En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'écotaxe ne verra pas le jour, annonce Ségolène Royal

Transport  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Ce que vous appelez l'écotaxe ne verra pas le jour au sens où le Gouvernement n'accepte pas que le mot "écologie " soit associé au mot "taxe" parce qu'il considère que l'écologie est une démarche positive", a affirmé Ségolène Royal ce mercredi 7 mai à l'Assemblée nationale alors qu'elle répondait à une question de la députée écologiste Eva Sas.

La ministre de l'Ecologie a expliqué que certaines réformes sont parfaites sur le papier mais que, une fois mises en application, elles révèlent des contradictions et soulèvent des résistances sociales. L'écotaxe en fait manifestement partie selon elle, estimant qu'il fallait tenir compte de tout cela.

Ségolène Royal a réaffirmé travailler sur deux pistes. La première consiste à cibler les camions utilisant la France comme zone de transit en polluant les régions frontalières, via la création d'un péage de transit dans ces régions. L'autre consiste à prélever 1 milliard sur les 2 milliards de profits des autoroutes afin de les réinjecter dans les travaux publics.

Les doutes de Michel Sapin

La veille, le ministre des Finances, Michel Sapin, avait fait part de ses doutes sur cette proposition de sa collègue de l'Ecologie. "Si on crée une fiscalité particulière sur ces sociétés autoroutières, c'est prévu dans le contrat, il faut que ça soit compensé. C'est compensé comment ? Par des péages (...) ou par un recul de la date de concession", avait indiqué le ministre, interrogé par la mission d'information de l'Assemble nationale.

Evoquant l'hypothèse de la suppression de l'écotaxe, il avait également ajouté : "si on ne respecte pas le contrat, que ce soit à l'amiable ou de manière contentieuse, ça a un coût. Les indemnités pourraient s'élever jusqu'à 850 millions d'euros".

Alors, un arbitrage au sommet de l'Etat a-t-il eu lieu sur le dossier de l'écotaxe depuis hier ? Ou Ségolène Royal a-t-elle pris position de façon prématurée ? Cette deuxième hypothèse est plus probable, la ministre ayant elle-même indiqué que le Gouvernement attendait la remise du rapport de la mission d'information de l'Assemblée le 14 mai et de celui de la commission d'enquête du Sénat le 27 mai avant de prendre une décision, sans doute début juin.

Réactions2 réactions à cet article

 

Décidément la ministre semble partager des idées que j'exprime depuis le début sur ce sujet.
Elle a réalisé que coller un label écolo a une taxe était politiquement désastreux. Ces autres initiatives vont dans le bon sens, maintenant seront-elles appliquées??

ami9327 | 07 mai 2014 à 23h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quid du principe pollueur/payeur et du financement du report modal ? on nous propose quoi une pollution "made in France" un report "modal"
autoroute/route!!!
Et tout ça parce que des crétins coiffés de bonnets rouges on foutu le bazar, alors que la Bretagne qui n'est pas une zone de transit était largement exonéré, encore une fois cette minorité ne représente rien et surtout pas l'opinion des Français , elle n'a pas a nous imposer sa loi

lio | 08 mai 2014 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…