En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Contrôles inopinés de centrales nucléaires : les procédures ne sont pas au point selon l'Opecst

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Des situations parfois burlesques, c'est ce à quoi ont été confrontés les présidents de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), Claude Birraux et Bruno Sido, qui ont effectué, mercredi 30 novembre, des contrôles inopinés dans les centrales du Blayais (Gironde) et de Paluel (Seine-Maritime), dans le cadre de la mission parlementaire sur La sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir.

Le premier contrôle, à la centrale du Blayais (Gironde), portait sur l'évaluation de l'efficacité des mesures en place pour le risque d'inondation. Le deuxième était réalisé dans le cadre d'un exercice d'urgence sur un scénario type post-Fukushima de perte d'alimentation électrique du système de refroidissement d'un des réacteurs.

"Les parlementaires, accompagnés par des représentants de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ont pu observer des personnels d'EDF d'abord pris au dépourvu par des rédactions confuses des manuels de consignes, qui ont su ensuite faire preuve d'un professionnalisme et d'un engagement leur permettant de faire face de façon satisfaisante à ces contrôles inopinés. L'Autorité de sûreté nucléaire de son côté n'a relevé finalement aucun écart grave", indique l'Opecst. Rien d'alarmant donc, mais des "situations parfois burlesques", ont noté les deux parlementaires.

Paluel : des défauts connus et en cours de traitement selon la direction de la centrale

A Paluel, les responsables de l'ASN ont simulé une perte totale des alimentations électriques et du diesel de secours du réacteur numéro 1 qui nécessitait son branchement sur la tranche numéro 2 pour rétablir l'alimentation en énergie. Après de nombreux tâtonnements, l'équipe d'EDF est parvenue à maîtriser la situation. Selon l'ASN, le guide technique d'EDF pour cette procédure, daté de décembre 2008, comporte de "nombreuses erreurs" et "lacunes", et n'était "à l'évidence pas opérationnel". Dans un communiqué publié le 2 décembre, la direction de la centrale estime que lors de cet exercice, "la mobilisation des agents a été rapide. Ils ont fait preuve d'un bon engagement afin de surmonter les difficultés rencontrées. Au final, leur professionnalisme aurait permis de retrouver dans les délais impartis, une source d'alimentation électrique". La direction reconnaît cependant qu' "ils ont été gênés par un guide technique peu ergonomique et comportant certaines imprécisions. Ceci était connu et en cours de traitement au sein des équipes d'EDF avec une échéance à mi-décembre".

A la centrale du Blayais, la documentation fournie et peu pratique a été également mise en cause. L'Opecst indique que d'autres contrôles de ce type seront menés à l'avenir.

Réactions1 réaction à cet article

 

BURLESQUE !!!!! Mais cela ne me fait pas sourire. Dans une situation confortable, une simulation, les opérateurs des centrales se retrouvent avec des consignes incomplétes et parfois éronées, ouf leur professionalisme leur permet de résoudre la problèmatique. Qu'en serait-il dans une VRAI SITUATION DE CATATROPHE, avec un vrai stress et en milieu d'un WE, car je supose que ce test à été fait à une heure "normale" ?

Claude Duport | 04 décembre 2011 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager