En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Néonicotinoïdes neurotoxiques : l'Efsa recommande de renforcer les dossiers d'évaluation des pesticides

Risques  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

"Deux insecticides néonicotinoïdes - l'acétamipride et l'imidaclopride - peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain", indique l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) dans un communiqué de presse publié le 17 décembre. Selon elle, ces deux insecticides "peuvent affecter de façon défavorable le développement des neurones et des structures cérébrales associées à des fonctions telles que l'apprentissage et la mémoire". L'imidaclopride est déjà suspecté d'être nocif pour les abeilles et a fait l'objet d'une restriction européenne de deux ans, à compter du 1er décembre.

L'Efsa recommande donc un abaissement des niveaux recommandés d'exposition acceptable (valeurs de référence toxicologique) à ces deux néonicotinoïdes.

Ainsi, la dose journalière acceptable (DJA) et le niveau acceptable d'exposition de l'opérateur (NAEO) pour l'acétamipride devraient être fixés à 0,025 mg/kg pc/jour (milligramme par kilogramme de poids corporel par jour), contre 0,07 mg/kg pc/jour actuellement autorisé. Idem pour la dose aiguë de référence (ARfD) qui est aujourd'hui fixée à 0,1 mg/kg pc.

Pour l'imidaclopride, les valeurs du NAEO et de l'ARfD devraient être abaissées à 0,06 mg/kg pc/jour, contre 0,08 mg/kg pc/jour actuellement. La dose journalière acceptable devrait rester inchangée car elle constitue "une protection adéquate contre d'éventuels effets neurotoxiques au stade du développement".

Inclure l'évaluation neurotoxique dans le processus d'autorisation des pesticides

L'Efsa va plus loin en demandant que "des critères soient définis au niveau de l'UE pour rendre obligatoire la soumission d'études sur la neurotoxicité développementale (NTD) dans le processus d'autorisation des pesticides. Cela pourrait inclure l'élaboration d'une stratégie d'essai complète pour évaluer le potentiel de neurotoxicité développementale des substances, y compris tous les néonicotinoïdes".

Elle souligne en effet que les données, ainsi que les éléments de preuve disponibles sont limités. Cependant, "les préoccupations pour la santé suscitées par l'examen des données existantes [sont] légitimes".

Pour François Veillerette, porte-parole de Générations futures, "il n'est plus temps aujourd'hui de tergiverser sur les effets néfaste de ces insecticides néonicotinoïdes – il faut prendre des mesures d'interdiction et étendues à l'ensemble de cette famille d'insecticides et ce, dans les plus brefs délais". L'association a publié en juin une étude qui indiquait que des résidus de néonicotinoïdes pouvaient être retrouvés fréquemment dans les aliments. Ainsi, 45% des échantillons de courgettes, 25% des échantillons de tomates et 80% des échantillons de thés testés contenaient des traces d'imidaclopride et d'acetamipride.

Réactions14 réactions à cet article

 

Si cela tenait à Veillerette, tout serait interdit.

Laurent Berthod | 17 décembre 2013 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Veillerette ne défend plus l'écologie maintenant ce n'est qu' un politique qui utilise les discours démagogique bien vus du moment pour vendre sa personne au élécteur

yannquirigole | 18 décembre 2013 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Deux insecticides néonicotinoïdes - l'acétamipride et l'imidaclopride - peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain", indique l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) dans un communiqué de presse publié le 17 décembre. Selon elle, ces deux insecticides "peuvent affecter de façon défavorable le développement des neurones et des structures cérébrales associées à des fonctions telles que l'apprentissage et la mémoire"
Manifestement Laurent spam Berthod et yannquirigole ont été contaminés

lio | 18 décembre 2013 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

lio
vous etes triste ou risible suivant l'humeur (pas risible si vous vous amuser avec mon pseudo(reste entre nous)).
Vous ne maitrisez toujours pas ces sujets et cela ne risque pas d'arriver de toute évidence.

A partir du moment ou lorsque l'on detecte des trace(quand il y en a) 30 a 40 fois inferieur au LMR la plus part du temps , l'abaissement des normes ne va pas forcement posé de problème (là vous etes déjà dépassée en compréhension)
L'important de vos interventions , est de nous permettre de nous rappeler que des personnes comme vous(qui explique tout avec conviction aux autres sans rien y connaitre ) existent et qu'il faut en tenir compte pour faire avec.
Ma grand mère disait :"il faut de tout pour faire un monde "
et mon grand père rajoutait
"oui ,mais pour certain ,il n'est pas la peine d'en avoir de trop"

plein de bon sens chez les anciens!

Pour l'efsa il faut bien qu'ils justifient leurs prise de position et donc il émette des supositions qui leurs permettrons de se justifié plus tard.
ils disent "peuvent avoir " une incidence sur le développement du système nerveux humain".mais il n'ont pas dit" ont une une incidence..."En créant un doute il valide leurs position "de précaution"

yannquirigole | 18 décembre 2013 à 14h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les Veillerette et consort n’attrapent par leurs "belles" paroles que des billes, ignorantes, auto-satisfaites, sectaires et mal élevées.

Laurent Berthod | 18 décembre 2013 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pour lio toujours

tant qu il y aura des personnes comme vous, veillerette aurait tord dde ne pas en profiter.
Même si sa démarche est "petite" les lio sont nombreux.

yannquirigole | 18 décembre 2013 à 14h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'empressement de la rédaction à nous servir du Veillerette à chaque fois qu'il s'agit de phytos nous permet de rappeler combien sa communication est malhonnête.

« Ainsi, 45% des échantillons de courgettes, 25% des échantillons de tomates et 80% des échantillons de thés testés contenaient des traces d'imidaclopride et d'acetamipride », écrit-il ?

Oui, 45 %, c'est 9 sur 20. À ce niveau, les pourcentages sont de la tromperie. Enfin, c'est aussi fort que Séralini...

Et sur les 9, il en trouve 6 avec des « traces », soit une réaction non quantifiable de son appareillage, peut-être même un faux positif. Pour les 3 autres, ses mesures sont 0,014 ; 0,025 ; et 0,013 mg/kg. Autrement dit, dans le pire des cas (prétendument) relevés par l'ineffable Veillerette, il faudrait, pour une personne de 60 kg, ingurgiter... 144 kg de courgettes en 24 heures pour atteindre la DJA.

Moyennant quoi Gugus hurle au loup.

Wackes Seppi | 19 décembre 2013 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Berthod a écrit (premier commentaire) : « Si cela tenait à Veillerette, tout serait interdit. »

Effectivement !

Le blé contient souvent de l'ergot de seigle ou ses dérivés qui sont de puissants psychotropes... « il faut prendre des mesures d'interdiction et étendues à l'ensemble de cette famille de produits et ce, dans les plus brefs délais ».

Le blé contient aussi des protéines auxquelles certaines personnes sont intolérants... « il faut... »

La pomme de terre contient des alcaloïdes toxiques comme la solanine ou la chaconine... « il faut... »

La tomate contient aussi des glycoalcaloïdes... « il faut... »

De nombreuses denrées alimentaires contiennent des mycotoxines... « il faut... »

Wackes Seppi | 19 décembre 2013 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

manifestement ces deux insecticides affectent aussi l'orthographe yannquirigole ..ou pas

lio | 19 décembre 2013 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« manifestement ces deux insecticides affectent aussi l'orthographe yannquirigole ..ou pas » ?

Manifestement, quand on commence une phrase, on met une majuscule.

Manifestement, quand on ouvre sa phrase avec « manifestement », on sépare l'adverbe du sujet par une virgule en style soutenu... et quand on donne des leçons d'orthographe.

Manifestement, quand on interpelle quelqu'un, on fait précéder son nom par une virgule.

Et les points de suspension sont au nombre de trois, collés au mot précédent et suivis par une espace.

Manifestement on termine une phrase par un signe de ponctuation. Ici, comme vous avez cru bon de moquer M. Yannquirigole, un point d'interrogation (« ? »).

w | 19 décembre 2013 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Wackes seppi lobbyiste à la retraite de l'industrie chimique, est aussi professeur d’orthographe, et donneur de leçons la panoplie est complète!!

lio | 20 décembre 2013 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et Lio, lobbyiste activiste verte, elle est payée par qui ? WWF ? Greenpeace ? Une autre des nombreuses officines plus ou moins verdâtres qui pullulent ?

Laurent Berthod | 20 décembre 2013 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent Berthod

Il est sure que lio n'a pas besoin d'être payé pour dire autant de ...... et avec conviction en plus

Je suis pour que tout le monde puisse avoir accès à la connaissance et avec le net, c’est presque le cas.
Mais l’information (ou les connaissances) disponible pour tous ne veut pas dire compréhensible pour tous, et là est le problème.
Malheureusement toute chose bonne a ses travers .

Résultat des personnes avec un minimum de curiosité et un égo grossièrement surdimensionné peuvent vite avoir l'impression de tout comprendre.
Ces même personnes peuvent vite croire que leur super esprit d'analyse est supérieur a toute avis qui ne coresponderai pas au leur.
Lio en est un bel exemple .Elle peut sans tremblée, être contre l’avis des meilleurs toxicologues ou spécialistes en biotechnologies. Mais bien sur elle intervient presque toujours sans arguments mais seulement pour des critiques négatives.
Elle est tellement persuadé de ses vérités, qu’elle est même persuadé de pouvoir se permettre de critiquer les autres sans justifier quoique se soit tellement ses avis ne supportent aucunes contradictions.

De toutes façon, elle ne peut argumenté puisqu’elle n’a pas les connaissances nécessaire et c’est pour cela que acculé dans ses bêtises elle n’a plus que le dénigrement pour avoir l’impression rassurante de reprendre le dessus sur ceux qui ose la « contredire »
(Orthographe ;notre santé …).
Ma grand mère et surtout mon grand père avait raison.LOL

yannquirigole | 21 décembre 2013 à 17h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En progrès yannquirigolle, a compris comment utiliser le correcteur d'orthographe, c'est bien.
Vos avis son orientés et partiaux,même l'EFSA pourtant largement influencée ne trouve pas grâce à vos yeux, quand à vos arguments ils n'ont rien de scientifiques, je suis d'accord avec vous "l’information (ou les connaissances) disponible pour tous ne veut pas dire compréhensible pour tous, et là est le problème".
Bonjour à vos grand parents

lio | 23 décembre 2013 à 12h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…