Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'EFSA lance une consultation publique sur l'évaluation des risques liés aux nano dans l'alimentaire

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Face au fort développement des nano dans l'alimentaire, la Commission européenne a demandé à l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de définir des lignes directrices sur l'évaluation des risques liés à l'utilisation des nanosciences et des nanotechnologies dans l'alimentation humaine et animale (additifs alimentaires, enzymes, arômes, matériaux en contact avec l'alimentation, nouveaux aliments, additifs alimentaires et pesticides). Après avoir rédigé un document d'orientation, l'EFSA lance une consultation publique sur ses propositions jusqu'au 25 février.

L'EFSA souligne la nécessité de caractériser les nanomatériaux manufacturés de façon adéquate, selon les pratiques traditionnelles d'évaluation des risques : procéder d'abord à l'identification et à la caractérisation des dangers avant d'évaluer l'exposition et de carctériser les risques. Le document d'orientation de l'EFSA précise aux demandeurs d'autorisation les données qui sont requises pour comprendre les propriétés spécifiques des nanomatériaux manufacturés de façon à permettre la réalisation de l'évaluation des risques.

L'autorité européenne met cependant en exergue certaines incertitudes relatives aux méthodologies d'essai et à la disponibilité des données et émet donc des recommandations sur la manière dont les évaluations des risques devraient refléter ces incertitudes.

Réactions1 réaction à cet article

 

Un monde de fou furieux !
le principe de précaution est simplement de nouveau bafoué, en effet on se permet d'utiliser des nanos matériaux dans l'alimentaire alors qu'il n'y a aucune étude toxicologique long terme sur ces matériaux. Faudra t'il de nouvelles maladies "bizarres" avant que l'Etat réagisse. Cela semble ressembler au mediator.

arthur duchemin | 25 janvier 2011 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit de la Santé et de l’Environnement Huglo Lepage Avocats