En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jouets en plastique : quels risques des substituts de phtalates ?

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Dans un avis paru le 4 octobre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a analysé l'impact sanitaire de cinq substituts de phtalates présents dans les jouets en plastique PVC pouvant être portés à la bouche des enfants de moins de trois ans. Ces cinq substances sont : le cyclohexane-1,2-dicarboxylate de diisononyle (DINCH), le téréphtalate de bis (2-éthylhexyle) (DEHTP), le di-2-éthylehexyle isophtalate (DOIP), l'acétylcitrate de tributyle (ATBC) et le diisobutyrate de 2,2,4-triméthyl-1,3-pentanediol (TXIB).

L'Anses a testé un échantillon de 31 jouets (jouets premier âge, poupées, jeux de construction) et accessoires pour enfants (bavoirs, anneaux de dentition, sucettes). Des essais de migration de ces substances dans un simulant de salive ont été réalisés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en 2013 et 2014. L'ingestion directe d'une partie du jouet n'a pas été prise en compte.

Pas de risques mais quid du DOIP et des autres sources d'exposition ?

Pour quatre de ces substituts (ATBC, DINCH, DEHTP, TXIB), "au vu des connaissances actuellement disponibles", les résultats de l'expertise "ne mettent pas en évidence de risques sanitaires", conclut l'Anses. Toutefois pour le DOIP, l'évaluation des risques sanitaires n'a pu être conduite par manque de données disponibles (classement en cours d'examen dans le cadre du règlement européen Reach). L'Agence recommande par conséquent "de ne pas l'utiliser dans les jouets et équipements en matière plastique, sans avoir au préalable acquis des connaissances sur sa toxicité". D'autant que les experts de l'Anses "trouve[nt] inquiétant" que cette substance ait été retrouvée dans des jouets (par la DGCCRF en 2013 et l'UFC-Que choisir en 2011). De plus, certaines fiches de données de sécurité indiquent que le DOIP entraîne des effets reprotoxiques (proposition de classification 1B par le fabricant), précise l'Agence dans son avis.

"L'exposition à ces mêmes substances via d'autres sources d'exposition n'a pas été prise en compte. Dès lors, on ne peut écarter d'office l'hypothèse selon laquelle le cumul de sources pourrait aboutir à une conclusion différente d'apparition d'un risque sanitaire", prévient-elle. D'autres substances dont les effets peuvent se cumuler à ceux des substances étudiées, "peuvent être présentes dans des jouets en matière plastique".

Les essais de migration ont été complétés en 2015 par une mesure de l'activité endocrinienne du liquide de migration. "Aucune activité androgénique, thyroïdienne ou PPARγ [récepteur activé par les proliférateurs de peroxysomes, ndlr] n'a pu être détectée mais des activités œstrogéniques ont été identifiées dans certains échantillons. Néanmoins, ces résultats sont à prendre avec précaution car, dans certains extraits, des activités œstrogéniques ont été identifiés sans qu'elles puissent être attribuées à des substances identifiées", précise l'Anses.

L'Agence recommande donc qu'une évaluation des risques soit conduite systématiquement, préalablement à leur mise sur le marché, pour toute substance nouvelle entrant dans la composition des plastiques utilisés dans les jouets et équipements destinés aux enfants. Elle engagera prochainement une évaluation des risques sanitaires cumulés liés à l'exposition des enfants à certains phtalates classés toxiques pour la reproduction, prenant en compte plusieurs voies d'exposition (articles de consommation, air, poussières, alimentation, etc.).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…