Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Création d'une nouvelle filière de valorisation des algues en Bretagne

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Cinq partenaires industriels bretons spécialisés dans la valorisation des algues viennent de créer un groupement baptisé Ulvans dont l'objectif est de développer les filières de valorisation des algues vertes.

Composé d'Olmix (nutrition, santé animale et végétale), de PRP (fertilisants), Melspring (éliciteurs), Amadeite (santé animale), Agrival (valorisation des coproduits végétaux) et de deux centres de recherche avec l'Université de Bretagne Sud et le CNRS de Mulhouse, le groupement souhaite collecter les algues vertes problématiques sur le littoral breton puis les transformer en produits naturels pour l'agriculture, destinés à une commercialisation en France et à l'international.

"Le projet va permettre la mise au point de chacune des phases de traitement de 15.000 tonnes d'algues vertes afin de valider la faisabilité du procédé ainsi que le développement des produits finaux innovants", expliquent les industriels. Ces derniers travailleront par conséquent sur la collecte, le stockage, le raffinage des algues et les débouchés de valorisation.

L'objectif final est de traiter plus de 60.000 tonnes d'algues à l'année. Rappelons que 65.931 m3 d'algues vertes ont été ramassées sur les plages bretonnes en 2011, contre près de 58.000 en 2010.

Réactions7 réactions à cet article

 

Exemple criant de l'effet pervers de ce genre d'innovation : plutôt que de lutter contre la source on exploite la pollution et si l'on va jusqu'au bout, on l'alimente!!!
Je ne sais pas sur combien d'années ils ont prévus d'exploiter la filière mais je souhaite que le filon s'épuise très très rapidement.

Dustbin | 27 juin 2012 à 09h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

hhmmmmm : les animaux et les légumes nourris aux algues vertes qui ont grandies en mer grâce aux pollution causées par les cultures intensives (beaucoup) par les élevages intensifs : ça donne faim !!!
... à mon avis, si ça la majorité des consommateurs est mise au courent (et s'en souvient...pas facile...), ça risque de jeter une assez mauvaise image sur l'agroalimentaire breton (même si le traitement développé rend le procédés inoffensif voire permet de réduire les apports chimiques à la terre, cela reste une solution opportuniste de court terme qui risque de freiner encore davantage la responsabilisation de l'agriculture intensive en France).
Une autre solution aurait peut-être résidée dans la "valorisation" en agro-carburant mais cela reste opportuniste et court-termiste (ce n'est pas négatif en soit mais c'est vraiment pas ça qui fera s'améliorer les choses pour l'environnement et les habitants à proximité).

Lionel | 27 juin 2012 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je serais curieux de savoir qui va payer le ramassage...quelques centaines de kilos à, peut-être, une tonne a récolter et à transporter sur des distance relativement longues; une fermentation certaine créant des gaz toxiques...Quid du sable, du sel et, éventuellement, des galets !...tout cela semble assez utopique et, sans doute, dangereux!

aventurier | 27 juin 2012 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que la fermentation, récupération du "biogaz" (méthane) et traitement (filtrage puis brûlage ou vapocraquage si suffisant) des gaz polluants serait peut-être la meilleure solution de curation du problème (c'est à dire qu'on gère les conséquences sans toucher aux causes, malheureusement).

Lionel | 27 juin 2012 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'accord avec l'avis de "Dustbin" tout doit être "valorisable", même les pires pollutions, au risque de voir certain les entretenir pour ne pas perdre le filon.
Je propose que tous les profits éventuels, servent à la recherche des solutions pérennes pour éliminer les pollutions qui engendrent les algues vertes, pour en finir avec celles-ci, mais là je rêve !

Daniel JAGLINE | 28 juin 2012 à 02h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

comment fait on pour ramasser les algues sur les plages couvertes de rochers où les algues sont piégées tout l'été dans les mares et où lapêche à pied grand plaisir des vacanciers et autochtones n'est plus possible,sans parler des odeurs nauséabonde qui nous agressent en fin d'été

JG | 04 juillet 2012 à 18h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JG : c'est vrai qu'on oubli souvent les plages de rochers ... hében c'est pas compliqué : on va chercher les personnes qui ont modifié la réglementation pour qu'elle soit moins protectrice de l'environnement dans ce domaine particulier, ceux qui ont refusé des réglementations plus protectrices de l'environnement dans ce même domaine ainsi que bien sur nos chers patrons d'exploitations qui décident d'employer ces méthodes dégueu ... et on leur fait lécher xD (la langue ça épouse mieu les formes du rocher) ... Bon, pas jusqu'à la mort quand même : on est pas des monstres xD (une semaine ou un mois d'hosto permettrait peut-être une prise de conscience plus concrète et efficace)
(humour hein ... mais il faut bien de temps en temps pour pas pleurer devant l'actualité)

Lionel | 05 juillet 2012 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager