Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Volcan Eyjafjöll : un impact mineur sur la pollution de l'air

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
On a beaucoup parlé d'avions cloués au sol, de voyageurs ne voyageant plus, de roses kenyanes restées au Kenya… Pendant ce temps là, les experts de la qualité de l'air se mobilisaient pour prévenir les éventuels impacts ''sanitaires'' du volcan. Car si l'éruption actuelle avait peu de chance de créer un épisode de pollution majeur, les experts craignaient un cumul de pollutions.

La période actuelle et les conditions météorologiques anticycloniques sont en effet favorables aux pics de pollutions de particules, dues aux transports, à l'industrie et à l'épandage. Avant de prendre en considération le réveil du volcan, les spécialistes de l'air prévoyaient, à travers leurs modélisations, un épisode de pollution particulaire pour le week-end dernier, dans le Nord de la France.

D'après les premières études effectuées a posteriori par l'Ineris, les dépassements du seuil réglementaire d'information (80 µg/m3 en moyenne journalière) des concentrations de PM10 (diamètre médian inférieur à 10 µm) survenus entre le 18 et le 20 avril sont bien dus en majorité aux activités humaines. L'impact du panache islandais serait limité selon les premières observations, entre 10 et 20 µg/m3. L'impact serait variable, de 10 % à Rouen, à 30 % dans l'est de la France.

Les mesures ont également révélé une augmentation des concentrations de dioxyde de soufre (SO2) qui elles, pourraient être liées à la combustion volcanique. Une tendance observée également dans les pays voisins. Toutefois, ces niveaux sont restés inférieurs aux seuils d'alerte.

''Notre inquiétude, c'était que les émissions du volcan s'ajoutent aux pollutions particulaires classiques propres à cette saison, avec une reprise des allergies, de l'asthme… Le dispositif d'observation a été déclenché pour que nous soyons prêts, au cas où, à lancer l'alerte'', explique Chantal Jouanno, lors d'une visite à l'Institut National de l'environnement industriel et des risques (Ineris), le 22 avril. Au-delà de 125 µg/m3 en moyenne journalière, une alerte est lancée pour prévenir les personnes les plus sensibles. ''Nous avons évité cet épisode de pollution lourde et nous sommes rassurés sur notre capacité à prévoir ce type d'événement''.

Réactions1 réaction à cet article

 
Volcan Eyjafjöll : attendre pour mesure l'impact

Une semaine, on nous dit que le niveau de pollution est tel que les réacteurs des avions vont être vitrifiés. La semaine suivante, la pollution ne serait plus que marginale et on ne redouterait que des effets cumulatifs.

Où sont les mesures des prélèvements effectués à partir des ballons-sondes ?

Où est passée la rigueur scientifique ?

L'histoire montre qu'il faut des reculs de plusieurs mois voire de plusieurs années pour mesurer l'impact d'une éruption volcanique sur le climat et les récoltes.

Plutôt que les effets cumulatifs de pollution, ce sont les effets cumulatifs des approximations qu'il faut redouter.

emf949 | 23 avril 2010 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager