En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dauphins : François de Rugy annonce des mesures pour lutter contre les échouages

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Ce n'est pas moins de 1.100 échouages de petits cétacés, principalement des dauphins, qui ont été comptabilisés durant cet hiver sur le littoral atlantique, contre 700 en 2018. La très grande majorité a été tuée par des engins de pêche, indique l'Observatoire Pélagis, chargé de ces observations.

François de Rugy a annoncé, le 22 mars à La Rochelle, le lancement fin 2019 d'un plan d'action pour la protection des cétacés et une série de mesures pour renforcer la lutte contre les échouages. Il s'agit principalement d'améliorer les connaissances sur ce phénomène qui prend de l'ampleur. Cela passe par le renforcement des travaux du groupe de travail national mis en place en avril 2017. Cette instance, qui réunit les représentants de l'Etat, l'Ifremer, l'unité mixte de service Pélagis (UMS Pélagis), les professionnels de la pêche et les associations (FNE, LPO), doit étudier si d'autres dispositifs d'effarouchement que les répulsifs acoustiques de type "pingers" peuvent être mis en œuvre et si d'autres types de bateaux que les chalutiers pélagiques doivent être équipés. Le renforcement des connaissances passe aussi par une augmentation du nombre d'observateurs embarqués sur les bateaux et une hausse de 100.000 euros du budget de Pélagis sur 2019.

Le ministre de la Transition écologique indique que le dialogue au niveau européen sera poursuivi pour étendre les mesures déployées sur les navires français aux autres ressortissants de l'UE. Afin de contrôler le respect de l'obligation de déclaration des captures de cétacés par les pêcheurs, qui est entrée en vigueur le 1er janvier dernier, François de Rugy demande également aux services de l'Etat de renforcer les contrôles.

Ces annonces sont faites après que plusieurs ONG soient montées au créneau. "Où est votre plan d'action ?", demandait encore FNE, jeudi 21 mars. Sea Sheperd réclame, quant à elle, de rendre obligatoire la présence d'observateurs dans les navires de pêche. "Force est de constater qu'en dehors des déclarations d'intentions émises par des communiqués de presse chaque année, le gouvernement ne prend pas le problème au sérieux et se soucie surtout de ménager la susceptibilité des pêcheurs", estime Lamya Essemlali, présidente de l'ONG. Le Comité national des pêches, de son côté, se dit mobilisé pour éviter les captures accidentelles. Il met notamment en avant le projet Licado qui vise à développer différents systèmes répulsifs comme les pingers unidirectionnels, les réflecteurs acoustiques ainsi que des stratégies d'évitement.

Réactions2 réactions à cet article

 

J'aime beaucoup les dauphins, mais j'aime d'abord les humains.

Vu le réel état environnemental, économique et monétaire qui nous est caché avec de faux chiffres et de fausses statistiques
et des médiamensonges médiatiques, même s'il s'agit de financer les actions nécessaires avec de la fausse monnaie légale créée sur des claviers d'ordinateurs, je donne la priorité aux humains .... et s'il reste de l'argent à, entre autres, ces très intéressants et intelligents animaux que sont les dauphins.

Sagecol | 23 mars 2019 à 04h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Sagecol, avec ce type de réflexion, on ira loin ! Trouvons vite une planète de remplacement pour pouvoir continuer avec cette même logique... Eh oh, réveillez-vous : cette planète, nous la PARTAGEONS avec les autres espèces. Elle n'est pas propriété de l'espèce humaine...

rico38 | 25 mars 2019 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager