En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Orpaillage en Guyane : le WWF alerte sur l'accroissement des impacts

Biodiversité  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Face à l'accroissement non contrôlé des impacts des activités extractives souligné dans [notre] étude, il est urgent que l'ensemble des Etats concernés poursuivent les efforts de coopération et puissent ratifier et appliquer la Convention internationale de Minamata 29052, visant l'abandon de l'utilisation du mercure associé aux activités d'orpaillage", pointe dans un communiqué l'ONG WWF. Le Fonds ainsi que cinq partenaires ont publié une étude et une cartographie sur les conséquences de l'orpaillage en Guyane française, dans un Etat fédéré du Brésil Amapá, au Suriname et en Guyana pour la période 2001-2015.
Premier constat de l'étude : la déforestation a progressé durant cette période. "Sur environ 157.000 ha de forêts détruits par l'extraction de l'or depuis 2001, il apparaît que 72% se sont produits au cours de la dernière période 2008-2015", précise le WWF.
La déforestation s'est surtout concentrée au Guyana et au Suriname de 2008 à 2015. La situation ne s'est toutefois pas améliorée dans les autres pays. Ainsi le WWF a constaté que le nombre de sites illégaux avaient augmenté de 78 % aujourd'hui dans le parc Amazonien de Guyane. Autre impact conséquent de l'orpaillage relevé par le WWF : la contamination des cours d'eau.
"La longueur totale des cours d'eau détruits par les activités aurifères jusqu'en 2015 a été évaluée à 5.840 km sur l'ensemble de la région, s'accompagnant d'une hausse probable de la turbidité et de la concentration en mercure des cours d'eau, en aval des sites orpaillés, déplore le WWF. Ce métal est aussi naturellement présent dans les sols, d'où il est relargué du fait de la déforestation et de l'érosion du sol par les activités minières. Il se trouve alors libéré dans les écosystèmes et contamine les chaînes alimentaires des régions orpaillées jusqu'aux populations locales et autochtones, avec des conséquences graves pour leur santé".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…