En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dernières estimations de l'AIE : sale temps pour le climat

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Dernières estimations de l'AIE : sale temps pour le climat
   

Après une baisse en 2009 due à la crise financière mondiale, les émissions mondiales de CO2 ont atteint un record de 30,6 gigatonnes (Gt) en 2010, dépassant de 5 % le record de l'année 2008 (29,3 Gt), selon les dernières estimations de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Selon le Dr Fatih Birol, économiste en chef à l'AIE, cette augmentation constitue ''un grave revers'' dans la lutte contre le changement climatique. Pour éviter une élévation de la température supérieure à 2°C, l'AIE a averti que les émissions annuelles de CO2 ne devaient pas dépasser les 32 gigatonnes en 2020. Ce qui signifie qu'au cours des dix prochaines années, les émissions de CO2 devront augmenter dans une moindre mesure qu'entre 2009 et 2010…

"À moins que des décisions audacieuses et décisives soient prises très prochainement, il sera extrêmement difficile de réussir à atteindre'' les objectifs fixés à Cancun, a déclaré Fatih Birol.

Près de 40 % des émissions mondiales provenaient de pays de l'OCDE en 2010, selon l'AIE, alors que ces pays ne représentent que 25 % de croissance des émissions par rapport à 2009. Les pays non membres de l'OCDE - menés par la Chine et l'Inde - ont connu une augmentation beaucoup plus forte de leurs émissions. Sur une base par habitant, les pays de l'OCDE ont émis 10 tonnes, contre 5,8 tonnes pour la Chine, et 1,5 tonnes en Inde.

Réactions4 réactions à cet article

 

et pendant ce temps, Allemagne et Suisse décident un arrêt de leurs centrales nucléaires, bien trop brutal pour pouvoir en organiser la sortie sans devoir recourir aux hydrocarbures... Vive les Verts !

dmg | 30 mai 2011 à 19h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

raccourci simpliste et sans intérét

lio | 31 mai 2011 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on va tous crever; c'est sur, on le sait dés notre arrivée sur terre.Si il y a une certitude, c'est celle là... le reste c'est souvent du pipi d'oiseau... Mais gérer la planéte en bon pére de famille c'est une autre affaire. Les Hommes se reproduisent comme des lapins sans même mesurer le contexte dans lequel vivront leurs propres progénitures...Que des irrésponsables... Il faut une dictature de l'environnement et pas des objectifs à l'eau de rose pronés par ces spécialistes et experts qui ramassent la monnaie mais ne changent rien...Boycotter tous ces pays producteurs qui vont anéantir l'environnement et ses conséquences... Mais nous sommes aussi responsables qu'eux dans nos sociétés de consommation, malade de consommer, en achetant leurs denrées. D'un coté, une planéte qui bosse plus de 10 heures/jour pour 150 €uros/mois; les esclaves des temps modernes et de l'autre coté, des gens qui rêvent, n'ont plus rien à foutre et passe leur temps à hyper consommer... Fallait-il des Hommes sur la planéte bleu ??? Et dieu créa l'Homme et la Femme à sa ressemblance... Qui est ce dieu si non l'Homme devenu dieu et apprenti sorcier...

BERTRAND | 01 juin 2011 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On peut prévoir que l’objectif des « trois vingt », fixé pour l’UE, entre 1990 et 2030 ne sera pas atteint.
Reprenons ces prévisions :
- 20 % d’économie d’énergie : Impossible sans changement fondamental de comportement dans l’utilisation des moyens de transport et du désir abusif de maisons individuelles.
- 20 % d’énergies renouvelables : On ne peut y parvenir qu’en incluant l’hydraulique -qui n’est pas récente- mais qui compte pour l’essentiel des énergies dites nouvelles
- 20 % de réduction des émissions de CO 2 : Cet objectif ne pourrait être tenu qu’en incluant un développement du nucléaire, et le recul de l’Allemagne, de la Suisse, et de l’Italie va au contraire fortement accroître les émanations de ce gaz.
C'était à prévoir avec le rejet irréaliste du nucléaire (dangereux mais maitrisable). La part d’énergie fossile restera donc encore prédominante dans le Monde en 2020 : supérieure à 80 % des besoins, annihilant ainsi les efforts entrepris pour réduire le réchauffement terrestre (si toutefois cette hypothèse se révèle correcte).

Reyne | 03 juin 2011 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…