En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Union européenne souhaite s'attaquer aux déchets plastique en Méditerranée

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

À l'occasion d'une conférence organisée à vendredi 8 avril à Athène (Grèce) , Janez Potocnik, le commissaire européen à l'environnement, a annoncé que l'Union européenne comptait mettre en œuvre des mesures pour réduire les déchets plastique en Méditerranée. "Les déchets en mer sont un gros gros problème, je suis déterminé à y faire face, nous devons dire non au 'monstre plastique'", a indiqué le commissaire selon les propos rapportés par l'AFP.

Les mesures envisagées pourraient aller jusqu'à l'interdiction des sacs plastique. "Nous voulons développer des réponses efficaces", a indiqué Janez Potocnik, précisant que "nous devons considérer toutes les options, y compris une interdiction européenne des sacs en plastique." Par ailleurs, Maria Damanaki, la commissaire aux affaires maritimes et à la pêche, a qualifié de "malédiction" l'absence de limitation de l'usage des sacs plastique en Grèce, son pays d'origine.

L'industrie plastique opposée à l'interdiction

Par ailleurs, le commissaire à l'environnement, a souhaité que les opérations de collecte des déchets par les pêcheurs et subventionnées par les fonds européens se développent.

La possible interdiction des sacs plastique n'est pas du goût de Ionnis Kaselinis, un représentant des Fédérations grecque et européenne de l'industrie plastique. Il a pour sa part vanté les mérites des sacs plastique en défendant le bilan en gaz à effet de serre des sacs plastique qui serait meilleur que celui des sacs en papier et tissu.

S'agissant des estimations de la pollution générée par les sacs plastiques, Janez Potocnik a indiqué que "quelque 500 tonnes de plastique et quelque 250 milliards de micro-particules plastique flottent à la surface des eaux méditerranéennes." Quant à l'origine de la pollution, 80% proviendrait de la terre, le reste étant rejeté par la marine marchande ou de pêche.

Enfin, l'AFP rapporte que des participants ont souligné le problème posé par les nombreuses décharges à ciel ouvert existant sur les îles grecques.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…