Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Destruction d'espèces protégées et ICPE : le Conseil d'État précise les pouvoirs du préfet

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Quels sont les pouvoirs du préfet lorsqu'une dérogation à l'interdiction de destruction d'espèces protégées délivrée pour permettre l'exploitation d'une installation classée (ICPE) est annulée par une décision judiciaire ? Par un arrêt du 28 avril 2021, le Conseil d'État précise qu'il appartient au représentant de l'État de mettre en demeure l'exploitant de régulariser sa situation dans un délai déterminé. Et, le cas échéant, d'édicter des mesures conservatoires, qui peuvent aller jusqu'à la suspension de l'installation, jusqu'à ce qu'il ait statué sur une demande de régularisation.

Si le préfet est saisi d'une telle demande, il doit statuer en tenant compte de la situation « de droit et de fait » applicable à la date laquelle il se prononce en tirant les conséquences de l'annulation de la dérogation « espèces protégées ». Ce qui peut le conduire à abroger l'autorisation d'exploiter l'installation classée.

Que peut faire le préfet si les travaux déjà réalisés ne justifient plus la délivrance d'une dérogation « espèces protégées » ? Autrement dit, si les espèces protégées sont détruites. Il incombe alors au préfet de rechercher si l'exploitation peut légalement être poursuivie en imposant des prescriptions complémentaires par une modification de l'autorisation environnementale ou une nouvelle autorisation, juge le Conseil d'État. Ces prescriptions complémentaires devront comporter les mesures de compensation qui étaient prévues par la dérogation annulée « mais également, le cas échéant, des conditions de remise en état supplémentaires tenant compte du caractère illégal des atteintes portées aux espèces protégées ». Le préfet pourra aussi réduire la durée d'exploitation de l'installation.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bien sûr, faisons entièrement et pleinement confiance à la préfectorale pour s'empresser d'exiger la réparation de dommages infligés à la biodiversité sauvage par des projets à caractère économique !!! "Et pendant ce temps là, la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu..."

Pégase | 07 mai 2021 à 22h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat