En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Exemple d' intégration de l'Environnement dans le bâtiment

Imperbel, référence pour les solutions professionnelles d'étanchéité des toitures, développe sur ses différents sites de production et notamment celui de Perwez en Belgique, un véritable savoir-faire environnemental.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Imperbel, société belge, commercialisent des membranes d'étanchéité de toiture appelées Derbigum. Ces membranes à base de polyoléfines atactiques thermoplastiques (30%) et de bitume (70%) sont produites à hauteur 17 millions de m2 par an pour le bâtiment ou le génie civil. Par exemple, les Petronas Towers, double gratte-ciel le plus haut du monde à Kuala Lumpur, le Chicago Sears Tower ou les ouvrages d'art du tracé belge du TGV ont utilisé du Derbigum sur leurs toitures …

Plusieurs déclinaisons sont disponibles pour s'appliquer tantôt à chaud, par fixations mécaniques et tantôt à froid sur surfaces horizontales, inclinées ou verticales et ce, sur de nombreux supports : dalles de béton et support ciment, bacs aciers, béton cellulaire autoclavé, hourdis préfabriqués, panneaux bois et voliges, panneaux isolants et, bien entendu, les anciennes étanchéités, ardoisées ou non…

Cette entreprise a réussi à allier activité du bâtiment et démarche environnementale notamment sur le site de production de Perwez en Belgique. Outre ses différentes certifications qualité (démarches ISO 9002 depuis 1993 et désormais ISO 9001 version 2000), le site est également certifié ISO 14001 et EMAS (Environmental Management and Audit System en français Système de Management Environnemental et d'Audit (SMEA)) depuis 1998.
Parmi les actions menées pour la protection de l'Environnement, l'entreprise a décidé d'installer une hotte spéciale sur les citernes des camions qui déchargent le bitume afin de conduire directement les vapeurs au système de lavage des fumées, des unités d'épuration et de traitement des eaux usées et un oxydeur thermique destiné à réduire les dégagements de monoxyde de carbone (CO) et Dioxyde de carbone (C02). Elle a par ailleurs demandé à ses fournisseurs de réduire la quantité des emballages.
Mieux, l'entreprise a investi en 1997 dans une machine conçue par son département R&D et nommée Macalusor. Cette machine, outre le fait qu'elle a permis l'emploi de 3 personnes supplémentaires, recycle intégralement les déchets de production du site (capacité actuelle de traitement de 400 kg/heure avec possibilité de monter jusqu'à 2.000 kg/heure) soit 400 tonnes/an.

Par ailleurs, IMPERBEL fait des recherches sur le recyclage de membranes en fin de vie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager