, Gien,.. apportent hélas une démonstration à leur défaillance.

Devant une opposition comprenant :
-des associations locales et environnementales regroupées en un collectif « Alternative à l’incinération 79 »,
-123 médecins exerçant sur le territoire, s’étant exprimés par un courrier commun adressé aux élus, sur les risques sanitaires produits par les effluents (notamment les fumées),
-les habitants et les élus de Vendée (dont le Conseil Général vient d’abandonner tout projet d’incinérateur sur leur département), territoire proche de quelques dizaines de mètres du site d’implantation,
- les élus du Parc du Marais Poitevin présidé par une ancienne Ministre de l’environnement (Mme Ségolène Royal),
la décision a été gelée jusqu’en 2006…

Nous nous insurgeons, comme Mme Royal, de cette « incohérence » et nous sommes déterminés à lutter contre ce type de projet, où qu’il soit, en proposant des alternatives calées sur la réduction à la source, l’intensification du tri sélectif et du recyclage, comparables aux solutions mises en place à Canberra (Australie) ou encore par M Dany Dietmann, maire de Manspach en Alsace.(expérience qu’il expose dans son livre publié en 2005 aux Editions l’Harmattan : « Déchets ménagers, le jardin des impostures »)

Pour nous soutenir, rejoignez nous sur le site : http://altincineration79.free.fr/

Pour stopper l’incinérations et ses nuisances sur le plan national, adhérez à la pétition déjà contre-signée par des personnalités attentives à la santé publique et à la préservation de l’environnement: Mme Corinne Lepage, Pr Domnique Belpomme, Jean-Marie Pelt,….sur :
http://avenir-sans-incinerateurs.over-blog.com/

philippe | 14 septembre 2005 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Polluer ! il en restera bien quelque chose

Pourquoi l'ADEME fait elle la promotion de l'incinération de déchets alors que pour 1kw d'électricité produite c'est l'incinération qui dégage le plus de CO2 dans l'atmosphère?

D'un coté on subventionne les panneaux solaires, de l'autre on rejette des gaz à effet de serre sans scrupules !

Polluer ! Polluer ! il en restera bien quelque chose

Anonyme | 02 décembre 2005 à 20h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…