En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les toits verts : reconnus par le Canada

La technologie des toits verts est considérée comme une mesure admissible aux programmes fédéraux existants de financement des bâtiments éconergétiques. du gouvernement du Canada.

Bâtiment  |    |  Actu-Environnement.com
La technologie des toits verts est considérée comme une mesure admissible aux programmes fédéraux existants de financement des bâtiments éconergétiques. du gouvernement du Canada.

« La technologie des toits verts a fait ses preuves pour ce qui est de rendre les bâtiments plus éconergétiques. En outre, elle contribue à assainir l'environnement et à embellir les collectivités, a déclaré l'honorable John Godfrey, secrétaire parlementaire du Premier ministre particulièrement chargé des villes, au nom de l'honorable R. John Efford, ministre des Ressources naturelles du Canada (RNCan). Nous espérons que notre financement incitera les propriétaires d'immeubles à investir dans cette mesure et à fournir leur part pour relever le Défi d'une tonne en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre. » Cette annonce a été faite à l'occasion de la Conference of the Reducers.

Ces programmes de financement, offerts par l'entremise de l'Office de l'efficacité énergétique de RNCan, comprennent l'Initiative des Innovateurs énergétiques (IIE), le Programme d'encouragement pour les bâtiments commerciaux (PEBC) et le Programme d'encouragement pour les bâtiments industriels (PEBI). Ils s'appliquent à la conception de bâtiments neufs, à la planification de la rénovation et à la rénovation effective d'installations comme les hôtels, les écoles et autres grands immeubles. Les primes d'encouragement sont basées sur les économies d'énergie réalisées.

L'IIE assume jusqu'à 50 % des coûts de planification de la rénovation et jusqu'à 25 % des coûts des travaux, selon les économies d'énergie réalisées, dans les bâtiments commerciaux et institutionnels. Le PEBC et le PEBI subventionnent la conception d'immeubles neufs qui consomment au moins 25 % moins d'énergie que les bâtiments de référence. Pour un financement optimal, les projets devraient comprendre des mesures multiples d'économie d'énergie.

La technologie des toits verts désigne un revêtement d'étanchéité composé de membranes imperméables résistantes aux racines, d'un support de culture, de couches de drainage et de plantes qui reposent directement sur la toiture.

Le revêtement permet des économies sur le chauffage et la climatisation, réduit les besoins d'entretien de la toiture et procure une isolation acoustique, en plus d'être esthétique. Il est particulièrement avantageux l'été et offre un rapport coût-efficacité optimal dans les bâtiments qui coûtent cher en climatisation.

Les résultats d'une étude d'Environnement Canada montrent en effet que les toits verts peuvent aider les résidents de Toronto à économiser de l'énergie, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et de dioxyde de soufre, et à mieux respirer les jours de canicule. En été, la température à Toronto est normalement de 4 à 10 °C plus élevée que dans les collectivités rurales avoisinantes – phénomène appelé « îlot thermique urbain ». Il faut donc plus d'énergie pour climatiser les immeubles, ce qui se traduit par une augmentation de la
pollution de l'air, sous la forme de smog et de dioxyde de soufre, ainsi que de gaz à effet de serre. L'étude montre que l'aménagement de toits verts, même de faible superficie, soit environ 6 % de toute la surface de toit disponible, peut faire baisser la température à Toronto de 1 à 2 °C.

Considérés comme un nouveau concept au Canada, les toits verts sont cependant largement utilisés en Europe depuis plus de 10 ans et au moins 10 % des toitures-terrasses en Allemagne en sont équipées.

Source : Gouvernement du Canada

Réactions3 réactions à cet article

 
De trés bonne idée à appilquer en France

Dans le sud de la France ils seraient intéressants d'aplliquer ces mesures.
Existent -t-elles déjà ?
Y-a-t-il des spécialistes de cette technique ?

Xan | 13 juin 2004 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:De trés bonne idée à appilquer en France

salut Xan, je vous invite à lire la New datant du 1/4/2004 dans la rubrique "aménagemen"t relative à la toiture végétalisée, qui est, hélas,méconnue en france .

labellette | 03 juillet 2004 à 17h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un toit vert : Oui mais...

Si la toiture avec finition végétale (on parle de toiture végétalisée si elle est inaccessible ET de toiture jardin si elle est accessible)dispose de nombreux atouts (esthétique, rétention temporaire, écrêtement des maxi/mini de température..., il faut avoir à l'esprit qu'une toiture végétalisée (la configuration la plus légère) retient environ 100 litres d'eau au m² lorsqu'elle est saturée. Il est alors important de se poser la question de la qualité des composants se trouvant sous l'étanchéité et surtout de leur comportement en cas de fuite.
En Europe, une technique gagne du chemin : Celle de l'emploi d'un isolant en verre recyclé posé à chaud.
En cas de perforation de l'étanchéité, l'eau contenue dans le sedum (terre)ne se diffuse pas dans le complexe isolant et les réparations sont ainsi moins coûteuses, très rapides et surtout beaucoup moins destructrices.
Un tel procédé, compatible avec toutes les finitions ... même pour l'accès aux véhicules... répond aux attentes environnementales et à la notion de coût global.

cyril73 | 29 décembre 2009 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…