Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Phytorestauration pour la nouvelle station d'épuration de Honfleur

Thierry Jacquet, dirigeant de la société PHYTORESTORE et spécialiste des technologies de phytorestauration, inaugurera le 5 novembre prochain, la nouvelle station d'épuration de Honfleur dans le Calvados.

Eau  |    |  Actu-Environnement.com
Thierry Jacquet, dirigeant de PHYTORESTORE, un des premiers industriels de dépollution écologique, mène actuellement les derniers travaux de la station d'épuration de Honfleur qui sera inaugurée le 5 novembre prochain et dont il a été le concepteur et maître d'œuvre.

Ce site qui s'étend sur 4 hectares vise à restaurer les ressources naturelles que sont l'eau, les sols et l'air par la technique de phytorestauration.

Soutenue par plusieurs grands programmes de recherche à travers le monde depuis les années 90, la phytorestauration (ou phytoremédiation) est l'ensemble des technologies qui utilisent les plantes comme principal agent de traitement des pollutions et vise à restaurer les ressources essentielles que sont l'eau, les sols et l'air mais aussi la valeur sociale, économique, écologique et paysagère des sites traités.
Après traitement biologique dans la station d'épuration, les eaux usées parcourent 16 chenaux plantés d'espèces végétales épuratives qui permettent de diminuer ou d'éliminer les germes et autres charges polluantes résiduels : nitrates, phosphores, nouvelles molécules... À l'issue de ces chenaux, l'eau circule à travers deux taillis courte rotation qui terminent l'affinage du phosphore avant d'être rejetée dans la Morelle (fleuve du Calvados qui se jette dans l'embouchure de la Seine).

Constitués d'une succession de casiers creusés dans le sol, les jardins filtrants de la station de Honfleur permettent de réduire les volumes et la masse de boues issues de la station d'épuration, de les minéraliser et d'en filtrer les polluants. Ces boues urbaines pourront dès lors être utilisées pour l'épandage dans les espaces verts ou les champs.

L'air est traité à deux niveaux : un filtre végétal désodorise l'air des bassins et une serre à l'intérieur de la station d'épuration permet de n'émettre que 'tres peu' de gaz à effet de serre.

Testée sur des cas de plus en plus difficiles (sols contaminés aux métaux lourds ou aux déchets radioactifs), la phytorestauration progresse chaque jour en termes d'efficacité et de traitement paysager. Le marché a été évalué par l'Environnemental Protection Agency (EPA) à plus de 70 milliards de dollars pour les Etats-Unis et l'Europe.

Réactions17 réactions à cet article

 
Enfin une station de traitements intégrants la nat

Je trouve cette initiative tout à fait passionnante et j'aimerai voir ce genre de developpement un peu plus souvent. L'intégration de solutions bio à nos problèmes de pollutions est la seul voie viable a long termes.
Etant chercheur d'emploi, j'aimerais grandement participé a cette effort en travaillant pour cette entreprise ou une autre placée sur le même créneau.
Si vous avez des informations pour moi n'hésitez pas a me joindre.
julien

julien | 16 juillet 2004 à 16h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
un model pour les autres villes de France et d'Eu.

Cette station est réellement magnifique enfin un traitement bio et naturel
bravo a Honfleur !

fred | 13 août 2004 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
! Merci !

Je tenais à féliciter les acteurs qui ont su faire passer ce projet, ce qui est souvent très difficile malgré les problèmes environnementaux que nous connaissons. Félicitation !
En plus, l'idée d'en faire un jardin est magnifique, elle sensibilisera certainement beaucoup d'habitants et cela portera son chemin. Vive le respect de l'environnement !

Adèle | 13 août 2004 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Phytorestauration

Existe t il des dispositifs similaire qui donnent des bons résultats? Quelles sont les performances par rapport aux stations classiques?

Abdel | 14 août 2004 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:un model pour les autres villes de France et d.

Trois autres communes sont raccordées à la vielle station d'épuration type boues activée d'Eu.10 000 habitants environ. Elle fonctionne bien par temps sec.Bien que le réseau est séparatif, la step souffre des arrivée d'eaux pluviales.Je crois qu'il y a un projet de réhabilitation.

Abdel | 14 août 2004 à 14h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
phytorestauration

Ce procédé s'étend sur 4 hectares, combien de foyers cela permet-il de traiter?

Anonyme | 20 octobre 2004 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
urgent!! aidez nous svp..

on voudrait savoir si vous auriez une experience a ns proposer sur ce theme, par rapport a cette méthode ki fait lobjet de notre tpe.. on vous remercie..adresse : kuzcoali@hotmail.com

kuzco | 10 février 2005 à 20h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
... et individuellement ?

Bonjour,
Cela fait prét de 7 mois que je recherche des informations sur la phytoremédiation, phytofiltration et autres techniques utilisant les plantes comme "agents dépolluant".
Je trouve des informations mais jamais les plus utiles. A savoir la liste exostive des plantes utlisées sur des pollutions aux métaux lourds.
Je sais que des études ont été faite sur une partie du Rhone avec succés. Mais pour qu'elle raisons valable, le citoyen soucieu d'agir à son échelle "terre"estre n'a pas accé aux informations?
Les intérets industriels politique et économiques sont-ils plus importants aujourd'hui encore que la responsabilisation individuelle du devenire de nos environnements?
Certains se sentent "responsable de la beauté du monde" , laissons les agir, liberons les connaissances!

Nadja | 16 mars 2006 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
NON A LA DESINFORMATION

La station de phytorestauration de Honfleur, NON A LA DESINFORMATION
Vous etes victimes d'une large campagne promotionnelle visant à la
promotion de la societe Phytorestore. Rassurer vous les plus grands
medias presse et audiovisuels ont egalement collaboré.

Cette societe n'existait pas lors de la conception de la station
d'épuration de Honfleur. Le Maître d'Oeuvre de la station est le
bureau d'étude SOGETI INGENIERIE, le createur de la societe
Phytorestore (M. Jacquet) intervenait en tant que sous traitant pour
les lagunes de finition, les casiers à boues et le biofiltre traitant
les odeurs.

Le plus grave : cette installation traite les effluents d'environ
25000 equivalents-habitants, et hélas, il n'est pas possible de
traiter de tels volumes sur 4 hectares de plantations. Le coeur de
l'installation est une station d'épuration de type boue activées en
aeration prolongee (station d'épuration biologique : dans de grandes
bassines en beton on met en condition des bacteries afin de consommer
la pollution carbonee, azotée et phophatée, on separe les bacteries de
l'eau traitee). Les contraintes de rejet sont mesurées avant les
jardins de finition. Ces jardins permettent seulment d'afiner le
traitement.

Rendons à Cesar... et ne laissons pas croire que l'eau se traite si
simplement. Une installation type Honfleur coute 7 millions d'euros
(un budget dure à defendre si on fait croire que quelques plantes
sufiraient).

BET | 07 avril 2006 à 03h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
MENSONGES

Il arreter de faire croire que la phyorestauration remplace une station d'épuration biologique classique. A Honfleur ce traitement vient simplement en plus du traitement classique par voie bilogique.
Suite à ce type de désinformation la rade de LORIENT continue à etre polluée

JP HUBERT Président de l'assoc | 08 mai 2006 à 22h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
étudiant ayant besoin d'aide

bonjour, je suis étudiant en 3ème année d'architecture des jardins et du paysage à la haute école charlemagne de gembloux (belgique), dans le cadre de mes études, je dois réaliser un mémoire. j'ai décidé de traiter la phytorestauration. je ne veux pas plaider en faveur de la société phytorestaure, je veux faire un bilan, positif mais aussi négatif de la phytorestauration, et je suis très intéressé par votre point de vu.
serait il possible d'avoir votre avis plus en détail sur le sujet. d'avance un grand merci.

Anonyme | 14 août 2006 à 21h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:MENSONGES

bonjour, je suis étudiant en 3ème année d'architecture des jardins et du paysage à la haute école charlemagne de gembloux (belgique), dans le cadre de mes études, je dois réaliser un mémoire. j'ai décidé de traiter la phytorestauration. je ne veux pas plaider en faveur de la société phytorestaure, je veux faire un bilan, positif mais aussi négatif de la phytorestauration, et je suis très intéressé par votre point de vu.
serait il possible d'avoir votre avis plus en détail sur le sujet. d'avance un grand merci.

Anonyme | 14 août 2006 à 21h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:étudiant ayant besoin d'aide

Bonjour,
moi aussi je dois faire des recherches sur les systèmes de traitement par génie végétal mais je m'interesse surtout au traitement du phosphore.
Je n'ai pas de réponse à vous apporter car je commence que mais justement je sais pas par quel bout commencer.
Est ce que vous avez trouvé des sites web ou de la biblio interessante sur cette problèmatique.
merci de votre réponse,
Lionnel Marboutin
lm-conseil.impact@orange.fr

lionnel | 28 novembre 2006 à 15h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
question sur la nouvelle station de Honfleur

Bonjour,
Conseillère municipale d'une petite commune de 1100 Habitants, la municipalité est en étude pour la mise en place d'un nouvelle station d'épuration, très intéressés par celle de Honfleur nous aimerions savoir si elle est aussi performante qu'une classique ? si il y a des odeurs pour l'environnement ? et si notre commune n'est pas trop petite pour une telle conception ? est il possible de visiter celle de Honfleur ?
Madame Caumont

Anonyme | 09 mars 2007 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:! Merci !

Oui, je suis pour la phytoremédiation, j'ai réussi à convaincre certains administrés et élus de ma commune mais rien du côté de l'administration et de la préfecture du Morbihan. Leur frilosité, quant aux nouvelles méthodes "durables" me sidère, et les bureaux d'études acquis au béton n'ont aucun intérêt financier de s'investir dans ces méthodes. En France nous avons toujours un métro de retard . Ces jardins filtrants sont ni plus ni moins que la reconstitution de nos chères zones humides qui disparaissent... De plus nous savons que la phytoremédiation permet de régler le problème d'épandage des boues.
Nous avons sans doute raison trop tôt
Collectif Riantec

Riantec | 14 août 2007 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:phytorestauration

D'après les informations du CEMAGREF
1 à 5 m² par Equivalent-habitant
Tout dépend de la qualité des eaux usées à traiter, pour une petite commune sans industrie polluante, il faut se rapprocher du 1m²
Se rappeler que ce ne n'est pas du lagunage
Riantec

Riantec | 14 août 2007 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une station de traitement biologique

Pourquoi pensez-vous qu'une station sur le principe des boues activées en aération prolongée ne soit pas "biologique". C'est pourtant 100% le cas. On reproduit de façon intensive ce qui se passe dans le milieu naturel en développant de façon intensive une biomasse épuratrice (naturelle présente dans les eaux usées)en favorisant son développement (apport d'oxygène et de pollution). Ce procédé utilise certes plus d'énergie qu'un système de lits plantés de roseaux mais permet également un traitement plus poussé.

Polo | 17 novembre 2008 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager