En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un nouveau centre pour les déchets radioactifs

Un nouveau centre destiné aux déchets très faiblement radioactifs, issus principalement du démantèlement des installations nucléaires, sera opérationnel l'été prochain, près de Troyes (Aube), ont indiqué vendredi les responsables de l'ANDRA.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Ce centre de stockage, situé à Morvilliers, recevra quelque 650.000 mètres-cubes de déchets, soit 700 à 900.000 tonnes avec un flux estimé à 25.000 tonnes par an, selon l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

''Les déchets à très faible activité (TFA) proviennent pour 80% du démantèlement des installations nucléaires en fin de vie'', a précisé devant la presse le directeur de l'ANDRA François Jacq. Il s'agit principalement de ferrailles, de gravats, de tuyauteries de circuits secondaires, ''tout ce qui a vu la radioactivité de près ou de loin'', selon l'établissement public.

Vingt pour cent des déchets viendront d'industries qui manipulent des matières naturellement radioactives, notamment des engrais phosphatés, et qui sont jusqu'à présent stockées chez les industriels.

Ces déchets, dont la radioactivité est très proche de la radioactivité naturelle, seront stockés dans des alvéoles creusées dans l'argile, à quelques mètres sous terre. Chaque alvéole, d'une superficie de 200 à 300 mètres-carrés, est équipée d'une membrane destinée à isoler les déchets de l'environnement. ''L'important est que l'eau ne soit pas en contact avec les déchets'', a expliqué le président de l'ANDRA Yves Le Bars.

L'investissement global est estimé à 40 millions d'euros, financés pour un quart sur fonds propres et pour trois quarts par emprunts. Le prix facturé aux industriels sera de l'ordre de 250 euros la tonne.

Ce nouveau centre complétera celui concernant les déchets ''faiblement ou moyennement radioactifs à vie courte'', qui fonctionne dans la commune voisine de Soulaines-Dhuys.

Avec ces deux sites, la France sera dotée d'une solution définitive pour les déchets les moins dangereux, qui représentent plus de 90% du volume mais seulement 1% de la radioactivité totale. Pour les déchets les plus radioactifs, issus des usines de retraitement des combustibles utilisés dans les centrales, la loi a fixé au Parlement un rendez-vous en 2006 pour trouver une solution définitive.

Source: AFP

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…