En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Engie va céder ses actifs d'exploration-production pétrolière et gazière à Neptune Energy

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

L'énergéticien Engie a annoncé le 11 mai son entrée en négociations "exclusives" avec le Britannique Neptune Energy en vue de lui céder sa part de 70% de son entité d'exploration et production pétrolière et gazière (EPI). Neptune Energy lui a remis une "offre ferme et irrévocable", a précisé le groupe dans un communiqué.

La transaction représenterait une valeur totale de 4,7 milliards d'euros, incluant 1,1 milliard d'euros de provisions pour démantèlement. Elle devrait être finalisée au premier trimestre 2018. Neptune Energy, dont l'activité consiste à investir dans des activités amont de pétrole et gaz, deviendra l'unique actionnaire d'EPI. "La transaction proposée devrait se traduire par une réduction de 2,4 milliards d'euros de la dette financière nette consolidée d'Engie lors de la clôture de l'opération (attendue au premier trimestre 2018), hors provisions", a souligné Engie.

Le siège d'EPI se situe en France et l'entreprise dispose d'actifs dans l'exploration de pétrole et gaz au Royaume-Uni, en Norvège, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Indonésie, en Egypte et en Algérie. Dans le cadre de cette transaction, Engie conserverait une participation de 30% dans le projet gaz de Touat en Algérie, actuellement en phase de développement. Le groupe français sera également "fournisseur de prêts aux acheteurs".

Au 31 décembre 2016, EPI disposait de 672 millions de barils équivalent pétrole et sa production atteignait 148.000 barils équivalent pétrole par jour en 2016. L'entreprise comptait 1.622 employés. Un accord signé avec Neptune Energy prévoit qu'"aucun plan social ne serait lancé dans les deux prochaines années sur le périmètre réorganisé dans le cadre du dernier plan de transformation d'EPI", a précisé Engie.

Recentrer sa stratégie bas carbone

La vente d'EPI "s'inscrit dans la stratégie d'Engie qui vise à devenir leader de la transition énergétique dans le monde, notamment en se recentrant sur la production d'électricité bas carbone et en réduisant son exposition aux prix des commodités", a réaffirmé Isabelle Kocher, directeur général d'Engie. Le groupe vise un plan de cessions d'actifs de 15 milliards d'euros, prévu sur 2016-2018, pour recentrer sa stratégie bas carbone sur les renouvelables (éolien, solaire…), la fourniture de gaz et les services d'efficacité énergétique. "Nous sommes en avance sur notre plan avec 70% des cessions déjà signées ou finalisées, et ce dans des conditions favorables", a ajouté Judith Hartmann, directeur général adjoint d'Engie en charge des finances.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…