En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Démantèlement offshore des armes chimiques syriennes : une neutralisation réussie ?

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Les Etats-Unis ont annoncé la fin des opérations de "neutralisation" en mer des précurseurs des armes chimiques des gaz sarin et moutarde remis par le régime syrien. "Les armes chimiques les plus mortelles possédées par le régime syrien ont été détruites par des professionnels civils et militaires en utilisant un mécanisme américain unique en son genre", a assuré le président Barack Obama dans un communiqué.

La particularité de l'opération réside également dans le fait qu'elle s'est produite à bord du navire américain Cape Ray dans les eaux internationales du bassin méditerranéen.

Aucune information détaillée publiée

"Aucune information détaillée sur les conditions météorologiques, les localisations du navire, les aléas techniques, les rejets atmosphériques n'a été publiée, déplore l'association Robin des Bois, la neutralisation des armes chimiques syriennes a été, comme leur fabrication, entourée d'un secret absolu".

L'opération, supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), aurait permis la neutralisation de 581 tonnes de "précurseurs chimiques" pour le sarin et 19,8 tonnes d'agents destinés au gaz moutarde, selon l'AFP.

Elle aurait permis de détruire les agents chimiques à plus de 99% et d'en réduire la toxicité à des niveaux similaires à ceux rencontrés dans l'industrie, toujours selon l'agence.

"Le résultat concret de l'option retenue par les Etats-Unis et validée par l'ONU et l'OIAC, c'est que le navire usine américain stocke en ce moment même 6.000 tonnes de déchets toxiques, soit 10 fois plus que les substances chimiques initiales", dénonce Robin des Bois.

Vers des opérations de traitement en mer de déchets toxiques ?

Désormais, les agents chimiques traités à bord du Cape Ray vont être confiés à des sociétés de traitement spécialisées dans les déchets industriels : selon Robin des Bois, 300 tonnes de résidus d'ypérite seront éliminés dans l'usine Geka à Munster (Allemagne) et 5.700 tonnes de résidus chimiques du gaz sarin seront traités en Finlande à Hamina Kotka, à côté d'Helsinki.

"La meilleure solution disponible aurait été de traiter directement la totalité [des précurseurs des armes chimiques] dans un ou plusieurs des incinérateurs de déchets dangereux en exploitation dans l'Union européenne", souligne Robin des Bois.

L'association redoute que cette opération ouvre la voie à un traitement en mer de déchets toxiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

Robin des Bois spécialiste de l'élimination des armes chimiques... Ha ! Ha ! Ha !

Heureusement pour eux qu'il y a des agences de presse et des médias complaisants pour leur donner de la visibilité.

Wackes Seppi | 22 août 2014 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager