En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien en mer : une EnR dynamique et bientôt compétitive

L'éolien en mer monte en puissance au niveau mondial. L'année 2015 marque un record dans le déploiement de cette énergie renouvelable. L'Allemagne et le Royaume-Uni sont particulièrement moteurs. Les parcs français se font quant à eux attendre. Retour sur cette filière en quelques chiffres.

Infographie  |  Energie  |    |  Actu-Environnement.com

"Alors que l'éolien terrestre est une industrie mondiale en forte expansion, le marché de l'éolien offshore est en phase de consolidation et de globalisation. La plus mature des énergies marines renouvelables continue son développement et ne peut plus être considérée comme une industrie de niche", estime l'IFPEN dans un document d'analyse du marché tiré de son Panorama 2016. L'année 2015 marque un nouveau record pour la filière avec 3.337 MW installés dans le monde contre 1.682 MW en 2014.

Ce record est le résultat de nouveaux projets en Allemagne (2.400 MW) et en Chine (500 MW). Si le Royaume-Uni possède toujours le plus grand parc éolien offshore avec 5.400MW, l'Allemagne prend la deuxième place au Danemark. Les installations nouvelles devraient dépasser 5.000 MW/an dès 2017, et atteindre 8.000 MW/an en 2020. À cette date, l'éolien offshore devrait représenter un parc total de 40.000MW.

En ce qui concerne la France, les premières fermes offshore issues du premier appel d'offres éolien offshore, lancé en juillet 2011, devraient commencer à être opérationnelles à partir de 2018. L'heure est actuellement à la construction de la filière industrielle nationale : des usines de construction et d'assemblage de composants ont vu le jour en 2015 à Montoir-de-Bretagne et Saint-Nazaire.

Réactions4 réactions à cet article

 

Pourquoi affirmez-vous en titre, que cette énergie sera bientôt compétitive ?

Levieux | 04 avril 2016 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La plus mature des énergies marines renouvelables continue son développement

Pourquoi a-t-on privilégié la recherche sur celle-là plutôt que sur l'hydrolien en ce qui concerne le potentiel maritime ?

Uniquement parce qu'elle bénéficiait de l'expérience terrestre et que la nacelle est la même ?

Pour ce qui est des nouvelles installations croissantes d'année en année quel est le différentiel entre la puissance installée et la puissance fournies ?

Evidemment il est très difficile d’évaluer le taux de satisfaction des riverains :-(((((

Alors que déjà les normes d'éloignement d'avec les riverains ne sont pas les mêmes selon pays

Sagecol | 04 avril 2016 à 11h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

- L'hydrolien ne peut être installé que dans des zones de courant forts (en France : raz Blanchard au bout du cap de La Hague, le raz de Barfleur, la baie de Saint Brieuc,la zone de Fromveur à Ouessant) le prix d'exploitation et de maintenance est "de l’ordre du double de ceux des éoliennes, à puissance installée égale" (site web : france energies marines) + contraintes environnementales + pas de retour d'expérience de technologie éprouvée en éolien onshore

- La différence entre puissance installée et la puissance fournie est expliquée dans le lien "Panorama 2016" de l'article : "le facteur facteur de charge (la part de l’année pendant
laquelle l’éolienne produit de l’électricité) se situant à 40% et plus en éolien offshore, contre 25 à 30% en
onshore" (source lien Panorama 2016)

- pas d'études à ma connaissance pour la part de satisfaction des riverains, mais à part une nuisance "visuelle" du paysage, pas de quoi s'alarmer et en faire tout un plat, elles semblent très bien acceptées en Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas et Danemark... à croire que ces braves gens sont moins bêtes que nous !

Vincent | 12 avril 2016 à 21h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Levieux
Les évolutions attendues sur le coût de l'éolien offshore laisse présager, qu'à l'instar de ce qui se passe pour l'éolien terrestre et le PV, cette énergie marine vienne concurrencer les énergies fossiles classiques.

F.Roussel | 13 avril 2016 à 15h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…