En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La toiture végétalisée peine encore à se développer en France

La toiture végétalisée se développe en Allemagne et en Suisse tandis que la France fait office de retardataire. Pourtant, outre ses qualités esthétiques, cette technique présente des qualités écologiques et des performances thermique et acoustique.

Aménagement  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
La toiture végétalisée consiste en un système d'étanchéité recouvert d'un complexe drainant, composé de matière organique et volcanique, qui accueille un tapis de plantes précultivées (sédum, vivaces, graminées…). S'installant aussi bien sur une structure en béton, en acier ou en bois, elle offre une surface vivante qui change d'aspect en fonction des saisons et de la floraison des végétaux.

Rappelons qu'il existe trois types de végétalisation : la végétalisation extensive, la végétalisation semi-intensive et la végétalisation intensive. La végétalisation extensive, qui aboutit normalement à un écosystème, est une technique qui utilise un complexe de culture élaboré de faible épaisseur permettant la réalisation d'un couvert végétal permanent. Celui-ci est constitué de plantes qui ne sont pas nécessairement horticoles. Dans ce cas, l'entretien est réduit au minium. Pour sa part, la végétalisation semi intensive est une technique qui utilise un complexe de culture élaboré, d'épaisseur moyenne. Elle est utilisée pour réaliser un espace décoratif en toiture. Si l'entretien est réputé modéré, en revanche, l'arrosage est indispensable. Enfin, la végétalisation intensive est une technique qui conduit à la réalisation d'une toiture-terrasse jardin.

La végétalisation extensive des toitures présente de nombreux avantages qui donnent des réponses non seulement en termes d'esthétique mais aussi de qualité environnementale. En effet, ce type de toiture peut remplir la fonction d'absorbeurs de différents polluants urbains contribuant ainsi à diminuer la pollution atmosphérique. Les plantes peuvent filtrer des particules de l'air et absorber des éléments chimiques gazeux et les transformer. De plus, ces toitures ont une influence positive sur le climat intérieur du bâtiment en améliorant le confort thermique et acoustique et en humidifiant l'air ambiant. La température et le rayonnement thermique s'en trouve amoindris. Alors que les surfaces nues amplifient la pollution acoustique par réflexion, les plantes absorbent le son. D'après le CSTB, le gain sur le Rw apporté par ces systèmes par rapport à une toiture traditionnelle peut être estimé à environ 15 à 20 dB selon que le substrat de la toiture végétalisée est sec ou a capacité maximale en eau. Par ailleurs, une toiture végétalisée peut accroître l'isolation acoustique aux bruits aériens.

Enfin, les toitures végétalisées régulent efficacement les écoulements des précipitations, en retenant une partie des eaux de pluie et contribuent à limiter les risques d'inondation en évitant la saturation des réseaux. Elle peut même lors d'orages après une période de sécheresse, réduire l'engorgement des réseaux d'assainissement. Les toitures végétalisées, suivant leurs caractéristiques, se comportent comme des éponges, retenant un certain temps l'eau et la restituant à l'atmosphère par évaporation, une partie de cette eau étant absorbée par les plantes.Pour en quantifier l'impact, il faut prendre en compte le genre de système, sa performance en fonction de ses caractéristiques et les conditions climatiques locales, en particulier le temps qui s'écoule entre deux fortes pluies, voire le degré de saturation du substrat au moment de la pluie en fonction de la surface végétalisée, indique le CSTB dans sa revue technique n°212. L'ampleur de l'effet retardateur de l'évacuation de l'eau peut atteindre, en fonction des conditions précitées, 2/3 des effets d'un orage d'une durée d'une heure, mais ce point dépend fortement de l'état de saturation en eau du système avant l'orage (eau absorbée lors des pluies précédentes).

Autre atout des toitures végétalisées : l'augmentation de la durée de vie de l'étanchéité. La protection d'une étanchéité, dont la durée de vie est limitée à une quinzaine d'années, peut être doublée dans le cas d'une toiture végétalisée. La végétalisation extensive limite en effet le choc thermique. En été, sur une étanchéité, des températures de 60° C à 75° C sont régulièrement enregistrées alors qu'avec une végétalisation extensive, cette température sera de 25° C à 35° C, explique l'association l'Adivet (Association pour le développement et l'innovation de la végétalisation extensive des toitures) créée en décembre 2001 sous l'impulsion d'Ecovegetal et de Soprema, deux professionnels du secteur.
Il s'agit également de systèmes légers utilisables sur tous types de bâtiments, non seulement en travaux neufs mais aussi en réhabilitation, et qui nécessitent un faible entretien.

La toiture écologique s'inscrit également dans une démarche HQE® en participant aux économies d'énergie induites par le rôle d'isolation thermique (cible 4), en régulant le confort thermique d'été grâce à l'hygrométrie apportée par le complexe végétalisation et isolation thermique de la toiture (cible 8), en améliorant la qualité du paysage, la biodiversité et en favorisant l'intégration du bâtiment dans l'environnement urbain (cible 1), en utilisant des produits renouvelables et nécessitant peu d'entretien (substrat naturel de faible épaisseur, espèces végétales peu consommatrice d'eau et d'engrais) (cible 2), en ralentissant et en limitant le rejet des eaux d'orage dans les dispositifs d'évacuation des eaux pluviales. (cible 5).

Alors qu'elle reste encore trop méconnue en France, la toiture végétalisée est une technique largement utilisée en Allemagne, en Suisse, au Japon et dans la plupart des pays d'Europe et même en Amérique du Nord.
En Allemagne où le marché est estimé à 13 millions de mètres carrés par an, plus de 40% des villes proposent des incitations financières pour le développement des toitures végétalisées. À Berlin, par exemple, la ville prend à sa charge 60% des dépenses liées aux toitures végétalisées et à l'installation de traitement de l'eau de pluie. La ville de Bale en Suisse subventionne à hauteur de 40% la végétalisation extensive de toiture sur son territoire en se fixant comme objectif la végétalisation annuelle de 20 à 30000 m2. Une étude d'Environnement Canada estime que la végétalisation de 6% de toute la surface de toits disponibles pourrait faire baisser la température de Toronto de 1 à 2°C, ce qui permettrait les jours de canicule, une baisse de 5% de la demande en électricité pour la climatisation et la réfrigération et par conséquent une diminution des émissions de gaz à effet de serre. Au japon, cette technique est encouragée par une réduction de taxes.
En France, alors que 150 000 m2 de toitures végétalisées ont été recensées en 2002, 22 millions de m2 de toitures étanchées sont potentiellement transformables en toitures vertes, selon le CSTB.

Dans ce contexte, les industriels et les professionnels français avec notamment le CSTB et l'association l'Adivet ont décidé de se mobiliser pour développer cette technique.
Des démarches ont ainsi été engagées pour promouvoir cette technique. La Région Nord-Pas-de-Calais incite à la végétalisation des toitures pour les équipements sportifs et scolaires au travers des programmes d'architecture. L'agence de Bassin Seine-Normandie subventionne depuis juillet 2003 la végétalisation des toitures pour les projets des collectivités. La Région Ile-de-France envisage de l'imposer pour les toits étanchés de ces équipements. Quant à la Mairie de Paris, elle a intégré le concept de toiture végétalisée dans son Plan Local d'Urbanisme (PLU) et d'autres agglomérations sont prêtes à suivre cet exemple.

Par ailleurs, le jury du Concours de l'innovation Batimat 2005 avait récompensé par une médaille d'or, dans la catégorie structure et enveloppe, la société Hydro Pack pour son bac précultivé à réserve d'eau accrue, destiné à la végétalisation des toitures. Facilitant l'écrêtage des rejets d'eaux pluviales lors de fortes précipitations, ce système permet de réduire ainsi les besoins en arrosage. Il évite les pics de pluviométrie dans les réseaux d'évacuation. Utilisable sur les toitures terrasses, en pente ou exposées à des vents violents, sur étanchéité ou sur supports étanches (plaques de fibres-ciment), ce produit évite les solutions traditionnelles qui imposent la mise en place successive de plusieurs couches (drainage, filtre, substrat, végétation). Offrant une réserve d'eau de 8 l/m3, ce bac de 600x400x90 cm en PEHD recyclé avec filtre non-tissé en polypropylène est développé avec le soutien de l'ANVAR, en collaboration avec les sociétés Siplast et Eternit.

Pour l'association ADIVED, il reste aux pouvoirs publics à mettre en place un certain nombre de mesures incitatives, en particulier des aides financières directes et indirectes, pour que la France puisse espérer refaire une partie de son retard dans ce domaine.

Contacts :

CSTB - www.CSTB.fr
Adivet - Courriel : contact@adivet.org

Réactions29 réactions à cet article

 
Toiture végétalisée

Je conçois des maisons écologiques et à basse consommation d'énergie. Je propose chaque fois que je le peux à mes clients de passer en toiture végétalisée. Je dis bien - à chaque fois que je le peux - car les occasions sont plus que rares. Les PLU locaux semblent effectivement s'ingénier à rendre cette pratique impossible et les élus et personnels locaux se retranchent frileusement derrière leurs sacro-saints règlements pour éliminer toute vélléité de sortir des clous.
Des exemples:
Les toitures seront à deux pans, de pente comprise entre 50 et 80% y compris les annexes, et couverts de tuiles ou équivalent. Point. Exit la toiture végétalisée.
Garage enterré en pied de talus. J'ai proposé de l'enterrer complètement en végétalisant la toiture. Refusé. Toiture deux pans et tuiles. C'est magnifique et facile à entretenir, une toiture posée directement sur le terrain !
A défaut de pouvoir végétaliser la toiture de la maison, proposons une toiture plate végétalisée sur le garage. Refusé. Toitures-terrasse interdites.
Etc, etc, ...
Il reste des progrès à accomplir en matière d'ouverture d'esprit et de conscience du monde qui nous entoure chez beaucoup de nos "décideurs"...

countryboy | 09 mars 2006 à 11h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
toiture et eau de pluie

Bonjour,
Pour ma part, je récupère l'eau de pluie que j'utilise pour mon habitation.
Est- ce possible de coupler les deux ?

albeq | 09 mars 2006 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Mêmes problèmes d'acceptation par les communes et les administrations des maisons bois

Il y a certaines mentalités qui doivent évoluer, mais c'est très long

Guigui | 09 mars 2006 à 16h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

J'en sais quelque-chose : j'en construis ! Mais c'est un faux problème, lié au fait que le Français confond "maison bois" et "maison tout bois". Dans d'autres pays d'Europe, qui font beaucoup plus de maisons bois que nous et où elle est totalement entrée dans les moeurs, les gens ne se croient pas obligés d'afficher leurs convictions pro-bois à l'extérieur et privilégient la durabilité et l'absence d'entretien. Le les façades sont très souvent crépies et là, plus de problème : la DDE n'a pas besoin de savoir de quoi sont constiitués les murs.

countryboy | 09 mars 2006 à 16h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Mais c'est dommage de crépire quand même ! Dans quelle région la conception des ces maisons ?

Mafate | 09 mars 2006 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Que des avantages?

c'est le première fois que j'entend parler de ce type de toitures, qui m'ont l'air très intéressante effectivement.
cependant, n'y a-t-il aucun risque que des racines s'infiltrent dans une microfaille et l'élargissent?
ou ce tyep de toirure ce favorise-t-elle pas l'implantation de nid de guêpe?

étudiant en énergie et confort | 09 mars 2006 à 18h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Point de vue respectable mais tout à fait subjectif. Que diriez-vous des Belges qui cachent systématiquement leurs murs à ossature bois derrière un parement de briques ?

countryboy | 09 mars 2006 à 21h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'action des communes incitatrices

Pour moduler les critiques envers "les communes qui seraient frileuses" vis à vis de la réalisation de toitures végétalisées, je voudrais vous signaler l'initiative de certaines communes, dont celle d'Echirolles (38) qui les a, au contraire, incitées dans son nouveau PLU.

Echirolles, aprés l'adoption d'un Agenda 21 en 2004, a travaillé à l'intégration d'orientations et de préconisations en matière de développement durable dans son PLU.
Cela concerne notament :
- l'article 11 - aspect extérieur des constructions - qui intègre des dispositions incitatives d'objectifs de DD, notamment les toitures végétalisées et les dispositifs de récupération des eaux pluviales ;
- l'article 9 - emprise au sol des constructions / CES - qui stipule que les parcs de stationnement enterrés dont la toiture est végétalisées ne sont pas compris dans le calcul du CES, de même pour les emprises liées aux locaux d'activités débordant des immeubles sous réserve que leur toiture soit végétalisée.

Par ailleurs, la ville d'Echirolles montre l'exemple en ayant réalisé un local de quartier et en prévoyant une école élémentaire avec des toitures végétalisées dans le cadre, pour cette dernière, d'une démarche plus globale de Haute Qualité Environnementale.

P. Vic - urbaniste territorial | 10 mars 2006 à 16h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
CE QU'IL FAUT SAVOIR...AUSSI

Nos voisins suisses et allemands en avance sur la France en éco-construction.....ce n'est plus une surprise.
Petite précision en terme de conception de toiture végétalisée (ou au moins... étanchées) :
Il est fait allusion au "HQE" et au dephasage thermique...cependant, un paramètre est très important dans le domaine de la toiture terrasse, c'est la notion de PERENNITE.
Opter pour la toiture vegétalisée, c'est envisager un stockage (occasionnel j'en conviens) d'environ 100litres d'eau /m² dans le cas de la saturation du complexe lors d'un orage. AUSSI, dans le cas ou votre étanchéité présente une "avarie", c'est la catastrophe...car l'eau va s'infiltrer en grande quantité dans votre complexe de toiture et affecter les finitions interieures.
CHEZ NOS VOISINS, un isolant en verre cellulaire (le FOAMGLAS) est très fortement utilisée pour les toitures terrasses. Ce matériau ainsi que son mode de pose se différencient des systèmes tradi en présentant un niveau de fiabilité face au risque de fuite HORS DU COMMUN : c'est la technique dite "COMPACTE-FOAMGLAS".
our mémoire, le FOAMGLAS est le seul isolant du marché français à garantir ses propriétés pendant une durée de 30 ans.
PAR EXEMPLE : C'est le seul à garantir sa performance thermique, son étanchéité à l'eau.
A noter que ce matériau est issu du recyclage de verre de pare-brises, est 100% inerte et dispose d'une conductivité thermique pérenne à vie.

SAVOIE | 10 mars 2006 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:L'action des communes incitatrices

La ville de Rillieux-la-Pape, entre le département de l'Ain et celui du Rhône, achêve un bâtiment public écoles maternelle, primaire, et garderie périscolaire, en démarche de Haute Qualité Environnementale, avec une partie de toiture végétalisée.
Cette surface permet d'inscrire le bâtiment au respect de contrainte liée à la rétention d'eau d'un Plan de Prévention de Risque d'Inondation.
Les enseignants et les enfants auront confirmation des autres qualités après les vacances scolaires de Pâques de 2006.

adjoint à l'urbanisme | 10 mars 2006 à 19h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tenue mécanique structure

A la lecture de cet article, ne manque-t-il pas l'aspect tenue mécanique de la dalle de soutènement de la terrasse?

Le propre d'une terrasse végétalisée est qu'elle est susceptible de retenir les eaux de pluie s'infiltrant dans la terre: si je désire aménager une terrasse existante en terrasse végétalisée, quelles dispositions permettent de garantir un dimensionnement de la dalle et des poutres de soutènement de la terrase existante?

Le fait de végétaliser la terrasse implique-t-il de reprendre la strcuture globale de soutènement en préconisant par exemple un rajout de poutres transversales, etc...?

quand on voit les tristes événements assez récents des effondrements de toitures sous le simple effet d'accumulation de neige...

David | 13 mars 2006 à 15h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pentes<35°?

Normalement, il n'y a pas de risques d'infiltration de racines dans les microfissures et ceci pour deux raisons. Premièrement, il est indispensable de traiter les anomalies existantes dans la toiture avant la mise en place. Deuxiémement, il y a plusieurs types de membranes qui peuvent nous éviter ce genre de problémes:
- les membranes bitumineuses traitées anti-racines,
- les membranes en PVC,
- les membranes en caoutchouc.

les problémes d'étanchéités, de drainage ,de filtrage ou meme structurelles peuvent étre résolue. Mais la seule contrainte technique qui fait que l'architecte évite ce genre de solution écologique est le fait que la pente ne doit pas dépasser 35°. En effet, Ceci oriente l'architecte vers un choix formelle limité.

Berber | 29 avril 2006 à 23h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 12h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
toits stockants végétalisés ?

Apparemment, les toits végétalisés permettent d'absorber quelques mm de pluie (8mm d'eau selon Hydro Pack).
Est-il possible de donner une fonction stockante plus importante à une toiture végétalisée ? J'imagine qu'en élevant des parapets d'une vingtaine de centimètres sur les côtés d'un toit-terrasse, et en ajoutant un régulateur de débit d'évacuation, on pourrait réaliser cette fonction.
Les végétaux utilisés résisteraient-ils à une submersion de plusieurs heures ? Avez-vous des retours d'expérience dans ce domaine ?
Merci d'avance pour vos réponses...

mano verde | 14 juin 2006 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
demande de doc

je recherche de la doc sur les toits végétalisés ainsi que des tarifs au M2

Anonyme | 24 juillet 2006 à 19h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
demande de doc sur les toitures végétales

bonjour,je suis actuellement en aprentissage en travaux paysagers et j'ai un dossier technique a faire sur les toitures végétalisées.pouriez vous m' envoyer de la documentation svp? merci de votre compréhension.

Anonyme | 05 octobre 2006 à 23h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Demande de documentation

bonjour,
je suis actuellement en B.T.S. Technico-Commerciale à Calais et j'ai un dossier technique a faire sur les toitures végétalisées.pouriez vous m' envoyer de la documentation svp? merci de votre compréhension.

Anonyme | 30 janvier 2007 à 17h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
toitures végétalisées

Bonjour,

J'aimerais avoir une liste des plantes que l'on peut entretenir sur une toiture plate extensive en climat tempéré.
On parle toujours de sedum mais il en existe d'autres je suppose...
D'avance merci

Anonyme | 09 mars 2007 à 00h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Bonjour,
J'ai une toute petite maison en Région Parisienne (40m²). Je cherche à construire un étage, à un prix raisonnable et en fonction des fondations bien sûr. Je voudrais en plus faire un toit terrasse... et pourquoi pas végétalisé?
Serait-il possible de se mettre en relation?
Cordialement,
emalabou

trik95 | 02 août 2007 à 07h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Toiture végétalisée

Je vous répond par mail privé.

countryboy | 02 août 2007 à 08h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Toiture végétalisée

Oups ! désolé. Je viens de réaliser que je ne peux pas vous joindre de cette manière. En résumé, je voulais simplement vous dire que nous sommes trop éloignés l'un de l'autre pour avoir l'un et l'autre l'assurance que notre collaboration sera efficace et je vous suggèrais de trouver plutôt un architecte sur votre région. Cordialement.

countryboy | 02 août 2007 à 08h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:toiture et eau de pluie

bien sûr! il faut prendre soin d'installer une crapaudine sous le drainant pour empêcher les racines d'obturer la descente EP et mettre quelque filtres en aval, tout dépend de ce que vous faites avec votre eau... elle sera parfois un peu teintée, un peu de terre sans doute...

archiqueff | 19 octobre 2007 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Toiture végétalisée

Bonsoir, nous sommes dans le Cantal et commençons nos recherches pour faire une construction bois, toiture végétalisée. Lorsque nous prononçons le mot toit végétal, les constructeurs bois, se sauvent en courant ou ont toujours une excellente raison de nous dire que si cela était pour eux, ils ne le ferait jamais ! toit trop lourd, cout charpente, fuites .. est-ce que ce domaine évolue en France ? quels sont les spécialistes et peut-on avoir des idées de prix, comment se passe l'entretien ? merci.

Jean | 16 novembre 2007 à 22h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Bonjour,

j'aimerais savoir comment avez vous fait pour devenir " concepteur de maisons écologiques", et dans quelle région êtes vous basé...Faut il absolument être architecte? Je vous remercie bcp de bien vouloir me répondre.

FD

fanny | 31 décembre 2007 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Toiture végétalisée

Bonjour,
Votre message date un peu. Désolé de le découvrir qu'aujourd'hui. Je suis entrepreneur dans les métiers du bois. Dans les six mois à venir, sortira de terre ma nouvelle structure d'entreprise qui aura pour but la construction de petites structures en bois très ludiques. Dans les options, il existera la toiture végétalisée étudiée avec grand soin.
Pour ma part, je n'ai pas peur du poids et encore moins des fuites. Si vous voulez bien répondre sur mon e-mail (jean-j.billet@range.fr), je ne manquerai pas de vous faire partager mon expèrience en ce domaine. A savoir que sera testé cette toiture sur l'un de mes constructions qui pour corser le tout sera à forte pente. Les solutions existent.
Sincèrement vôtre
Jean-Jacques Billet

jjb31 | 29 mars 2008 à 17h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La toiture de mon restaurant .............

Bonjour à tous,
je prend le train en marche et je vous fait part de mon intention de végétaliser la toiture terrasse béton ( mais si on peut me donner une autre bonne idée....j'étudie)
Ce toit tout simple est un rectangle de 20m X 5m soit 100m2
Pour avoir longtemps résidé en Altitude, je connais la fiabilité des membranes type liner armé de piscine et j'ai fait appel à un ami qui s'est spécialisé dans l'étancheité de toiture terrasse et la réfection de piscine pour régler mon problème......
Voilà on va être étanches et une légère pente est prévue pour évacuer l'eau sur plusieurs descente de goutière (Chez moi dans l'Aude, il ne pleut pas souvent, mais quand ça tombe c'est le déluge......)
Quelqu'un peut il me dire de combien doit être la hauteur du bac et me dire quoi y mettre (je fais tout moi même)bidime, graviers ronds, bidime, terre végétale (quel mélange)et ensuite on plante ? on sème ?
Systéme d'arrosage intégré ? tenir compte du climat chez moi !
Si quelqu'un a envie de me donner un coup de main en conseil pour qu'une belle toiture terrasse naisse au bord du Canal du Midi à Carcassonne

araokatao | 28 juillet 2008 à 21h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toiture végétalisée

Bonjour,

Je vois également votre message assez tard. Travaillant actuellement sur des outils de sensibilisation des communes belges, je suis justement en train de réfléchir à la meilleure manière de sensibiliser et convaincre les décideurs à encourager les toitures plates végétalisées auprès des habitants, des architectes et aussi d'intégrer ce type de construction pour les bâtiments communaux. Certaines communes belges mettent en place des incitants ou l'imposent dans l'octroi des permis d'urbanisme, mais elles sont peu nombreuses, le tout serait de diffuser leurs expériences pour amener d'autres décideurs à faire de même. Si vous avez d'autres suggestions sur des moyens de sensibilisation, ils sont les bienvenues.

catia | 24 novembre 2008 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:La toiture de mon restaurant .............

Bonjour,
Pour ce qui est de l'épaisseur de terre à prévoir, tout dépend de la résistance de votre toit et de ce que vous souhaitez installer comme végétation (cela va de 60 à 400 kg/m2).
Cela va de petites plantes grasses (dites succulentes) posées sur une petite épaisseur de pouzzolane ou équivalent, à toute sortes de végétaux, y compris des petits arbres.
Pour le choix des plantes, faites appel à un botaniste de votre région, ou plus simplement, repérez dans votre environnement le type de plantes qui vous plaisent et qui poussent sur des supports comparables à votre future toiture. Pour limiter les risques, commencez par planter votre toit de plantes très variées. Certaines mourront, mais leurs voisines auront vite fait de boucher les trous. Evidemment, c'est la première année qui est la plus délicate, car les plantes n'ont pas eu le temps de s'enraciner et une grosse pluie peut tout arracher.

Cordialement,

François MAUGIS

Paco | 25 juin 2009 à 00h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Toit végétalisé et vents violents

Bonjour,

je suis en projet de construction d'une maison ossature bois et toits végétalisés plats.
j'ai lu que les toits verts supportaient mal l'exposition à des vents forts . Or, nous faisons construire dans un secteur où le Mistral peut être TRES fort. Est-ce donc raisonnable de partir sur une telle toiture?

merci d'avance pour vos réponses et pistes de réflexion..

mamgoz256 | 12 février 2010 à 09h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…