En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien en mer : une co-entreprise Engie / EDPR pour se lancer sur les principaux marchés

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°393 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°393
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Les énergéticiens français et portugais Engie et EDP Renewables renforcent leur partenariat en signant un protocole d'accord stratégique visant à créer une co-entreprise dans le secteur des éoliennes en mer fixes et flottantes. Gérée conjointement à 50/50, cette structure "sera l'instrument d'investissement exclusif" des deux groupes pour le développement de l'éolien en mer dans le monde. Elle devrait être opérationnelle d'ici la fin de l'année.

Les actifs d'EDPR et d'Engie, en cours ou à venir, seront combinés, à savoir 1,5 GW en construction et 4 GW en cours de développement, dont les parcs français du Tréport, de Noirmoutier et de Leucate. "L'objectif est d'atteindre d'ici 2025 un portefeuille de 5 à 7 GW de projets en opération ou en construction et de 5 à 10 GW en développement avancé", indiquent les partenaires. Les marchés européen et américain seront prioritairement ciblés, ainsi que quelques régions en Asie. "L'objectif de la co-entreprise est de parvenir à s'auto-financer".

Réactions2 réactions à cet article

 

OUI, à la limite, aux éoliennes en mer raisonnablement loin de la côte
0/ si la quantité annuelle de vent est garantie
1/si les pêcheurs n'en soufrent pas
2/ si le prix de revient est compétitif
3/ si c'est pas aux dépens du contribuable français
4/ si l'abonné consommateur français est vraiment gagnant

Mais plus d'éoliennes sur terre, sauf en Lozère peut-être ou tout autre lieu non défiguré éloigné au minimum de 3000 mètres d'absolument toute habitation

Sagecol | 22 mai 2019 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les poissons, tous les pêcheurs le disent, sont attirés par les éoliennes ( ils sont curieux !) donc, quelque soit l'endroit où on les mettra, les pécheurs râleront par principe. Tout comme les automobilistes qui voient leur intérêt avant la pollution en choisissant le diesel.

wibart | 22 mai 2019 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager