En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Journée de l'environnement

La communauté internationale reste impuissante à enrayer la dégradation de la planète, trente ans après la création de la Journée mondiale de l'environnement, célébrée jeudi 5 Juin.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
''Les efforts internationaux sont insuffisants par rapport à la destruction accélérée de la biodiversité'', a estimé dans un entretien à l'AFP Sébastien Moncorps, directeur du Comité français de l'Union mondiale pour la nature (UICN), qui publie tous les ans la ''liste rouge'' des espèces menacées.

Un mammifère sur quatre est menacé de disparition, un oiseau sur huit, un poisson, reptile et amphibien sur trois: au total, 5.500 espèces animales sont en péril, et 34.000 espèces végétales, selon l'UICN.

Il s'agit d'une ''crise d'extinction majeure'', relève l'organisme international.

Pourtant, l'environnement a été à peine évoqué par les 8 pays les plus riches de la planète au sommet d'Evian ces derniers jours. La guerre en Irak a relégué le sujet depuis plusieurs mois au dernier rang des préoccupations internationales.

Déjà, le deuxième sommet de la Terre à Johannesburg en août 2002 n'avait pas été marqué par des avancées majeures, alors qu'il devait amplifier l'élan pris dix ans plus tôt à Rio. Les conventions internationales issues de Rio, sur le climat, la biodiversité, avancent ''trop doucement'', relève M. Moncorps.

Alors que la planète est menacée d'une hausse de température moyenne de 1,4 à 5,8 degrés d'ici la fin du siècle, les efforts des grands pays émetteurs de gaz à effet de serre sont dérisoires.

Les Nations Unies ont mis en garde mardi contre une envolée des émissions de gaz à effet de serre qui pourrait atteindre 10% dans les pays industriels et 17% en Occident dans la décennie en cours.

Les Etats-Unis, premier pollueur mondial, ont rejeté le protocole de Kyoto qui prévoit une réduction minime de 5,2% des émissions polluantes des pays développés en 2008-2012 par rapport à 1990. La Russie ne l'a toujours pas ratifié. Le protocole n'est pourtant qu'un premier pas: c'est de 70% qu'il faudrait réduire ces émissions pour stabiliser le climat d'ici 2100.

L'Union européenne fait assaut de promesses en faveur de l'environnement, sans toujours tenir ses engagements. Elle a promis de stopper la dégradation de la biodiversité (faune et flore) d'ici 2010, lors d'une conférence en avril 2002. ''Nous attendons les mesures concrètes'', remarque Sébastien Moncorps.

La France s'est distinguée par des déclarations généreuses: ''Notre maison brûle et nous regardons ailleurs'', avait déclaré le président Jacques Chirac au sommet de Johannesburg. Neuf mois plus tard, les crédits de l'Etat sont gelés, et les gestionnaires des espaces naturels sont montés mardi au créneau pour demander l'arbitrage du président de la République.

La France abrite ''un patrimoine d'importance mondiale'' dans ses collectivités d'outre-mer mais ''les moyens ne sont pas à la hauteur'', estime Sébastien Moncorps.

Le classement des coraux de Nouvelle Calédonie au patrimoine de l'UNESCO est au point mort. Le projet de Parc national en Guyane est à l'étude depuis... dix ans. Les populations amérindiennes de Guyane sont lentement contaminées au mercure, utilisé dans l'exploitation d'or.

25% du territoire français est répertorié comme zone écologiquement importante, mais 1,4% est effectivement protégé par les réserves naturelles et parcs nationaux.

La Journée de l'environnement, créée par l'ONU en 1972 à l'occasion de la première grande conférence sur l'environnement à Stockholm, a choisi pour la première fois une ville arabe pour ses festivités: Beyrouth.

Source : AFP

Réactions1 réaction à cet article

 
Que d'efforts pour.....

Je suis soulagé que l'on délocalise le siège de cette journée ailleurs que dans les pays développés, c'est aussi important que de reconnaitre les Etats de Palestine d'abord et d'Israel ensuite, en Afrique nous n'avons pas d'autre choix que de faire l'effort de sauvegarder ce qui peut l'être en veillant à assurer un développement propre.
Mais tous ces efforts risquent de ne servir à rien si les pollueurs principaux ne se resaisissent pas. Que d'efforts pour rien alors...., vamos!!!!!! pour la terre

LEDUC | 23 mai 2008 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager