Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les Etats-Unis confrontés au problème de purification de l'eau

La qualité de l'eau courante aux Etats-Unis est menacée par le vieillissement des infrastructures de nombreuses agglomérations, posant des risques potentiels sérieux pour la santé publique.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Des niveaux élevés de plomb (Pb), élément chimique particulièrement dangereux pour le développement mental des enfants, ont été mesurés récemment dans l'eau du robinet à Washington. Suite à cette alerte, des sénateurs ont soumis début mai, un projet de loi visant à durcir les normes fédérales de qualité de l'eau pour éliminer le plomb, trop souvent présent à des niveaux excédant les limites autorisées dans plusieurs grandes agglomérations.

Erik Olson, directeur des programmes sur l'eau potable du Natural Resources Defense Council/NRDC, groupe de défense de l'environnement précise que ''la crise de Washington est un reflet de la situation dans l'ensemble du pays''. Il précise également qu'il existe des problèmes dans d'autres grandes métropoles, en raison, outre avec le plomb, du réseau de distribution constitué de conduites en fer anciennes et dans lesquelles se développent des bactéries.
Appuyant ses propos, des estimations officieuses du Centre fédéral de contrôle des maladies infectieuses d'Atlanta indiquent que l'eau consommée serait responsable d'au moins 900.000 cas d'intoxication d'origine bactérienne plus ou moins graves. Ainsi, le pire cas en 30 ans d'intoxication collective par l'eau s'était produit en 1993 à Milwaukee où 400.000 personnes sont tombées malades et parmi lesquelles une centaine sont décédées.

Erik Olson met en cause les systèmes trop anciens de filtrage avec du sable qui ne permettent pas d'éliminer les pesticides et autres polluants industriels actuels. Il dénonce ainsi des technologies de traitement de l'eau datant de la Première Guerre mondiale encore utilisées dans 90% des grandes villes américaines alors qu'en Europe la purification est assurés par des systèmes utilisant des ultraviolets (UV) et des membranes capables de retenir les bactéries.

Benjamin Grumbles, responsable de la division eau potable de l'Environnemental Protection Agency (EPA) prévoit que la modernisation des infrastructures, destinée assurer la qualité de l'eau tout en faisant face à l'augmentation de la démographe (325 millions prévus en 2020 contre 290 aujourd'hui), nécessite d'urgence des investissements importants sous peine de se retrouver face à un gouffre financier d'au moins 222 milliards de dollars au cours des vingt prochaines.

Alors que la solution simple de financement pourrait résider dans l'augmentation du prix de l'eau qui reste très faible aux Etats-Unis comparativement à l'Europe, Jim Elder, un ancien responsable de l'EPA, rappelle que les Américains sont très réticents à payer davantage pour leur eau dont ils font une consommation par trop abondante (environ deux fois plus que dans les autres pays industrialisés). Craignant le mécontentement de leurs administrés, il précise que les maires des municipalités craignent d'augmenter la facture pour financier une meilleure purification sous peine d'être sanctionnés aux élections.

Réactions2 réactions à cet article

 
ahhh ces américains et leurs progrès...

ce problème d'AEP aux Etats-Unis est parfaitement révélateur de ce qui a fait la force des américains et qui aujourd'hui les mène à la fragilité : la quantité au mépris de la qualité (la surconsommation systématique), aucune culture de l'efficacité (énergétique ou de traitement) et une exploitation déraisonnée des ressources naturelles (l'eau en question).

djé | 19 mai 2004 à 16h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ahhh ces américains et leurs progrès...

Une réaction anti américaine épidermique, probablement liée au contexte en Irak mais pas justifiée sur le sujet en question.
Si on clique sur Pb dans l'article, on constate que la plombémie moyenne en France est de 65 µg/l et de seulement 23 µg/l aux US soit 3 fois moindre....
La réaction de l'association écologique est absolument typique : une couche de catastrophisme avec des données officieuses que l'on comprend officielles si l'article est lu trop rapidement, un coup sur les pesticides (norme Europe 0.1 µg/l) alors qu'on parle de Pb (norme à 25 µg/l ramenée à 10 µg/l dans 20ans, ca laisse rêveur....). Enfin, un hymne à l'Europe paradis des écolos où que je sache la désinfection UV et le traitement par des membranes est ultra minoritaire. Le traitement des pesticides et autres molécules organiques (personne ne parle des médicaments antibiotiques, contraceptifs et autres produits de radiologie...) est effectué grâce à du charbon actif poudre ou granulés que l'article ne mentionne même pas... SVP, démarquez vous de la pensée uniforme de vos collègues de la presse nationale grand public, un peu d'esprit critique dans la presse professionelle environnement, ça nous changera... A +

Ben | 21 mai 2004 à 11h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

ISEmax - mesure ammonium / nitrates par électrodes à sélectivité ionique Endress+Hauser