En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Mutagénèse : l'Assemblée interdit la culture de plantes rendues tolérantes aux pesticides

Agroécologie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

A l'occasion des débats en commission sur le projet de loi biodiversité, l'Assemblée nationale a interdit la mise en culture de semences de colza et de tournesol tolérantes aux herbicides issues de mutagenèse (VRTH) à compter du 1er janvier 2017 et jusqu'au 31 décembre 2018. Cette insertion totalement nouvelle a été proposée par la rapporteure du texte Geneviève Gaillard : "Les cultures rendues tolérantes aux herbicides issues de la mutagénèse ne rentrent pas dans la catégorie des OGM, elles ne sont soumises à aucun contrôle alors que ce sont des produits dangereux", a-t-elle argumenté.

Ce moratoire a pour vocation à prendre des précautions en attendant les conclusions des travaux de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) sur ce sujet. L'agence a été saisie par la ministre de l'Environnement le 4 mars 2015. A ce jour, le rapport n'a toujours pas été remis et aucune date de remise n'est prévue. "J'espère qu'au 31 décembre 2018, le rapport aura enfin été publié et permettra de prendre les décisions d'interdiction ou de non-interdiction définitives nécessaires", a déclaré Geneviève Gaillard.

Réactions1 réaction à cet article

 

Attention à vos titre l' assemblé n ' a pas encore voté cette décision mais elle a été retenu en commission après un débat très bref avec comme argument de la rapporteuse : " Les VrTH étant issus de la mutagenèse, et non de la transgénèse, elles n’entrent pas dans la catégorie des OGM et échappent donc à tout contrôle, alors qu’ils sont tout aussi dangereux, parfois même davantage : qui plus est, il peut s’agir de tournesol, mais également de colza. Il s’agit d’une crucifère, avec de toutes petites graines, qui diffuse très largement et entraîne une résistance accrue des adventices de la même famille auxquelles elle pourra parfois transférer ses gènes. Il n’est pas pensable de laisser ces cultures nous envahir." Cela montre une profonde méconnaissance de la génétique des plantes et de l ' agronomie . Le colza est déjà naturellement résistant à certains herbicides et ce n ' est pas pour cela que nous sommes envahi de nouvelles plantes résistantes . D ' autre part , il n ' y a pas de transmission naturellement de gènes entre espèces d ' une même famille botanique , si cela existait , nous aurions régulièrement apparition de nouvelles espèces .
Cela relève d ' une idéologie qui souhaite bloquer toute innovation ( la mutagenèse peut être naturelle ou provoquée ) dans le domaine de la génétique des plantes sans en regarder les avantages que cela va induire sur le plan agronomique et environnemental . Idéologie qui joue sur la peur .

balxha | 16 juin 2016 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…