En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ifen rappelle que le comportement des ménages a un impact sur les émissions de gaz à effet de serre

L'Institut français de l'environnement est convaincu que la réduction des émissions de gaz à effet de serre est possible par une modification des comportements individuels concernant l'habitat, les transports et la consommation en général.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dans le cadre du protocole de Kyoto la France s'est engagée à stabiliser en 2010 ses émissions nationales de gaz à effet de serre (GES) à son niveau de 1990. Il semblerait qu'entre 1990 et 2004, la France ait réussi à diminuer de 0,8% ces émissions nationales de GES. Cette légère diminution est imputable à certains secteurs comme l'industrie manufacturière ou la transformation de l'énergie qui se sont vus contraints, notamment à travers la réglementation ou plus récemment le système d'échange de quotas de CO2, de réduire leurs émissions. Cependant, certains secteurs comme l'habitat ou le transport ont, de leur côté, augmenté leurs émissions et continuent sur cette tendance. Or, pour conserver la faible avance qu'a la France sur ses objectifs de 2010, il serait temps que les ménages prennent conscience de leur impact sur les émissions nationales de GES. C'est en tout cas ce que sous-entend l'Institut français de l'environnement (Ifen) dans son dernier numéro des « 4 pages de l'Ifen » en démontrant qu'une adaptation ou une modification des comportements de chacun peut contribuer à la réduction des émissions, sur la voie d'une division par 4 des gaz à effet de serre émis en France d'ici 2050.

En effet, l'institut rappelle qu'en 2004, les émissions de GES des 30,7 millions de logements français représentaient 13% des émissions nationales. Chaque m2 de résidence principale a une consommation moyenne d'énergie de 229 kWh/an tous usages compris : 74 % pour le chauffage, 9 % pour la production d'eau chaude, 6 % pour la cuisson et 11 % pour l'électricité spécifique. La consommation des résidences principales provient à 57 % de gaz, fioul et charbon et à 25 % d'électricité. Bien que fluctuantes selon les écarts thermiques saisonniers, les émissions du secteur résidentiel augmentent en moyenne de 1 % par an depuis 1990. Les logements sont plus grands, plus individualisés et plus nombreux pour répondre à l'accroissement démographique et à la modification de la structure des ménages. Bien que 64% des foyers soient équipés de thermostats en 2005, l'Ifen constate que la température moyenne hivernale des logements s'est élevée de 2°C en 25 ans contribuant fortement à l'accroissement des émissions de l'habitat. Pour l'institut, il est insuffisant de compter sur le renouvellement du parc d'habitations diminuer les besoins énergétiques des bâtiments : au rythme annuel de la construction neuve (300.000 logements), seul environ un tiers du parc serait d'emblée amélioré sur le plan énergétique en 30 ans. Il faudrait selon lui viser dès à présent 50 kWh/m2/an de consommation énergétique lors de la rénovation de l'ancien, même si cela représente un véritable effort compte tenu de sa consommation énergétique moyenne actuelle de 200 kWh/m2/an pour le chauffage. L'Ifen estime que les diagnostics de performance énergétique obligatoires lors de la vente des logements depuis novembre 2006, puis lors de leur mise en location à compter de 2007, devraient amener une augmentation du volume des dépenses de maîtrise de l'énergie, déjà largement incitées par la TVA à 5,5 %. Mais il faut selon lui revenir à une température intérieure hivernale de 19°C, choisir des équipements économes en carbone pour subvenir aux besoins de chauffage et d'eau chaude sanitaire et faire des travaux d'isolation en profitant des incitations fiscales actuellement mises en place.
Afin d'encourager les comportements plus économe l'Ifen rappelle que malgré son origine majoritairement nucléaire en France, l'électricité contient également du carbone. En hiver, le chauffage se cumule aux autres emplois de l'électricité sur les quelques heures de présence des ménages chez eux. Durant ces pointes, les centrales thermiques classiques qui fonctionnent au gaz, au fioul ou au charbon, suppléent davantage la production électronucléaire ou hydroélectrique. L'étalement de la demande électrique au long de la journée et de la nuit, et surtout en hiver, est donc une réponse cohérente à la réduction des GES. Au total, des actes portant sur la maîtrise de l'énergie peuvent contribuer aussi à réduire les émissions : emploi d'ampoules basse consommation pour l'éclairage, de programmes froids la nuit pour le lavage du linge, équipements électroménagers avec l'étiquette énergie A+, etc.

Outre la maîtrise de l'énergie dans l'habitation, le transport a également un potentiel d'économies d'émissions de CO2 important. L'Ifen rappelle que même si les émissions nationales totales ont diminué de 0,8 %, celles induites par les véhicules particuliers ont augmenté de 17 % entre 1990 et 2004. La France compte aujourd'hui plus de 30 millions de véhicules pour 47,5 millions de personnes en âge de conduire, qui émettent chacun et en moyenne 208 grammes équivalent (geq) CO2/km et qui sont responsables de 14 % des émissions nationales. Les diminutions réalisées dans d'autres secteurs sont ainsi annihilées par un usage de plus en plus important de la voiture : trajets plus longs et plus nombreux. C'est pourquoi, l'Ifen rappelle avec conviction que l'achat d'un véhicule à faibles émissions de CO2, qu'il soit neuf ou d'occasion, influence de façon notable les émissions et le budget « transport » des ménages dont 85 % sont consacrés à l'acquisition et l'utilisation du véhicule. Pour les usages courants, la réduction des parcours quotidiens, le recours, quand cela est possible, à des modes alternatifs (vélo, transports collectifs…) et l'adoption d'une conduite économe en carburant promettent des gains significatifs sur les émissions globales.

Les émissions de GES des ménages varient également avec le type de produits consommés par les familles. L'arrivée dans l'assiette de plats préparés ou de mets presque toujours frais, été comme hiver, fait appel à toute une chaîne de production. Par exemple, la production d'1 kg de tomates sous serre, hors saisons, équivaut à l'émission de 2,2 kgeq CO2 de carbone.
Plus globalement, l'évolution de la consommation alimentaire des Français s'est accompagnée de l'augmentation de 20 % des émissions du secteur agroalimentaire entre 1990 et 2004. Les produits laitiers et carnés, de plus en plus consommés, sont à l'origine d'importantes émissions de CO2 et de méthane liées à l'élevage des animaux. Or, la consommation d'1 kg de viandes ou de produits laitiers, issus de cheptels nourris, comme en agriculture biologique, avec du fourrage ou du grain sans engrais ni pesticides de synthèse dont la fabrication nécessite aussi de l'énergie, apporte comparativement un gain d'émissions pouvant atteindre 30 %. Si en plus, les produits sont de saison et consommés proches de leur lieu de production les gains se cumulent à toutes les étapes du cycle de l'alimentation.

Enfin, les ménages peuvent influer sur leurs émissions de GES en limitant leur recours aux emballages plastiques. L'Ifen précise que 1 kg d'emballages plastiques entraîne environ 1 kg d'émissions de GES : 0,5 kgeq CO2 pour sa fabrication et 0,4 kgeq CO2 lors de son incinération en tant que déchet. Sachant que 1,9 million de tonnes d'emballages plastiques ont été vendues en France en 2003 soit autant de tonnes de CO2 émises, l'acquisition de produits sans emballage plastique pourrait réduire cette quantité.

Même si ces conseils semblent être du bon sens pour les plus avertis, il semble utile de les rappeler et de les diffuser au plus grand nombre car c'est la façon de vivre des Français qu'il convient globalement de faire évoluer.

Réactions3 réactions à cet article

 
Paroles en l'air

Quelques pistes à creuser émergent de cet article mais peu de pragmatisme, comme toujours...
Si les consommations éléctriques génèrent moins de CO² la nuit, généralisons le tarif "Heures Creuses/Pleines" à l'ensemble des abonnés et accentuons la différence de prix...
Pour les transports, une hausse des taxes carburants conduira nécessairement les usagers à s'interroger sur l'utilité d'un 4X4.
Tout le reste n'est que philosophie !!!!!

M. MARTIN

M. MARTIN | 05 janvier 2007 à 20h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Paroles en l'air

Ces conseils nous apparaissent comme une évidence, mais il faut bien réaliser qu'ils ne le sont pas pour une majorité de gens. Ils sont donc à diffuser le plus largement possible autour de nous.
Egalement tout à fait d'accord avec les remarques de M. MARTIN sur les tarifs incitatifs "heures pleines / heures creuses".
mais en ce qui concerne le prix des carburants, même si l'effet incitatif à la modération est, me semble-t-il, avéré, les acheteurs de 4x4 ont malheureusement souvent les moyens de polluer sans compter...

François C | 11 janvier 2007 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
hypocrisie de nos responsables

RIEN DE NOUVEAU. On entend ça partout, personne ne le fait sauf qques convaincus comme moi. Il faut des incitations très fortes:émissions de télé, reportages sur les particuliers qui se comportent ainsi, obligation à toutes les chaines radio et télé d'en parler chaque jour au moins 1heure, remonter le prix des ampoules grandes consommatrices, etc,etc et qu'on arrête de se gargariser avec ces belles paroles

encolère | 16 janvier 2007 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager