En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rechapage des pneus poids lourds : les professionnels veulent lutter contre la concurrence "déloyale"

Professionnels et pouvoirs publics tirent un premier bilan du Green Deal pour la valorisation du rechapage des pneus poids lourds. Après des actions de communication, le secteur attend un renforcement de la lutte contre la concurrence déloyale.

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°380 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°380
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Ce mercredi 21 mars, les pouvoirs publics et les professionnels du secteur ont tiré les premiers enseignements de l'engagement pour la croissance verte (ECV) pour la valorisation du rechapage. Après un an de mise en œuvre, le Green Deal a vu aboutir les premières actions. Mais les attentes restent importantes, surtout en terme de régulation du marché. Le succès du contrat passé entre les professionnels du secteur et les pouvoirs publics en dépendra.

L'originalité des Green Deal, expliquent les ministères de la Transition écologique et de l'Economie, est de substituer une démarche contractuelle à l'approche normative habituelle. Il s'agit d'un accord non-opposable signé entre les parties prenantes et dont l'une des principales vertus est d'engager la réflexion et les échanges. Cette approche s'applique à d'autres domaines, tels que le BTP, le verre acrylique et les textiles professionnels.

Les low cost évincent les pneus multivies

La filière des pneumatiques poids lourds rechapables se porte mal : les pneus multivies ont perdu d'importantes parts de marché face aux pneus d'entrée de gamme. Les ventes des pneus low cost ont été multipliées par 2,3 entre 2012 et 2017, du fait de la chute de 23% des prix. Sur la même période, les ventes de pneus rechapables ont reculé de 1 à 7% par an. En conséquence, la part de marché des pneus multivies est passée de 50 à 39%. Certes, l'année 2017 marque une embellie avec une stabilisation des parts de marché, mais cela "ne doit pas faire illusion", estiment les professionnels.

Pour y remédier, les acteurs de la filière regroupés sous l'égide du Syndicat national du caoutchouc et des polymères (SNCP) signaient en février 2017 un ECV avec les pouvoirs publics. L'un des principaux objectifs est de faire valoir les atouts des pneus rechapables. Ils mettent en avant qu'un pneu de qualité parcourt en moyenne 220.000 km lors de son premier usage, et jusqu'à 440.000 km avec un rechapage, voire 600.000 avec deux. Un pneu poids lourds low cost ne parcourt que 120.000 km. Bien sûr, les performance du pneu rechapable se traduisent en gain environnemental : l'économie en terme de matière première est de l'ordre de 35% sur la durée de vie du pneu et la diminution des déchets de 50%.

Mais, dans le secteur du transport routier, le nerf de la guerre est financier, compte tenu de la faiblesse des marges des entreprises. C'est pourquoi l'ECV met l'accent sur la réalisation d'un simulateur comparant les pneus rechapables aux pneus low cost, en fonction du type de véhicule et d'usage. Ce simulateur présente les gains environnementaux et surtout économiques (en terme de prix de revient kilométrique, coût du carburant et de maintenance). L'économie financière peut atteindre jusqu'à 40%, fait valoir le SNCP. L'outil sera disponible via un site internet dédié au rechapage qui sera mis en ligne courant 2018. Les autres actions de communication concernent la réalisation d'une brochure "vrai ou faux" qui répond au principales questions relatives aux pneus rechapés et la clarification des possibilités de "mixage" des pneus neufs et rechapés sur un camion et sa remorque.

Concurrence déloyale

Pour autant, des mesures restent à mettre en œuvre. La principale d'entre elles concerne l'application de la réglementation sur les pneumatiques. Le problème, répètent les professionnels, est lié à la concurrence des pneus low cost qui réduit l'avantage lié au rechapage. Cette concurrence est-elle loyale ? Ils voudraient en avoir le cœur net et demandent à l'Etat de le vérifier. "C'est un sujet extrêmement important", alerte Bruno Muret, directeur économique et communication du SNCP. Les contrôles que Bercy doit renforcer dans le cadre du Green Deal concernent deux points. Le premier est la présence de hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Le second point de vigilance concerne les performances des pneus et l'affichage lors de la vente. Le réglementation européenne impose un classement des pneus sur une échelle allant de A à G pour trois critères : consommation de carburant, émissions sonores et freinage sur sol mouillé. Les pneus low cost atteignent-ils réellement les performances affichées ? Une étude réalisée en Allemagne à la demande du syndicat professionnel des fabricants de pneus semble prouver le contraire. Le test a porté sur 30 pneus sélectionnés parmi des modèles fabriqués en Europe (40% du lot) et des modèles fabriqués en Asie. Les résultats ont montré que neuf pneus, tous low cost, n'atteignaient pas les performances affichées. La répression des fraudes allemande a ensuite réalisé ses propres tests sur les neufs modèles litigieux et confirmé que six d'entre eux étaient en infraction avec la réglementation.

En France, la surveillance du respect des teneurs en HAP revient à la direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) et la surveillance du marché est assurée par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF). "Les travaux sont intenses et existent", assure Thomas Pillot, sous-directeur de la chimie, des matériaux et des éco-industries à la Direction générale des entreprises (DGE). Toutefois, le représentant de Bercy n'est pas en mesure de donner de chiffres précis. "On ne peut pas s'attendre à ce que tous les objectifs soient atteints dès la première année", justifie-t-il.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…