Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Deux missions franco-indiennes pour la surveillance de l'environnement

Gouvernance  |    |  Clément Cygler  |  Actu-Environnement.com

Après plusieurs années de collaboration, la France et l'Inde s'apprêtent à lancer deux satellites destinés à la recherche atmosphérique et à la surveillance de l'environnement. Pilotés par le Centre national d'études spatiales (Cnes) et l'Indian space research organisation (Isro), ces missions franco-indiennes apporteront à la communauté scientifique internationale un ensemble de données riche et inédit.

Avec la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, la mission Megha-Tropiques a vu son intérêt se renforcer depuis quelques années. Son principal objectif est d'améliorer les connaissances sur la contribution du cycle de l'eau à la dynamique du climat dans l'atmosphère tropicale. Pour recueillir le maximum de données sur la recherche atmosphérique, un satellite franco-indien sera normalement lancé au courant du mois d'octobre.

D'une masse d'environ une tonne, ce mini-satellite sera équipé de différents instruments de mesure dont un imageur micro-ondes principalement destiné à l'étude des précipitations et des propriétés des nuages. Deux radiomètres, baptisés Saphir et Scarab, seront eux dédiés aux mesures des flux radiatifs au somment de l'atmosphère et à la restitution de la distribution de la vapeur d'eau.

En outre, ce satellite évoluera sur une orbite oscillante entre les deux tropiques de façon à repasser le plus souvent au même endroit et donc d'augmenter le nombre de données et statistiques significatives. Cette campagne de mesure devrait s'étendre sur trois mois.

Saral, la deuxième mission, dont le lancement du satellite est prévu pour avril 2012, devrait réaliser des mesures précises, répétitives et globales de la hauteur de la mer. Ces données contribueront au développement de l'océanographie opérationnelle et à une meilleure compréhension de l'évolution des systèmes climatiques. Pour y parvenir, le satellite sera doté, entre autres, de l'Altika, un altimètre d'océanographie haute précision dédiée à l'étude de la variabilité de l'océan à méso-échelle, de l'observation des zones côtières ainsi des eaux et glaces continentales.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager