En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pêche : une majorité d'eurodéputés vote des aides aux navires néfastes à la biodiversité

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

« La pieuvre a gagné. Les tentacules puissants des lobbies industriels ont eu le dessus sur la mobilisation hors normes (…) pour faire respecter les engagements internationaux de l'Europe », réagit Claire Nouvian, fondatrice de l'association Bloom.

Cette déception de la présidente de l'ONG spécialisée dans la défense des océans résulte du vote de la commission de la pêche du Parlement européen ce mardi 12 novembre. Une majorité de ses membres a confirmé le vote d'avril 2019 des eurodéputés sur l'affectation des six milliards d'euros du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) pour la période 2021-2027. Ce vote permet d'allouer des subventions publiques à la modernisation de la flotte et à la construction de bateaux neufs, alors que ces dernières avaient été interdites en 2004.

« Depuis plus de vingt ans, tous les scientifiques s'échinent à dire que financer la construction de nouveaux navires revient à financer la surpêche. En dépit des engagements pris par l'Union européenne d'interdire ce type de subventions au niveau mondial d'ici 2020, dans le cadre des objectifs de développement durable et alors que 69 % des stocks européens de poisson sont toujours surpêchés, les eurodéputés relancent la machine infernale de la surpêche en Europe. C'est suicidaire ! », s'indigne Matthieu Colléter, responsable des relations institutionnelles de l'ONG. Outre leur impact sur la biodiversité, ces aides « vont aux gros et mettent les pêcheurs artisans sur la paille », pointe l'eurodéputé de la gauche sociale et écologique Raphaël Glucksmann.

Le projet de texte doit maintenant être examiné en trilogue, c'est-à-dire avec des représentants des trois institutions européennes : Commission, Parlement et Conseil. Deux réunions sont prévues d'ici la fin de l'année.

Réactions5 réactions à cet article

 

Du grand banditisme à visage légal grâce à un vote, ni plus ni moins ! Au regard des données scientifiques disponibles sur le sujet et leur conclusions alarmantes, à la mobilisation d'ONG spécialisées et suite aux pétitions citoyennes qui ont circulé, les parlementaires ayant validé ce choix ne peuvent prétendre qu'ils ne savaient pas.
Ras-le-bol que l'indispensable et urgente transition écologique et le patrimoine naturel de l'UE soient ainsi bafoués par des personnalités politiques aux ordres des lobbies.

Pégase | 13 novembre 2019 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entre 1991 à 2019:
- L'aquaculture (élevage) pour consommation humaine a progressé de 13 millions de tonnes à 93 millions de tonnes (715%).
- La pêche pour consommation humaine a progressé de 56 millions de tonnes à 77 millions de tonnes (137%). Sources: OCDE et FAO.

La courbe de la production de l'aquaculture (élevage) a croisé et largement dépassé la courbe de la production de la pêche en 2015.

La pêche stagne, l'aquaculture(élevage) s'envole et monte fort.

Pour celles et ceux que ça intéresse, il est aisé de comparer les pentes des deux courbes, d'accès facile via internet.
Pour celles et ceux que ça dérange, patientez! Ce n'est pas parce que l'industrie de la pêche maritime et fluviale stagne qu'il faut lui enfoncer la tête sous l'eau.

Les diseurs de mauvaises aventures, prédicateurs et psychopompes avant la lettre de "l'inévitable et imminente catastrophe" (sic), ne veulent toujours pas reconnaitre qu'en économie, sociologie et environnement, tout ce que l'homme fait vite est naturellement catastrophique.

Aider la pêche aux fins d'empêcher la surpêche me parait donc une action salutaire. A CONDITION D'ENGRANGER DES EFFETS POSITIFS. L'avenir et les courbes) nous le diront.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 13 novembre 2019 à 17h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

peut-on connaitre les noms des députés qui ont voté ce texte ?

naphtes | 13 novembre 2019 à 18h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@naphtes
Le résultat du scrutin est celui-ci : 20 votes en faveur de la position du précédent Parlement, 6 votes contre et 2 abstentions. S'il s'agit d'un vote par appel nominal, le détail des votants devrait être mis en ligne sur la page suivante :
https://www.europarl.europa.eu/committees/fr/pech/votes-in-committee.html

Laurent Radisson Laurent Radisson
14 novembre 2019 à 08h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voici le texte initial, proposé par la Commission européenne (premier lien, ci-dessous) et le texte amendé par le Parlement européen (deuxième lien, ci-dessous)

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:52018PC0390
https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2019-0343_EN.pdf?fbclid=IwAR2NVLjmKQdgHXzoBOw0ZrXTM_FSty-lpHIDjYZGyIXDKF1gp_bnF2RaoWQ

L’article 13 dit ceci :

« Les opérations suivantes ne sont pas éligibles au titre du FEAMP:
(a)les opérations qui augmentent la capacité de pêche d’un navire de pêche ou soutiennent l’acquisition d’équipements qui augmentent la capacité d’un navire à trouver du poisson;
(b)la construction et l’acquisition de navires de pêche ou l’importation de navires de pêche, sauf disposition contraire du présent règlement; »

Le Parlement n’a rien changé de fondamental dans cet article, qui précise bien que la construction de nouveaux bateaux est interdite… sauf disposition contraire.

La disposition contraire est indiquée dans l’article 16 : elle concerne exclusivement les navires de petite pêche côtière et sous condition d’équilibre entre les capacités et les possibilité de pêche !

Cordialement

Hippolyte | 16 novembre 2019 à 20h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager