En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bientôt un nouveau statut de réfugié de l'environnement?

Des représentants d'associations écologistes de pays insulaires du Pacifique sud ont demandé à l'Australie de reconnaître un statut de réfugié de l'environnement aux victimes du réchauffement du climat.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Des représentants d'associations écologistes de pays insulaires du Pacifique sud ont demandé à l'Australie de reconnaître un statut de réfugié de l'environnement aux victimes du réchauffement du climat.

Les associations écologistes ont signalé à l'Australie que les changements du climat étaient à l'origine de la montée du niveau de l'océan et de l'augmentation de la fréquence de certains phénomènes comme les cyclones.

Ces associations estiment que l'Australie est responsable du réchauffement du climat de la planète, avait une responsabilité particulière dans les dégâts causés à l'environnement dans ces régions, en tant que plus gros producteur régional de gaz à effet de serre.

Des chercheurs du CSIRO (Australia's Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation), un établissement gouvernemental de recherche scientifique australien, ont récemment indiqué qu' il avait constaté une augmentation alarmante des émissions de gaz à effet de serre ces deux dernières années, leur origine étant presque totalement attribuable à la consommation de combustibles fossiles.

L' augmentation de la concentration atmosphérique en Dioxyde de carbone (C02), liée essentiellement à l'utilisation de combustibles fossiles par l'homme, constitue une composante majeure des changements environnementaux et climatiques globaux dont les risques sont maintenant très largement mesurés par la communauté internationale.

Les chercheurs australiens ont évalué que 18,7 milliards de tonnes de CO2 avaient été rejetées dans l'atmosphère en 2002 et 17,1 milliards de tonnes en 2001.

Le gouvernement conservateur de John Howard fait l'objet de critiques des organisations écologiques en raison de son refus, à l'instar des Etats-Unis, de ratifier le Protocole de KYOTO sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Réactions1 réaction à cet article

 
Une grande première

Quelque soit le réponse de l'Australie, c'est là une très bonne manière de forcer les états responsable du réchauffement climatique à réaliser la portée du problème.
En effe, ces états irresponsables qui refusent de faire des efforts pour des raisons économiques ont tout à perdre si dès aujourd'hui leurs bénéfices passent en communication, recherche orientée pour se dédoiner, voir en justice.
Une action comme celle des îles du Pacifique rappelle que nous sommes tous directement responsable de ce qui se passe au niveau planétaire. Par conséquent, ce postulat admis, les états qui ne réagissent pas deviennent condamnables pour mise en danger de la vie d'autrui.
Je ne connais pas la législation internationale, mais cette notion du droit français devrait être appliquée car elle découle directement de la charte des droits de l'homme.

Thibob | 07 mai 2004 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…