Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Veolia Environnement : ce n'est pas que de l'eau et de la propreté !

A l'occasion des 10 ans de son Centre de recherche dédié à l'énergie, Veolia Environnement, a présenté à la presse sa stratégie R&D, qui a pour but de proposer, entre autres, des solutions d'améliorations énergétiques via la filiale Dalkia.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Depuis quelques années déjà, et surtout depuis les conclusions des travaux du Grenelle de l'environnement, de nombreuses entreprises essaient d'insuffler, avec plus ou moins de convictions, du développement durable dans leurs activités. Réelle prise de conscience ou greenwashing ? Il est parfois difficile d'y voir clair entre les marques qui ont développé une véritable conscience écologique et celles qui surfent sur la tendance et tentent de se donner une image « verte »…
Lundi, Veolia Environnement et sa filiale Dalkia, fournisseur de services énergétiques aux entreprises et collectivités, ont ouvert à la presse les portes de leur centre de recherche dédié à l'énergie afin de présenter leurs travaux en matière de développement durable.
Chaque année, le groupe consacre 150 millions d'euros à la recherche, soit près de 0,3 % de son chiffre d'affaires. Une part relativement modeste… Nous avons une réelle volonté de faire croître ce budget, qui connaît une croissance à deux chiffres depuis 2004. Certes nous partons de loin, mais la volonté est là…, expliquait Philippe Martin, directeur de l'innovation et des technologies du groupe.
L'un des quatre principaux centres de recherche de Veolia environnement est dédié à l'énergie. Sa mission ? Nous sommes surtout sur du développement : adapter des technologies existantes plutôt que travailler sur de la recherche fondamentale, précise Bernard Saint-André, directeur de la stratégie chez Dalkia. Le groupe a mis en place une veille technologique et évalue les technologies disponibles ou en cours de développement qui lui semblent les mieux adaptées afin de les intégrer à ses services. Le but de la R&D est d'améliorer l'efficacité des installations que nous avons en charge, affirme Philippe Martin. Les principaux axes de recherche portent sur la réduction de la demande énergétique des bâtiments et de l'industrie, la conversion de l'énergie, les énergies renouvelables et le captage et le stockage de CO2.

L'amélioration énergétique des bâtiments

Filiale de Veolia Environnement (66 %) et de EDF (34 %), Dalkia est un fournisseur de services énergétiques. L'entreprise s'occupe de la gestion des installations techniques de collectivités publiques et d'entreprises. Gestion de l'énergie (chaud et froid), gestion de réseaux de chaleur et de froid, utilités industrielles, services intégrés de gestion globale de bâtiments font partie de ses prérogatives. La recherche de l'efficacité énergétique est donc au cœur de son activité.
Si ce n'est pas sa mission première, l'entreprise développe des solutions pour la conception et la rénovation des bâtiments. Elle se positionne notamment en tant que prescripteur dans le cadre des contrats de performance énergétique. Nous souhaitons être capable de faire l'ensemblier sur les solutions d'efficacité énergétique. C'est notre rôle : réaliser un audit, une étude de conception, piloter la réalisation puis la gérer. La difficulté aujourd'hui est de rendre les packs de solutions viables économiquement. Les technologies sont disponibles mais il est nécessaire d'abaisser les coûts. C'est l'enjeu d'aujourd'hui, note Bernard Saint-André.
Le groupe semble davantage croire au bâtiment intelligent de demain, où chaud et froid seront pilotés à distance et commandés de manière prédictive, selon la morphologie du bâtiment, mais aussi son utilisation.

Amélioration des process industriels

L'efficacité énergétique est l'un des grands enjeux de l'industrie aujourd'hui. Réduire l'utilisation des matières premières, abaisser les coûts, en particulier énergétiques… Tout ceci mène les entreprises à rechercher une meilleure efficacité dans les process.
En tant que gestionnaire d'installations techniques, Dalkia travaille sur ces questions. Amélioration des process industriels, cogénération sont au cœur da sa stratégie R&D.
L'Energéticien exploite par exemple plus de 700 installations de cogénération de moteur à gaz. 50 % de la production électrique du groupe provient de ce type d'installations, qui produisent au total 3GW électriques. Notre métier, c'est la production locale d'énergie, précise Jean-Philippe Laurent, directeur R&D énergie. Notre objectif est la recherche d'efficacité énergétique. Le groupe est d'ailleurs en cours de dépôt de brevet pour une amélioration de moteur à gaz par dopage à hydrogène, un facilitateur de combustion. Ce système permettrait de gagner 3 % de rendement électrique et thermique. Développée en partenariat avec l'école des Mines de Nantes, cette technologie sera déployée en 2009 sur 7 sites.

Energies renouvelables et technologies d'avenir

Concernant les énergies renouvelables, l'entreprise travaille en particulier sur l'amélioration des centrales biomasse. Dalkia gère en effet une centaine d'installations biomasse de petite, moyenne et grande capacité. Le centre de recherche a donc investit en 2006 dans des équipements permettant de sélectionner les combustibles et d'optimiser les paramètres de combustion. A travers une caractérisation de la combustion des différents produits de biomasse disponibles (mesure d'efficacité des combustibles, paramètres des rebus : cendres…), l'entreprise vise à établir une cartographie de combustion des produits issus de la biomasse dite propre (sous-produits de l'industrie agro-alimentaire et de l'agriculture…).
Enfin, l'entreprise teste également les technologies comme la pile à combustible. Une récente installation expérimentale dans une chaufferie HLM à Paris permet de tester une technologie affichant un rendement total de 83 %, dont 47 % de rendement électrique. Cette installation, qui fonctionne 5 mois par an (31 octobre – 31 mars) constitue une solution en pointe décentralisée. La même installation, fonctionnant cette fois-ci au biogaz, sera testée d'ici la fin de l'année en Allemagne. L'objectif est d'analyser le vieillissement de ce type de technologies et les besoins de maintenance avant de la développer à grande échelle.

Réactions2 réactions à cet article

 
C'est aussi...

Veolia c'est aussi Veolia Transport avec des contrats transports en commun pour dix ans! Tout cela avec des appels d'offres qu'on n'arrive pas à trouver l'origine. Fourniture de gasoil pendant dix annnés? C'est possible mais avec la même politique de Total qui augmente de façon drastique mais qui diminue le prix très lentement voir pas de tout? Cela a été vu au Senart

maes | 09 avril 2009 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mais encore,......

Par le biais de l'une de ses filiales sur le nord de Paris, ONYX-VALNOR, c'est l'un des gros opérateurs, promoteurs et créateurs de Centre de Stockage de Déchets Ultimes, comme par exemple à Bresles dans l'Oise, Boves dans la Somme etc.....

Cette activité rend service à notre Société, et des spécialistes comme le groupe Véolia inspirent confiance. C'est ce qui a permis à ses représentants de convaincre, élus locaux, départementaux, régionaux et probablement au plus haut niveau de l'état, hauts fonctionnaires sous la coupe de ministères influents, pour satisfaire la voracité d'un propriétaire forestier de Beuvraignes dans la Somme en limite de l'Oise (Crapeaumesnil et Fresnières étant à proximité immédiate) pour tenter d'y installerdepuis 2003, un C.E.T pouvant absorber quelques 80000 T./an.

Plus grave, le site non-classé, contenant les restes (ossements et cendres) d'anciens combattants, français et allemands, de 1914-1918, n'a pas arrêté le pétionnaire dans son projet, il a même réussi à convaincre CERTAINES associations dites patriotiques, dirigées par CERTAINES personnes faisant partie du même "milieu" favorable aux "affaires" du bien fondé et des retombées positives de leur choix.
Odieux, mélanger, amalgamer, les déchets de notre consommation aux restes respectables de ceux qui combattaient il y a quelques décennies pour leur liberté mais aussi notre avenir !!! Redevenons-nous des sauvages ou des "bêtes" ou tout simplement, acceptons-nous pas d'être dirigé par des décideurs dont le coeur est tout simplement remplacé par un "tiroir-caisse" ?
Aujourd'hui, à priori, ONYX-VALNOR, devrait décider de "rattaquer" les travaux de déboisement, défrichage, arrêtés le 17 mars 2005 sur décision du Tribunal administratif d'amiens, puisque le droit lui est rendu.
La cour d'appel de Douai, le Conseil d'Etat, à nouveau le tribunal administratif d'Amiens saisi fin février dernier de requêtes qui viennnent d'être rejetées, concourrent à l'évidence pour faire aboutir ce que j'ôse appeler "l'infâme projet du Bois des Loges" contre lequel, nous nous sommes et nous battrons toujours !

Picard Poilu | 19 avril 2009 à 09h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP