Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Malaisie lâche 6.000 moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre la dengue

Risques  |    |  Mélanie Favrot  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre d'un programme test visant à lutter contre la dengue, la Malaisie a lâché 6.000 moustiques génétiquement modifiés (GM) dans la nature. Une simple piqûre de la femelle provoque en effet une fièvre sévère, accompagnée de maux de tête, pouvant parfois aboutir au décès du patient.

L'Institut pour la recherche médicale (IRM) explique que le test a été mené avec des moustiques mâles du genre Aedes, l'espèce qui transmet la dengue. L'IRM a également précisé que ces tests ont été réalisés dans une zone inhabitée, dans le centre du pays.

La modification génétique a été faite de manière à ce que la progéniture des moustiques meure rapidement, devant entraîner ainsi une baisse de leur population, voire leur disparition.

Cet essai est une première en Asie. Malgré les réserves de certains experts qui l'ont estimé risqué, le test a débuté le 21 décembre dernier et s'est conclu le 5 janvier 2011 avec succès selon l'IRM. Les données récoltées vont être analysées.

L'association de consommateurs de Penang et Sahabat Alam Malaysia ont déclaré à ce propos à Inf'OGM: "Nous déplorons le manque de transparence sur ce dossier, en particulier le fait que l'Institut pour la Recherche Médicale envoie son communiqué de presse plus d'un mois après le début des essais. Étant donné que le lâcher de moustiques transgéniques avait été largement critiqué, nous condamnons la manière apparemment secrète dont ont été menés ces essais. Un tel comportement ne fait rien pour dissiper les craintes et les préoccupations du public. Nous sommes profondément déçus que les essais aient eu lieu en dépit de l'inquiétude généralisée au niveau national et international sur des moustiques génétiquement modifiés".

Réactions1 réaction à cet article

 

Quand l'homme joue à Frankenstein...
Plutot que de regarder exactement les causes du développement du moustique, ses raisons d'exister et plutot que de regarder ses prédateurs potentiels , l'homme choisit une solution non prouvée et franchement risquée: les moustiques GM.
En outre cela peut mettre en péril l'écosystèmes et avoir des conséquences désastreuses.
C'est pour quand les poulets GM, les vaches GM, les hommes GM??????

arthur duchemin | 14 février 2011 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : ingénierie pour la restauration des cours d'eau OPQIBI