En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Mise en place d'une filière de déconstruction des bateaux de plaisance

Les professionnels de la plaisance mettent en place une filière de déconstruction des Bateaux de Plaisance Hors d'Usage (BPHU). Courant 2006, ces BPHU pourront être démantelés dans le premier centre de déconstruction qui sera construit à Caen-la-mer.

Déchets  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Le parc plaisancier français compte 700.000 bateaux immatriculés et seulement 450.000 utilisés. La production annuelle est en croissance constante, avec un fort impact sur le gisement de BPHU : 5.000 tonnes en 2005, estimées à 10.000 tonnes en 2010 puis 20.000 tonnes à l'horizon 2025.
Actuellement environ 20.000 bateaux de plaisance arrivent tous les ans en fin de vie. Jusqu'à présent, les épaves étaient laissées à l'abandon, stockées, brûlées ou encore coulées en mer. Or les bateaux de plaisance hors d'usage renferment des déchets dangereux (huiles usagées, batteries) et des matériaux composites difficiles à recycler.
C'est pourquoi la Fédération des Industries Nautiques (FIN) a décidé depuis 2003 de s'engager dans une démarche volontaire visant à appliquer le principe de la Responsabilité Elargie des Producteurs (REP) pour les fabricants de bateaux de plaisance. En d'autres termes, l'idée est d'amener ces fabricants à mettre en place, puis à coordonner un dispositif de traitement des BPHU et à en assurer sa gestion financière.
Un programme d'études et d'expérimentations a donc été mené, soutenu par les ministères de l'Equipement, de l'Industrie, de l'Ecologie et du Développement durable et par l'Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME). Une filière industrielle de déconstruction a été pensée, avec la création d'un modèle de « centre de déconstruction BPHU » pouvant traiter 1500 bateaux soit 2 000 tonnes par an.
Les bateaux seront dans un premier temps retirés de l'administration par une «désimmatriculation», puis tous les éléments mobiles seront détachés (voiles, ancres, mâts, haubans, quille…). Les bateaux seront ensuite dépollués : les fluides, les produits toxiques et les matériaux dangereux seront vidangés et retirés. Enfin la déconstruction sélective pourra débuter. Elle a pour but de démonter progressivement le bateau en triant les différents matériaux (bois, plastiques, métaux). Par tronçonnage, broyage, affinage et tri, ces éléments seront séparés et reconditionnés en vue de leur transfert et de leur traitement par des professionnels de la récupération ou de l'élimination des déchets.

Le premier Centre BPHU verra le jour en 2006 et sera implanté dans l'agglomération de Caen-la-Mer. Cinq autres centres régionaux répartis le long du littoral français sont prévus d'ici 2012.

Le démantèlement des navires marchands pose, quant à lui, beaucoup plus de problèmes. Ces navires en fin de vie contiennent de nombreux produits toxiques : amiante, huile contenant des PCB, etc. Ils sont, à ce titre, considérés comme des déchets dangereux. Leur prise en charge est dictée par la convention de Bâle dont l'objectif est de contrôler, au niveau international, les mouvements transfrontières et l'élimination des déchets dangereux pour la santé humaine et l'environnement. Actuellement nombre de ces navires sont démantelés en Asie dans des conditions inquiétantes. L'Union Européenne travaille en collaboration avec l'Organisation Maritime Internationale (OMI) sur la création d'un système international juridiquement obligatoire pour le recyclage des navires.

Réactions7 réactions à cet article

 
Le développement durable.com, c'est ça

L'idée paraît magnifique à ceux qui ne connaissent pas la plaisance et les bateaux. L'assimilation est alors rapide avec le monde des voitures et leur cycle de vie très court.

Il n'en est rien. Les bateaux, en particulier à voile (mais c'est aussi le cas des bateaux à moteur dans une large mesure) ont une durée de vie considérable. Mon voilier, par exemple, construit en plastique en 1971 a plus de trente ans et ne montre aucun signe de fatigue.
Il est vrai que certains propriétaires dont le type de navire n'est pas recherché cherchent à s'en débarrasser. Mais le marché de l'occasion est bien vivace et équilibré.

Alors pourquoi les Industriels du nautisme lancent-ils cette filière hautement morale et civique ?

Tout simplement parce que les ports d'accueil sont pleins et que les possibiltés d'augmentation du nombre de places portuaires sont restreintes ce qui bride les ventes des bateaux neufs.

D Esse
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C déjà ça...

encore l'Asie, qui malheureuse n'a pas d'autres choix que d'accepter l'inacceptable... laisser des gens s'empoisonner, ces boulots, on en veut même pas pour nous.
en tout cas, c'est déja un petit pas ce centre de deconstruction des bateaux de plaisance...

yaya | 29 septembre 2005 à 22h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le développement durable.com, c'est ça

Le navire de plaisance aujourd'hui est un produit à durée de vie moyenne. Sa construction est de plus en plus rapide (beaucoup d'unité produite en une journée) avec des matériaux qui sont très difficilement triables, encore plus difficilement recyclables.
Or combattre le marché de la plaisance, c'est un peu se battre contre des moulins à vent, car les ventes restent élevées, alors considérer que le bateau est un bien jetable, c'est une façon de drainer tous ces "BPHU", de les remplacer.
Commercialement tout pousse le futur propriétaire à le considérer comme tel. Son vieux navire...qu'en faire?
Finalement pourquoi pas imposer un contrôle technique au terme d'une durée donnée?
Ce serait un bon moyen d'avoir des navire entretenus, à durée de vie plus longue, à propriétaire content et surtout plus sur l'eau.

Single malt | 16 avril 2006 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
projet recyclage

bonjour, j'ai lu votre article qui me permet de voir qu' il va avoir de l'évolution pour le recyclage des bateaux de plaisance.
J'ai pour projet de monter une structure qui permetra de désosser les bateaux en fin de vie de recycler tous ce qui est recyclable et de revendre toutes piéces ex accastillages en dépots ventes . Afin d'aboutir a une ( troc de la mer) tout cela pour diminuer la pollution en mer. Pourriez-vous me faire parvenir des adresses ou autres pour m'orienter dans mon projet.Dans l'attente de votre réponse Merci.

Anonyme | 21 mai 2007 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:projet recyclage

Bonjour
Je viens de lire votre réponse à cet article d'il y a deux ans. J'ai un sujet d'étude à faire sur le recyclage des bateaux de plaisance pour rentrer à l'Institut Nautique de Bretagne. J'aimerai savoir si vous avez réussi à mettre votre projet à exécution et si vous pourriez m'accorder un entretien si c'était le cas. Cela me permettrait d'étayer le reste de mon rapport avec l'exemple d'une expérience. Merci d'avance. Tibo

TIBO | 03 juin 2009 à 21h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
projet deconstruction

intéressé en bretagne par le projet y a t il des informations récentes merci??

chaurand denis | 14 juillet 2009 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
recyclage bateau

bonjour
j ai eu besoin de faire detruire un bateau de plaisance de 7m et j ai trouver une ste qui est dans le rhone (depollution-nautique)
il se sont occupes de tout et mon remis un bordereau
de recyclage apres destruction
cordialement

bidou | 03 septembre 2009 à 06h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…