En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Education à l'environnement : la clef pour la transition écologique ?

Un avis du Cese, rendu mardi 26 novembre, détaille les axes essentiels, selon lui, pour la réussite de l'éducation à l'environnement et au développement durable. L'implication de tous serait un des leviers.

Gouvernance  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Education à l'environnement : la clef pour la transition écologique ?

"L'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD), c'est une condition pour réaliser la transition écologique et changer de modèle", assure Antoine Dulin, membre du groupe des organisations étudiantes et mouvements de la jeunesse, co-rapporteur de l'avis du Conseil économique social et environnemental (Cese) sur ce sujet.

Ce dernier a été adopté en séance plénière mardi 26 novembre avec 168 votes pour (une contre et sept abstentions).

Inscrit parmi les cinq chantiers prioritaires de la Conférence environnementale, la réussite de la démarche, selon le Cese, passe à la fois par une action volontariste de l'Etat et des collectivités locales mais également un développement de projets multi-partenariaux.

"Pour que l'EEDD fonctionne, il faut que les différents acteurs arrivent à travailler ensemble : le monde éducatif, des collectivités, des associations, des entreprises", complète Antoine Dulin.

Parmi les propositions du groupe de travail figure une diffusion de l'EEDD dans la formation initiale. Le Conseil supérieur des programmes veillerait à ce que ces sujets soient traités de façon transversale. Il devrait "être saisi dès son installation sur la prise en compte des enjeux du développement durable et des évolutions de la biosphère", selon la feuille de route de la conférence environnementale

Développer les sorties nature

Une épreuve spécifique à l'occasion des examens pourrait notamment être envisagée.

L'avis reprend également une autre des mesures inscrites dans la feuille de route de la Conférence environnementale : développer les sorties nature et classes de découverte.

"Le Cese a indiqué qu'il convenait de réfléchir à une éthique des acteurs intégrés à l'intérieur de l'éducation pour que nous nous en tenions à l'intérêt général", a toutefois noté Allain Bougrain-Dubourg, membre du groupe environnement nature, second rapporteur de l'avis.

Autre préconisation du Cese : développer l'EEDD dans le cadre professionnel et les cursus de formation continue. La mise en place de cet enseignement s'articulerait avec la réflexion sur l'évolution des métiers et les formations correspondantes. Le Cese propose que les dirigeants et représentants de l'Etat (au niveau national et territorial), ainsi que les salariés en charge de l'organisation des lieux de travail, des achats, des ressources humaines, etc. soient formés à l'EEDD. Celle-ci pourrait également faire l'objet d'un chapitre dans les rapports de développement durable des entreprises. Les TPE-PME pourraient, quant à elles, être sensibilisés à travers les têtes de réseaux professionnels.

Un continuum éducatif pour tous les citoyens

"L'objectif de l'avis est d'établir un continuum éducatif pour tous les citoyens tout le long de la vie", pointe Antoine Dulin.

Pour cela, le Cese recommande d'établir un répertoire des initiatives articulant EEDD et participation citoyenne. Il rejoint une des mesures de la feuille de route de la Conférence qui souhaitait développer le nombre de missions de service civique "environnementales" proposées par les collectivités et les établissements publics.

Le Cese souhaite également développer la responsabilisation et le choix du consommateur. "Il faut de la traçabilité pour le consommateur, le CSA pourrait accompagner une démarche d'éducation au DD, le rôle des médias est également important", précise Allain Bougrain-Dubourg. Le Cese préconise également d'associer le patrimoine naturel au culturel lors des journées européennes du patrimoine.

Enfin, un des autres grands axes proposés serait de mobiliser l'ensemble des acteurs publics, privés, associatifs pour faire de l'EEDD un projet collectif fédérateur.

"Les régions vont disposer d'un rôle accru, certaines ont déjà fait un travail admirable, il faut qu'il soit valorisé et qu'il devienne exemplaire afin que l'EEDD essaime sur l'ensemble du territoire", souligne Allain Bougrain-Dubourg.

Pour le Cese, un volet EEDD devrait être inséré dans les plans et schémas de politiques publiques éducatives, de développement durable et d'aménagement du territoire. Une cartographie et une évaluation des actions pourraient être réalisées pour mutualiser ensuite les outils et techniques.

Coté financement, l'avis considère que l'EEDD doit bénéficier de financements pluriannuels, inscrits dans des conventions d'objectifs mais également que la création d'un fonds régional dédié (abondé par l'Etat et les collectivités) devrait être envisagé.

Pour que l'Etat soit exemplaire, le Cese préconise enfin que les objectifs de gestion du secteur public soient alignés sur ceux des entreprises privées.

Réactions25 réactions à cet article

 

OUI, l'éducation est la clé du développement durable sur le long terme.

Augmenter la part de cette éducation est une BONNE idée.

Non seulement en France mais partout !

Le principe est bon, il faut creuser le comment.

Marco67 | 27 novembre 2013 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'endoctrinement dès le plus jeune âge. Du Arthur Koestler pur jus. Le zéro et l'infini. 1984. Le yogi et le commissaire.

Laurent Berthod | 27 novembre 2013 à 21h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui, un oubli. Je voulais parler de Koestler et d'Orwell !

Laurent Berthod | 27 novembre 2013 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'EEDD est tout le contraire de l'endoctrinement :
- elle donne accès à l'information par la découverte et la pratique
- elle donne ensuite la possibilité de débattre à partir du vécu propre à chacun
- elle permet de forger son libre arbitre, et d'apprendre à partager ses opinions, à se positionner...
en bref, elle favorise la démocratie active, participative et éclairée.

Sophie | 28 novembre 2013 à 09h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'EEDD est tout le contraire de l'endoctrinement :
- elle donne accès à l'information par la découverte et la pratique
- elle donne ensuite la possibilité de débattre à partir du vécu propre à chacun
- elle permet de forger son libre arbitre, et d'apprendre à partager ses opinions, à se positionner...
en bref, elle favorise la démocratie active, participative et éclairée.

Sophie | 28 novembre 2013 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

projet gentil et serviable; les gens et la nature doivent aller dans la meme direction....

romulo | 28 novembre 2013 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ajoutons un peu d'éducation civique un peu vintage du genre 'ne fais pas à autrui ce que tu veux pas qu'il te fasse" et on ne parlera plus d'endoctrinement.

Mr XX souhaite certainement recueillir tous les déchets solides, gazeux ou liquides du monde chez lui, rendons lui grâce! moi pas, organisons nous.

audaces | 28 novembre 2013 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Projet gnagnan faux cul : le plus pédagogique serait aussi de sanctionner autorités co et coauteurs des fraudes au droit de l'environnement, notamment droit de l'UE et droit international ; pour ce qui est de l'éducation y inclus le droit : en Allemagne les gosses à partir de la 4ème étudient le milieu marin, la convention OSPAR et même la directive sur la pollution par les navires de plaisance ; en France vous l'évoquez, et équivalent, en réunion administrative, on vous tue au figuré comme au propre, avec des techniques sophistiquées issues de la manipulation institutionnelle de haut niveau mise au point pour protéger les dirigeants en cas de fraudes massives dans le privé ; bonnets rouges et autres trucs powers de tous acabits : à vos bracelets (de menottes : ainsi font font font les petites marionnettes...

Remise à plat... | 28 novembre 2013 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y aura pas de changements de mentalités sans une éducation adaptée, comment ce fait il que les enfants au collège, lycée, primaire, n'est pas de cours consacrés au DD, éducation civique, langues anciennes, art plastique,oui(3 h de LV 2 en 4éme), mais éducation environnementale rien, complétement aberrant.
Commençons par le commencement, ça arrivera surement trop tard au vue des problèmes environnementaux qu'ils vont rencontrer mais on aura au moins eu le mérite d'essayer!

lio | 28 novembre 2013 à 12h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Intervention tout à fait hors de propos de la part de M. Berthod. Curieux de savoir ce qu'il peut y avoir d'endoctrinant dans le fait, par exemple, de vouloir développer les sorties nature??!!... Encore un complot "escrolo" me direz-vous??!! Votre paranoïa exacerbée fait peine à voir...
Lorsque la moitié d'une classe de CE2 d'une école située en ville ne sait pas ce qu'est un "chemin" (expérience vécue), il me semble qu'une petite sortie nature ne serait pas de trop pour les éveiller à autre chose qu'au béton...

AlexG | 28 novembre 2013 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien sûr que l'éducation environnementale des jeunes est une des clés. Qu'il y ait ça et là des excès d'optimisme, ou de parano dans l'autre sens, est fatal, c'est la nature humaine. Il y a des gens qui ont peur de l'écologie sans raison valable, mais c'est aux écologistes de fonder leur communication sur des faits tangibles, des preuves scientifiques, et de démontrer que l'écologie c'est de l'économie de long terme. Les exemples ne manquent pas : entre autres la rénovation énergétique des bâtiments, qui aurait dù commencer dès Grenelle et a fortiori 2012 par un plan national pour les bâtiments publics. Notre déficit commercial est largement lié au gâchis énergétique, qu'attendons-nous ?

degolarson | 28 novembre 2013 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand j'entends et vois les âneries proférées et écrites sur le sujet dans l'établissement où est mon fiston, je pleure. Heureusement que certains développent encore un certain esprit critique et considèrent la réalité, illustrée de manière synthétique par un court dialogue que nous eûmes dans cette institution: "mon traitement contre l'épilepsie est-il bio?".
Je lui répondis derechef que non et que c'était une saloperie produite par l'immonde lobby chimico-pharmaceutique.
Courage à Laurent!

Albatros | 29 novembre 2013 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tangible : Qu'on connaît par le toucher ; matériel, sensible : La réalité tangible. * Que chacun peut constater, qui ne saurait être mis en doute : Donner des preuves tangibles.

Rien ne peut être tangible en écologie, tant notre pensée est de créer des certitudes individuelles de court terme. Seul le fait accompli peut être "tangible" et encore faut-il ne pas le nier!

"Les dinosaures herbivores sont morts d'un excès de pesticides". Qui peut me certifier, juré sur tout livre Saint, que c'est faux. Nous avons les nôtres actuels!

A vous lire

Socrate, réveille nous! | 29 novembre 2013 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour
J'habite un immeuble mal isolé. Le chauffage me coûte 18€ / m² /an. Des amis à moi habitent des maisons en bois isolées avec de la paille, côut de chauffage moyenné sur les 2 années écoulées : 1,6€ / m²/ an. Un immeuble de 7 étages pour habitat social dans les Vosges est en cours de construction bois paille avec la même performance prévue. Voilà du tangible. Une maison bioclimatique coûte 10% plus cher à la remise des clés : c'est du tangible. Au bout de 30 ans elle aura coûté 25% moins cher avec les économies de chauffage : encore du tangible, et je ne compte pas le confort accoustique, la régulation de la vapeur d'eau etc., ni le service rendu à la planète.
Je mange bio avec très peu de viande quasiment tous les jours et je fais mes courses à vélo à 4km de chez moi. Mais quand il pleut trop je ne prends pas ma bagnole, je vais à la supérette du coin à pied avec mon parapluie, c'est à 400m.
De temps en temps je vais au restau avec des amis, si c'est moi qui choisis c'est bio, si c'est eux ça ne l'est pas. On est bons amis depuis longtemps, on discute.
L'écologie c'est du bon sens à long terme. C'est tenter de ne pas rester mentalement un dinausaure.
Bonne journée

degolarson | 29 novembre 2013 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci Albatros,

En tout cas, rassurez-vous je ne me convertirai pas à la vie monacale bio-écolo. J'aime trop la vie. Je déteste le puritanisme, le jansénisme, le totalitarisme et par dessus-tout, la sottise et les mensonges.

Laurent Berthod | 29 novembre 2013 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'environnement ne doit pas être abandonné à la frange écolo de la population, ce qui semble malheureusement le cas dans l'exemple de l'école que je citais.
Ce que m'inspire la contribution de degolarson sur l'isolation: enseigner l'énergie, ses principes thermodynamique et sa maîtrise (c'est assez simple à illustrer de manière ludique, voyez "c'est pas sorcier") plutôt qu'ânonner des idées reçues sur l'agriculture, l'arnaque "bio" ou relayer les multiples alertes sans recul, ce qui risque de déprimer les élèves (la terre est foutue) voire de faire rigoler les cancres.

Albatros | 29 novembre 2013 à 16h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très heureuse d'avoir lu cet article sur l' éducation au DD, juste une petite réflexion : pourrions -nous faire assimiler également aux adultes les différents sigles comme CRE/CESE etc... Tout le monde ou presque sait ce qu'est une ONG mais en ce qui concerne les dispositifs pour un DD, c'est un vocabulaire nouveau et pas du tout compris pour le quidam, à mon humble avis. Tout à fait d'accord pour l'éducation mais pour tous !
une écolo convaincue

bartieh | 29 novembre 2013 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros,

Énergie, thermodynamique, certes, mais un peu d'économie ne ferait pas de mal non plus : retour sur investissement ? Dès qu'on possède l'arithmétique, la division, notamment, c'est parfaitement compréhensible.

L'investissement coûtera-t-il plus qu'il ne rapportera ? Ceci implique d'introduire la notion d'actualisation, donc possible seulement pour des plus âgés. Mais bien entendu un militant écolo n'a même pas idée que ça existe, la notion de taux d'actualisation, et que c'est indispensable pour effectuer un choix rationnel en matière d'investissement. (D'ailleurs combien de profs d'économie en ES le savent ?)

Laurent Berthod | 29 novembre 2013 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non, mon cher Albatros,

Pas de faire rigoler les cancres. De faire rigoler les esprits critiques bien informés. Vous me direz qu'à cet âge, des esprits critiques ça existe, mais des esprits bien informés ? Donc les profs ne risquent pas trop de ricanements à débiter les sornettes dont vous parlez

Laurent Berthod | 29 novembre 2013 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est à l'école et à l'âge de l'apprentissage que certaines valeurs peuvent être enseignées aux enfants futurs citoyens... Le civisme, l'ouverture d'esprit, le respect de l'autre (quand on voit un enfant apporter une banane à une ministre, on se dit que certains parents devraient être déchus de leurs droits et que l'école ne fait pas assez bien son boulot) et aussi le respect de la nature.

Il n'y a que l'EEDD pour faire comprendre à un enfant pourquoi il faut trier ses déchets, pourquoi jeter un emballage par terre est mal, pourquoi certaines activités sont plus polluantes que d'autres et qu'un jour ils auront à faire des choix en tout connaissance de cause... Le contexte environnementale fait que cet enseignement est devenu indispensable car l'écologie est fait partie du quotidien, quelles que soient nos opinions.

Personnellement, ce sont certains messages de ce fil qui me font pleurer car parler d'endoctrinement, de puritanisme, de totalitarisme et toute sorte de conneries en "isme" qui font plus intelligent qu'on en l'est, est d'une bêtise sans nom. les gens sont de plus en plus citadins, déconnectés de l'agriculture, ne côtoient la nature dans dans les espaces verts des villes, quand ils ne vivent pas dans des village péri-urbains dans lesquels ils ne font que dormir... Éduquer les enfants aux nouvelles problématiques est un devoir, ne pas le faire est un crime.

Oui, courage à l'EEDD qui a, visiblement, autant d'importance que d'obstacles devant elle...

jujuniep | 02 décembre 2013 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est l'éducation tout court qui permet ce que décrit jujuniep. Pas besoin d'y adjoindre la tarte à la crème durable qui finit par polluer tout propos tenu sur l'un de ces sujets.
C'est aussi le modèle de succès qu'il faut modifier: pourquoi cette systématique glorification du vainqueur? Pourquoi ces signes données par nos "élites" (grosse bagnole, cynisme, vanité, mépris...)?
C'est enfin l'exemple que l'on donne: je trie, je ne jette pas de détritus dans les espaces publics, je connais un minimum de thermodynamique, j'écoute et je respecte les gens (y compris ceux qui ne sont pas de mon avis), même l'orthographe et la syntaxe (enfin j'essaie).
Cela me vaut dans ce fil de me faire traiter de con (rires). Enfin, je respire et je rigole dès que c'est possible (ça devient rare mais on peut encore, essayez).

Albatros | 04 décembre 2013 à 15h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Albatros,

Nous vivons dans un monde de plus en plus triste, de plus en plus puritain.

Nos élites incapables ont remplacé la politique par la morale, ce qui est une faute politique et morale inexcusable.

Vous dites : "Enfin, je respire et je rigole dès que c'est possible (ça devient rare mais on peut encore, essayez)".

Faites néanmoins attention, si c'est avec une fille ça risque de vous coûter 1500 € ! ;-)

Laurent Berthod | 04 décembre 2013 à 21h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros,
Si vous donnez ces exemples à vos enfants/amis/parents dans votre vie de tous les jours, c'est parfait... Mais tous le monde ne le fait pas (loin de là) soit par manque de connaissance, soit par manque d’intérêt, soit par manque d'empathie et de respect (envers ceux qui subissent la pollution par exemple). Pensez-vous que tous les citoyens ont vos connaissances en écologie au sens large et que tous les parents parlent de recyclage à leurs enfants ?

Oui, dans un monde idéal, l'éducation seule devrait suffire. Malheureusement elle n'y arrive pas avec le simple respect de l'autre, alors elle ne va pas plus y arriver avec le respect de la nature. L'EEDD n'est "une tarte à la crème" qui si elle est faite n'importe comment.

Dans ma collectivité, on sensibilise 2000 enfants/an du primaire (qui ne savent souvent plus ce qu'est une vache) au tri et recyclage des déchets, agriculture, rivières, paysages, etc. sans un pouce de pub. Et on a 2x plus de demandes que de places... Pensez-vous que c'est de l'endoctrinement ?

jujuniep | 05 décembre 2013 à 08h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La malléabilité des enfants du primaire et le caractère influençable de leurs jeunes esprits agiles (agilité qu'il faut encourager et non pas dévoyer ni manipuler par l'endoctrinement) font que je suis extrêmement prudent: limitation de l'exposition à la pub et aux âneries militantes, exercice de l'esprit critique et curiosité sont quelques clés, sans que j'aie la prétention de constituer moi-même un exemple (je suis bien loin de ça).
Je souhaite une excellente fin d'année à tous (oui, tous, même aux quelques pisse-vinaigre invectiveurs de ce fil)!

Albatros | 14 décembre 2013 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour
Merci à Albatros pour cette excellente conclusion et nos voeux en retour. J'espère qu'il découvrira en 2014 parmi les écolos et les enseignants des personnes de bon sens, pas fanatiques et connaissant sérieusement les choses de la nature. Ca existe, c'est vrai qu'il faut parfois les chercher, et, c'est encore vrai, rarement dans les hautes sphères.

degolarson | 16 décembre 2013 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager