En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Surnombre de cancers pédiatriques en Loire-Atlantique : pas de cause commune, selon Santé publique France

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

« Pas de cause commune identifiée » concernant le surnombre de cancers pédiatriques en Loire-Atlantique : c'est l'un des principaux résultats présentés par Santé publique France, lors du 5e comité de suivi du 8 novembre. L'analyse épidémiologique a néanmoins confirmé un nombre de cancer pédiatrique sur le secteur plus important que la moyenne française.

« D'après le guide d'investigation de Santé publique France, et plus largement de la méthodologie internationale, il est recommandé, de ne pas poursuivre les investigations épidémiologiques localement, de ne pas engager d'investigations et prélèvements environnementaux supplémentaires », indique Santé publique France.

De premiers résultats ont écarté les sites industriels à proximité, tel que le site Leduc, comme potentielles sources d'expositions. Les analyses prévues se poursuivront jusqu'à fin janvier 2020.

Santé publique France propose de mettre en place une surveillance active en collaboration avec le CHU de Nantes pour identifier de nouveau cas de cancer sur le secteur, avec les mêmes modalités d'enquête. Elle a également présenté des actions de préventions pour améliorer les milieux de vie : dépistage du risque radon, réduction des expositions aux pesticides, urbanisme favorable à la santé, lutte contre l'habitat insalubre.

« Les connaissances scientifiques aujourd'hui sur les causes des cancers de l'enfant et le potentiel rôle des expositions environnementales dans ce processus restent parcellaires », reconnaît-elle toutefois.

L'agence régionale de santé (ARS) et les maires des Communauté d'agglomération Pornic Agglo Pays de Retz, ont décidé de signer un Contrat local de santé (CLS) en 2020. Cette démarche commencera par un diagnostic partagé des enjeux de santé et des attentes des habitants de la communauté d'agglomération.

Le prochain comité de suivi est prévu le mardi 3 mars 2020.

Réactions3 réactions à cet article

 

Si c'était "tout simplement" dû à des erreurs alimentaires communes .......des géniteurs

Quand on nous dit que les cochonneries qu'on met dans le jambon et autres charcuteries, pour donner du goût, sont cancérigènes ....

Sagecol | 21 novembre 2019 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Donc RAS selon ARS Le parc éolien de Nozay placé près d'une exploitation qui subissait des décès de vaches, maladies, pertes d'exploitation avait lui aussi vu des scientifiques, à de nombreuses reprises, se pencher sur les causes de ces troubles anormaux de voisinage. Les résultats étaient identiques, pas de nuisances du parc éolien selon la préfecture elle même qui avait diligenté les dernières investigations.Il n'a fallu que 4 jours de coupures du courant souterrain, pour que le robot de traite note une amélioration de la product° de lait, du retour des vaches à la traite etc... Que 4 jours, pourquoi ? A cause le production électrique du parc et de la perte de rentabilité.. Les données issues du robot se faisant sur toutes les vaches, ces données statistiques valident donc l'influence du parc éolien. A Ste Pazanne les analyses de cheveux montrent un taux élevé de métaux, il y a bien une source de cette pollution. La législation est telle que chaque pollution prise séparément est peut être respectée, mais il faut encore chercher jusqu'à trouver ce "câble, ou cette composition minimale du mélange cocktail, qui initie tous ces cancers ".ARS publiait en 2019, pour le bassin de St Nazaire ..on y lisait qu'entre 2006 et 2015, la zone avait enregistré 478 cas de cancer, soit 13% de plus que la moy. de Loire-At, puis 223 entre 2011 et 2015, soit un bond de 23% par rapport au départt44. L' Indice ATMO, ses 4 polluants PM10, O3, SO2, NO2 avec seuils inf. à OMS est périmé !

J Cl M 44 | 21 novembre 2019 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La recherche de coupables ailleurs que dans l'éolien est ici patente. Certains ne peuvent pas contenir leur haine envers l'agriculture que l'évocation même des effets des parcs éoliens, si vertueux, les hérisse...

Albatros | 21 novembre 2019 à 14h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager