Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Mont-Blanc a perdu 1,95 m en deux ans

Le Mont-Blanc, le plus haut sommet d'Europe avec ses 4.810,40m d'altitude en septembre 2001, a perdu 1,95m en deux ans, a déclaré le géomètre-expert Pierre Bibollet.

Biodiversité  |    |  Actu-Environnement.com
Le sommet du Mont-Blanc, a été mesuré en septembre 2001 grâce au GPS à 4.810,4 m . Il ne mesure plus que 4.808,45 m selon des mesures effectuées en septembre 2003.
Un phénomène probablement dû à la chaleur qui a fait diminuer l'épaisseur du manteau neigeux.

Le géomètre expert, Pierre Bibollet, a expliqué que : cette baisse était dûe à l'effet conjugué du vent qui a raboté l'arête sommitale et à la température, car la neige était plus chaude et elle s'est compressée beaucoup plus vite.

La nouvelle mesure, qui a une précision de plus ou moins 10 cm, a été effectuée le 6 septembre 2003 à 7h00 (temps universel) par une expédition composée de 19 membres.
L'expédition était réalisée par des bénévoles soutenus par l'ordre national des géomètres, l'institut géographique national et Leica Geosystem qui a fourni des appareils de mesure.

L'expédition a constaté : un très léger déplacement d'environ 70 cm du sommet dans le sens nord-ouest.

L'expédition a modélisé la calotte glaciaire au sommet du Mont-Blanc et a constaté que : l'arête sommitale orientée ouest-est est quasiment horizontale sur une longueur de 13 à 15 mètres. Ceci peut amener au gré des vents et des accumulations de neige et de glace un déplacement relativement important du point culminant.

Une mission topographique est envisagée dorénavant tous les 2 ans afin d'étudier régulièrement l'évolution du sommet.

Un glacier est un stock d'eau solide (neige, névé, glace) permanent à l'échelle humaine. Le glacier s'écoule en permanence vers l'aval et possède une zone d'accumulation (là où la glace se forme) située au dessus de la limite des neiges éternelles et une zone d'ablation (là où la glace fond) située au dessous de cette limite (2700 m en exposition nord).

Dans la zone d'accumulation, la neige stagne et se tasse sous l'apport de nouvelles couches. Tout se passe comme pour la boule de neige que l'on serre de plus en plus fort entre ses mains.
Dans un premier temps, après quelques mois, la neige, formée de jolis cristaux, se tasse et forme le névé. Comprimé par l'arrivée de nouvelles épaisseurs de neige fraîche, le névé se transforme à son tour pour devenir progressivement de la glace.

Dans la zone d'ablation, la neige tombée pendant l'hiver disparaît complètement et la chaleur estivale attaque directement la glace. La zone d'ablation montre sa surface de glace avec de nombreuses caractéristiques de formes : crevasses, moulins, bédières...

Réactions1 réaction à cet article

 
Creer une zone glaciale de

il s'agit d'après l'appareil utilise d'un phénomène climatique naturelle ,a long ou a court terme que signifie donc cette baisse?ou comment retrouver les 1m95.
Deux solutions .acceptation du climat(incompetence humaine et ou préservation par canadair pour rafraîchir les espaces et zones (racine)du et autour du mont ,afin de pouvoir constater la vitesse temporel de perte d'altitude ou de remise a niveau ou autres.

bill | 17 décembre 2008 à 23h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP