En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Raz-de-marée en Asie : parer au plus urgent

Les raz-de-marée en Asie représentent la plus importante catastrophe naturelle à laquelle l'ONU a eu à faire face au nom de la communauté mondiale dans ses 60 ans d'existence, a affirmé Kofi Annan.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Selon le bilan officiel encore provisoire, les raz-de-marée provoqués par le séisme d'une magnitude de 9,0 sur l'échelle ouverte de Richter survenu le 26 décembre dernier au nord-ouest de Sumatra au large de l'Indonésie, ont fait plus de 140.000 morts dont 94.200 morts en Indonésie seule et des milliers de disparus dans les pays riverains de l'océan Indien.

Ce séisme se classe au quatrième rang des plus puissants séismes enregistrés depuis 1900. Le tsunami provoqué par ce séisme a touché les côtes de plusieurs pays (Sri-lanka, Thaïlande, Bangladesh, Inde, Malaisie, Singapour) et s'est avéré plus meurtrier que les vibrations induites directement par le séisme.

Le secrétaire général de l' Organisation des Nations Unies (ONU), Kofi Annan, a estimé, aujourd'hui à Djakarta devant des dirigeants du monde entier réunis pour la conférence internationale des donateurs aux pays victimes du séisme et du tsunami en Asie du Sud que le nombre de vies perdues lors des tsunamis ne sera sans doute jamais connu avec précision, mais qu'il risquait de dépasser les 150.000 morts.

Alors que les offres d'aide internationale atteignaient près de 3 milliards d'euros, selon l'ONU, les raz-de-marée en Asie représentent la plus importante catastrophe naturelle à laquelle l'ONU a eu à faire face au nom de la communauté mondiale dans ses 60 ans d'existence, a affirmé Kofi Annan.

Les délégués présents à la conférence devraient évoquer notamment la reconstruction des zones ravagées, la gestion et la logistique de l'aide humanitaire, de l'aide aux sinistrés, d'éventuelles mesures concernant la dette des pays touchés et a approuvé le principe d'un système d'alerte précoce aux tsunamis dans l'Océan indien.
Nous sommes d'accord pour établir un centre régional d'alerte précoce aux tsunamis pour l'Océan indien et la région de l'Asie du sud-est, indique la déclaration finale des pays asiatiques, de l'ONU, de l'Union européenne et des Etats-Unis.

Par ailleurs, l' Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a tiré la sonnette d'alarme en déclarant que le nombre de morts risquait de doubler et de passer ainsi à 300.000, si des mesures n'étaient pas prises cette semaine pour empêcher la propagation de maladies parmi les populations sinistrées et a évalué mardi à 500.000 le nombre de blessés et dit craindre une catastrophe sanitaire si l'accès à l'eau potable n'est pas rapidement rétabli dans les régions sinistrées.
Les vagues qui se sont abattues dimanche sur le littoral de l'océan Indien ont privé de réserves d'eau potable des centaines de villages, et pollué celles qui restaient en y mêlant des eaux usées. Ce sont ces réserves d'eau qui représentent la plus grande menace, souligne l'OMS.

Le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) estime essentiel de se préoccuper immédiatement des problèmes environnementaux qui vont menacer la santé des survivants. La destruction des ports et autres infrastructures industrielles est importante et il est donc nécessaire de traiter dès maintenant des problèmes sous-jacents comme les déchets liquides et solides, les produits chimiques industriels, les systèmes d'assainissement et la salinisation des réserves d'eau potable. Sans traitement approprié, ces causes environnementales alourdiraient encore le bilan de la catastrophe, estime le PNUE.
Des experts environnementaux vont renforcer les équipes des Nations Unies déjà sur le terrain et apporter une aide en matière d'analyses, de télédétection afin d'aider à l'identification des impacts et fournir des informations utiles aux efforts humanitaires.

Kofi Annan a lancé un appel de fonds consolidé d'un montant de 977 millions de dollars, qui doit répondre aux besoins humanitaires au cours des six prochains mois dans les pays frappés.
L'Australie a promis une aide totale de 610 millions d'euros -la plus forte contribution en faveur des pays sinistrés-, suivi de l'Allemagne avec 500 millions d'euros, du Japon et des Etats-Unis.
Le président de la Commission européenne, José Manuel Durao Barroso, a indiqué jeudi à Jakarta que l'Union européenne débloquerait 350 millions d'euros pour la reconstruction des pays asiatiques touchés par les tsunamis, en plus des 100 millions d'urgence déjà annoncés mercredi.
Dimanche, le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier, a fait savoir que l'aide française atteindrait 45 millions d'euros dont trois millions d'euros, débloqué par le ministère de l'Ecologie et du Développement durable, via ses Agences de l'eau, pour aider au traitement des eaux sales en Asie.

Avec environ 95.000 morts dans la province d'Aceh (nord), l'Indonésie est le pays le plus durement touché par les tsunamis. Le Sri Lanka est le deuxième pays touché avec plus de 30.000 morts. En Inde, le bilan atteint 9.781 morts et 6.107 disparus. L'île de Katchal, la principale ville des archipels des Andaman, a ainsi rapporté 4.657 disparitions. Elle comptait 7.000 habitants, avant les tsunamis. Quant à la Thaïlande, elle s'achemine vers un bilan d'au moins 10.000 morts.

Par ailleurs, une réunion internationale d'examen après 10 ans du Programme d'action de la Barbade sur le développement durable des petits États insulaires en développement aura lieu à Port-Louis, Maurice, du 10 au 14 janvier 2005.
Dans le contexte de la tragédie qui frappe l'Asie, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles des petits États insulaires, n'apparaissent malheureusement que plus dramatiques. Plus de 2 000 participants des îles, de leurs partenaires traditionnels des pays donateurs ainsi que d'autres pays, y compris quelque 25 chefs d'État et de gouvernement, sont attendus à cette réunion de l'ONU chargée d'examiner les progrès dans l'application du Programme d'action de la Barbade.

Réactions9 réactions à cet article

 
Re:le bon sens ?

Je suis d'accord pour espérer que cette mobilisation éveillera les consciences pour le futur sur les prochains drames à craindre. Mais je trouve cela vraiment démoralisant de se rendre compte à quel point les gens sont dépendants de l'information de masse et réagissent comme des moutons sentimentaux. Il faut qu'un drame extraordinaire arrive pour toucher les gens et faire donner ceux qui veulent donner. Par contre les gens qui crèvent de faim tous les jours ou du sida, cela n'est pas assez spectaculaire; on ne le montre pas à la télé, on n'en parle pas souvent, alors, on oublie......Quelques voix se font entendre dans ce sens-là, mais trop peu. En tout cas je ne crois pas que la tendance puisse s'inverser prochainement. Trop d'exemples existent à ce jour qui montrent que l'émotion de masse est celle qui marche la mieux, au détriment de la réflexion. Or c'est bien une réflexion et surtout une mobilisation à long terme qui pourraient commencer à résoudre tous les problèmes de pauvreté et d'envirronnement à l'échelle mondiale.

Charlotte
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le bon sens ?

je suis très touchée par la catastrophe que vient de subir l'Asie, et je m'associe profondément à toutes les manifestations de solidarité.
Je m'associe également très profondément à toutes les manifestations de solidarité qui cherchent à soulager les 150 000 morts HEBDOMADAIRES de la FAIM DANS LE MONDE.
Pourquoi, de ceux-là, ne parle-t-on jamais ??? c'est évidemment moins spectaculaire, et tellement monstrueux que nous n'osons même pas le regarder ?

claire | 06 janvier 2005 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le bon sens ?

Dans un registre vaguement comparable, je remarque à quel point il m'est plus simple de faire un chèque de 100 euro pour les victimes du Tsunami que d'aider la SDF qui vit en bas de chez moi et qui a ce rythme ne sera plus de ce monde dans deux ans...

Fabien | 06 janvier 2005 à 20h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le bon sens ?

certes, mais pour autant on ne peut qu'encourager les dons massifs sur cette événement incomparable d'une gravité jamais égalée.
Je suis plus outrée par le fait que des dons aient été offerts aux américains - 1ère puissance mondiale - après le 11 septembre... Le Tsunami a touché des populations pauvres dont les gouvernements n'ont pas les moyens adaptés.
Félicitons nous que pour une fois la mobilisation mondiale soit à la mesure de l'événement et espérons qu'il éveillera un peu plus les consciences des pays riches pour l'avenir.... mais j'en doute.

Lucie | 06 janvier 2005 à 21h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
meilleur voeux pour tous ses gens

Pour moi ce cataclysme, m’apprend à regarder tout ce courage que les gens ont, dans tous ses pays touché, à vouloir reconstruire le pays. Rare ont été les gens qui ont parlé que d’eux même. Quel courage, quel détermination, tout en implorant les étrangers à revenir en vacance dans leur pays, ils savent et sont conscient que le peut qu’ils ont-ils le doivent au tourisme. Malgré toutes les pertes de gens proches, famille, amis, ils montrent un engouement et de la joie, même s’ils se forcent c’est beau. Franchement je ne peu que donner de l’argent pour manger, mais dans mon cœur dans ma tête un place est grande ouverte. Pauvre français que nous somment, oui on a de l’argent mais beaucoup ont perdue cette pureté dans leur cœur. Je suis heureux d’avoir donné, mais j’ai honte pour nous français. Ne donnons nous pas autant pour avoir bonne conscience ou notre cœur recommencerait il a battre.
Voyez là que de l’émotion, du respect, et oui de l’amour.
Claude

Claude de Toulouse | 07 janvier 2005 à 04h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le bon sens ?

Bonjour à tous,

J'avoue être complètement effaré de la réaction de certains...

Si je comprend bien ils râlent tout le temps et proposent donc de ne rien faire de plus qu'au quotidien alors qu'il s'agit d'une catastrophe majeure !

Quant au fait d'aider les gens au quotidien, c'est super, mais d'une part il apparait difficile de donner chaque jour pour toutes les causes (je ne suis en tout cas pas en mesure personnellement de filer 100 eur pour les SDF, puis le lendemain pour le cancer, puis le surlendemain pour la sida, puis pour la fin dans le monde etc... etc... etc...) et d'autre part ceux qui disent qu'il faudrait le faire le font-il ? Ont-ils été à Noël distribuer des soupes aux sans abris ???

Alors arrêtons un peu notre comportement de perpétuel râleur français qui insupporte le monde entier ! Réjouissons nous de cette élan mondial de solidarité car pour une fois, tous les terriens parlent d'une seule voix et c'est suffisament rare pour être remarquable !

Daaaavid

Daaaavid | 07 janvier 2005 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le bon sens ?

pour ceux qui s'en fiche des nombreux morts en asie et qui sont sur ce sit je vous dit que vous êtes vraiment des gens sans importance et viendra le jour ou vous aurez besoin des autres et que vous serez seuls et vous repenserez à ce message ! AGISSEZ VITE POUR NOTRE TERRE!!!!!!!!!

Anonyme | 15 janvier 2005 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
re:le bon sens?

je suis entièrement d'accord avec david et aussi avec mr ANONYME.
Je viens de l'Inde et cela me fait mal que certains puissent dire nous avons donné pour ce tsunami mais les autres?
Et bien oui on pourrait donner aux autres et il ne fallait pas attendre la catastrophe mais vous qui dites cela vous avez donné?
Pour certains certainement pas et ça donne des leçons!
L'inde et tout les autres pays touché par cette catastrophe ne font pas la une des journaux d'habitude à ce que je sache alors votre ralerie sans fondement n'en vaut pas la peine !!
je vous souhaite néanmoine une très bonne année 2006 et surtout espèrons que vos idées évolueront!!!

élodie | 05 janvier 2006 à 20h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 17h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…