En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rejets de tritium de la centrale de Civaux : EDF mise en demeure

L'ASN vient de mettre en demeure EDF de respecter la réglementation relative aux fluides radioactifs sur la centrale de Civaux. La conséquence des rejets de tritium constatés le 13 janvier dernier.

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
Rejets de tritium de la centrale de Civaux : EDF mise en demeure

Par une décision datée du 24 janvier, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a mis en demeure EDF de restaurer l'étanchéité de la capacité de rétention des réservoirs d'entreposage des effluents radioactifs de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne). Une présence anormale de tritium avait été constatée le 13 janvier dans la nappe phréatique située sous la centrale.

Rejet non maîtrisé dans l'environnement

Suite à un prélèvement effectué dans les eaux souterraines de la centrale le 4 janvier, les résultats d'analyses reçus le 13 janvier ont révélé une activité volumique en tritium de 540 Bq/l, contre un niveau habituel inférieur à 8 Bq/l.

De quoi inquiéter l'ASN qui a diligenté une inspection le 17 janvier. Verdict : le revêtement de la capacité de rétention des réservoirs d'effluents "était dégradé en de nombreux endroits et n'assurait plus sa fonction d'étanchéité". Il présentait des défauts "de type fissure, faiënçage, écaillement et cloquage".

Du fait d'une fuite sur un circuit relié à un réservoir contenant des effluents radioactifs, "de l'eau contenant du tritium s'est accumulée dans cette capacité de rétention non étanche, ce qui a conduit à un rejet non maîtrisé de tritium dans l'environnement", explique l'ASN.

Restaurer l'étanchéité de la capacité de rétention sous 10 jours

Suite à ces constats, l'ASN met en demeure EDF de restaurer l'étanchéité de la capacité de rétention défectueuse sous 10 jours, soit avant le 3 février, et de procéder à la réparation pérenne de cet ouvrage avant le 31 août 2012. L'Autorité indique qu'elle contrôlera la bonne exécution de cette décision de mise en demeure.

EDF, de son côté, a indiqué que "des travaux pour stopper tout écoulement" ont été lancés, avant de commencer les travaux de réparation proprement dits. L'ASN confirme que " des pompages visant à assurer l'absence d'eau dans cette capacité de rétention et la réparation de la fuite du circuit KER sont en cours". Par ailleurs, "des analyses quotidiennes sont menées au niveau des piézomètres situés à proximité de cette rétention", indique l'Autorité.

Attention insuffisante à l'égard des risques de contamination

Cet événement "n'a pas eu d'impact significatif sur l'environnement et la population riveraine", rassure l'ASN, dont le constat est loin d'être partagé par les élus locaux EELV du Conseil régional de Poitou-Charentes. Selon ces derniers, "la nappe phréatique étant située sous la centrale, à proximité de la Vienne, il est fort improbable que, comme le prétend EDF, l'environnement soit indemne ! Nous sommes particulièrement inquiets pour la qualité des eaux de la Vienne qui alimentent la ville de Châtellerault en eau potable".

Quoi qu'il en soit, "en raison de la défaillance de plusieurs barrières (circuits, capacités de rétentions) destinées à protéger l'environnement de la radioactivité", l'incident a été classé au niveau 1 de l'échelle des événements nucléaires INES, qui compte sept niveaux.

Mais surtout, comme le souligne le gendarme du nucléaire, il révèle chez l'exploitant de la centrale "une attention insuffisante à l'égard des risques de contamination par le tritium, notamment s'agissant de l'état de la capacité de rétention et des programme de surveillance du génie civil".

Réactions6 réactions à cet article

 

Le Nucléaire Français à l'abri de tous les maux...PLAISANTERIE

malheureusement le français moyen (assimilé à une Vache, disait De Gaulle) réagira seulement après un incident majeur type Fukushima...Il suffit d'attendre !

arthur duchemin | 27 janvier 2012 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une nouvelle fois, nous faisons le constat que la sécurité des populations face au danger que représente la production nucléaire ne peut être assurée par des zoos pour lesquels prime la rentabilité financière.

Zoulou | 27 janvier 2012 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Notre eau est donc en passe d etre contaminée a plus ou moins long terme parce que conserver une parfaite etancheite dans le temps sur cette centrale nucleaire ou une autre est de l ordre d l impossible , il y aura toujours des failles ponctuelles qui a longue echeance élèvera le taux de radioactivite dans l environnement ... c est une evidance dont je ne suis pas sure que notre capacité d adaptation puisse faire face rapidement ...
Bien cordialement

corynne | 27 janvier 2012 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour je fait parti des personne qui repare la retention en strat ( toile + resine il y a environ 3 semaine edf nous a demander de mettre du silicone sur les fissure en attendent cette ete car il ya pas mal de chose a respecter temperature - humidite etc ... vu la periode inpossible pour nous de reparer edf nous a demander de faire du tape a l oeil pour les asn la retention sera refaite entierement cette ete
et pour info on a pas 10 jours pour faire les reparation mais un mois
on a environ 1500 reprise a faire

fred2804 | 27 janvier 2012 à 23h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est mentionné que l'impact sur l'environnement et la population riveraine est considéré comme nul par l'ASN et EDF.

Etant donné que la nappe concernée par cette pollution ponctuelle alimente une ville en eau potable, un monitoring de la radioactivité de l'eau potable sur une période pertinente est-il prévu afin notamment de s'en assurer et de prouver que l'impact est bien négligeable (gap entre situation sans pollution et après pollution)?

Quid de la notion de responsabilité de la réalisation de ces mesures (EDF, ASN, Gestionnaire de l'eau potable, la Ville)?

Merci pour ces précisions.

FD | 31 janvier 2012 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'article de fred2804 est extrêmement et inquiétant et met en évidence qu'EDF tente de berner l'Autorité de Sûreté Nucléaire. Le groupe local EELV a mené une action devant le siège d'EDF Poitiers, lundi dernier, en remettant des cartouches de silicone. Il s'agissait de dénoncer les méthodes peu appropriées employées par EDF. Fred2804 peux-tu essayer de me joindre ! Clairand du groupe local EELV à Poitiers.

EELV Poitiers Clairand | 01 février 2012 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…